Israël en guerre - Jour 228

Rechercher

Au programme de 7 adolescents ukrainiens, un camp d’été sportif juif aux USA

Les quatre semaines que passeront les jeunes à la Ramah Sports Academy en Californie sont l'une des actions de l'organisation sportive Maccabi pour aider la communauté juive ukrainienne

De gauche à droite : Leonid Bereslavich, Mark Sagan, Alexey Kulik, Nikita Novitsky, Ilya Miroshnichenko, Veniamin Rudman et Artur Dotsenko (Avec l'aimable autorisation de Makkabi Ukraine via la JTA)
De gauche à droite : Leonid Bereslavich, Mark Sagan, Alexey Kulik, Nikita Novitsky, Ilya Miroshnichenko, Veniamin Rudman et Artur Dotsenko (Avec l'aimable autorisation de Makkabi Ukraine via la JTA)

Dix-huit mois après le début de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, Artur Dotsenko, 13 ans, est habitué à passer des nuits blanches. Avec tous les bombardements qui ont frappé sa ville natale, Kiev, Dotsenko dit dormir 2 à 3 heures par nuit.

Cet été, Dotsenko va quitter l’Ukraine en guerre pour la côte Pacifique, où en compagnie de six autres jeunes Ukrainiens, il va passer quatre semaines à l’Académie des sports de Ramah, le camp sportif juif géré par Ramah en Californie du Nord.

Le voyage est organisé par Maccabi USA, branche américaine de l’Union mondiale Maccabi, union sportive juive organisatrice des Maccabiades en Israël.

L’an dernier, Arnie Fielkow, ancien chef de la fédération juive de la Nouvelle-Orléans et aujourd’hui vice-président de Maccabi USA, a contacté le PDG du Maccabi, Marshall Einhorn, pour proposer son aide à la communauté juive ukrainienne.

Il avait notamment dans l’idée de s’associer au système Ramah pour permettre à des adolescents ukrainiens de profiter de camps d’été juif.

« Cette initiative est très importante pour moi, à double titre, personnel et professionnel, et même pour toute ma famille », confie Fielkow, qui a adopté deux filles en Ukraine en 2007.

« Le peuple ukrainien se bat avec beaucoup de courage. Il est important, en tant qu’Américains, que nous fassions tout ce que nous pouvons pour les aider. »

Des personnes marchent au milieu des débris d’une clinique éventrée par un missile à Kiev, le 1er juin 2023. (Crédit : Sergueï Tchouzavkov/AFP)

Fielkow explique que c’est une conversation téléphonique avec Amy Skopp Cooper, directrice nationale de Ramah, qui fait tout démarrer. Ce camp sportif, qui a ouvert ses portes il y a cinq ans dans le Connecticut, a annoncé cette année transférer ses activités en Californie et s’associer à la branche Ramah du nord de la Californie.

« Nous sommes ravis de pouvoir réunir des athlètes de haut niveau issus des communautés juives du monde entier, et nous espérons que ces quelques semaines passées sur la côte Pacifique seront agréables pour ces jeunes qui survivent dans des circonstances incroyablement difficiles et inimaginables pour beaucoup de nos jeunes », explique Alex Rubin, directeur adjoint de la Ramah Sports Academy, dans un communiqué du Maccabi USA annonçant le partenariat.

Les adolescents retenus pour ce camp sont âgés de 13 à 17 ans, en plus du moniteur âgé de 18 ans qui les accompagne.

Fielkow a organisé une levée de fonds à la Nouvelle-Orléans de manière à prendre en charge les frais de voyage et Ramah a offert les frais inhérents au séjour dans le camp.

« Pour ces jeunes, qui viennent pour l’essentiel d’Ukraine, c’est une occasion de se détendre, de voir du pays et de parler avec des jeunes de leur âge », estime Galina Pechaiko, qui vit à Kiev et est directrice adjointe de Makkabi Ukraine.

Lors d’une visioconférence avec la JTA, certains de ces jeunes ont évoqué ce qu’ils vivent depuis 16 mois et ce qu’ils attendent de ce séjour dans le camp d’été, à savoir améliorer leur niveau d’anglais, se détendre et faire du sport.

Ilya Miroshnichenko, 18 ans, est le moniteur du groupe. Originaire de Kharkov, il vit à Bratislava, en Slovaquie, avec ses parents depuis un an. Il a étudié dans une école juive en Ukraine et fait partie de l’organisation Makkabi.

Illustration : Camp Ramah dans les Berkshires. (Uriel Heilman/JTA)

Miroshnichenko se rappelle qu’il était seul chez lui lorsque la guerre a éclaté, en février 2022. Ses parents étaient en voyage et ses proches sont venus s’occuper de lui. Sa vie a changé depuis l’invasion russe et ce qui l’a surtout marqué, c’est la difficulté de trouver de la nourriture.

Nikita Novitsky est également originaire de Kharkov, où il a étudié durant quatre ans dans une yeshiva. Il dit que sa famille et lui ont quitté Kharkov après la destruction du centre-ville. Il vit depuis un an à Budapest, en Hongrie, d’où il suit des cours en ligne avec Kharkov.

« J’ai hâte de vivre de nouvelles choses et de rencontrer du monde », confie Novitsky à la JTA à propos du camp d’été. « J’ai envie d’améliorer mon anglais et aussi de progresser sur le plan sportif. Je suis certain que ce sera une très bonne expérience. »

Novitsky pratique la course, la natation et joue au football. Il a bon espoir d’améliorer sa condition physique pendant son séjour au camp.

Un grand nombre de ces adolescents sont déjà en contact avec Makkabi.

Ainsi, Leonid Bereslavich, un adolescent de 15 ans originaire de Zaporozhye, a participé aux Maccabiades l’été dernier en Israël. Alexey Kulik, 13 ans, est le fils du président de la section Makkabi de Nikolaev et les parents de Dotsenko, très impliqués dans l’organisation de l’aide humanitaire à l’Ukraine, se sont connus lors d’un séminaire Makkabi.

Selon Einhorn, Makkabi Ukraine travaille avec l’Association des centres communautaires juifs d’Amérique du Nord de manière à envoyer des délégations aux Maccabiades des centres communautaires juifs en Israël, en juillet, et à Fort Lauderdale, en Floride, en août.

Alors que les adolescents se préparent à partir pour San Francisco, la semaine prochaine, Pechaiko n’en revient encore pas d’avoir obtenu un tel résultat.

L’ambassade des États-Unis à Kiev n’ayant pas encore rétabli de section consulaire, il leur a fallu obtenir le visa des adolescents par l’intermédiaire de l’ambassade à Bratislava. Ils partiront de Vienne, avec une escale à Francfort.

« C’est la preuve qu’un Juif peut en aider un autre », conclut Pechaiko.

« Pas uniquement dans les bons moments, mais aussi en cas de coup dur, comme cette guerre. Le Maccabi USA nous a grandement aidés. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.