Autorité palestinienne: 14 agents seront inculpés pour la mort de Nizar Banat
Rechercher

Autorité palestinienne: 14 agents seront inculpés pour la mort de Nizar Banat

Les agents sont accusés de voies de fait graves dans l'affaire qui a secoué la Cisjordanie ; aucun officier supérieur ou politicien n'a jusqu'à présent été inculpé

Maryam Banat, 67 ans, la mère de l'activiste Nizar Banat, critique de l'Autorité palestinienne, brandit sa photo pendant un rassemblement dénonçant sa mort entre les mains des services de sécurité de l'AP à Ramallah, en Cisjordanie, le 3 juillet 2021. (Crédit : AP Photo/Nasser Nasser)
Maryam Banat, 67 ans, la mère de l'activiste Nizar Banat, critique de l'Autorité palestinienne, brandit sa photo pendant un rassemblement dénonçant sa mort entre les mains des services de sécurité de l'AP à Ramallah, en Cisjordanie, le 3 juillet 2021. (Crédit : AP Photo/Nasser Nasser)

Quatorze membres des forces de sécurité de l’Autorité palestinienne vont être inculpés pour avoir battu à mort l’opposant Nizar Banat fin juin, a déclaré dimanche un porte-parole des forces.

« Les enquêtes sont terminées, et les procureurs militaires (…) ont décidé d’inculper tous les officiers et les forces qui ont participé à l’arrestation de Nizar Banat », a déclaré le porte-parole des services de sécurité de l’AP, Talal Dweikat, à la télévision officielle de l’AP.

Les 14 auteurs présumés seront inculpés pour avoir battu mortellement Banat, conformément à la loi militaire de l’AP, a déclaré Dweikat.

Banat, un militant des réseaux sociaux bien connu pour ses vidéos critiquant la direction de l’AP, est mort après avoir été arrêté par des officiers de l’AP fin juin. Sa mort a déclenché de rares manifestations d’envergure en Cisjordanie, appelant à la chute du gouvernement de l’AP.

À la suite de la mort de Banat, l’AP a arrêté 14 agents soupçonnés d’avoir participé à son passage à tabac. Tous provenaient de la division d’Hébron du puissant appareil de sécurité préventive, a déclaré Dweikat lundi.

Mais la famille de Banat s’est déjà engagée à ne pas accepter les résultats de l’enquête de l’AP sur sa mort. La famille a officiellement retiré son soutien à une commission d’enquête antérieure qui a conduit à l’arrestation des 14 suspects en juillet.

Nizar Banat, un critique de l’Autorité palestinienne, parle à des journalistes dans sa maison familiale, dans la ville d’Hébron, en Cisjordanie, le 4 mai 2021. (Crédit : AP/Nasser Nasser)

Aucun officier supérieur ou politicien n’a été inculpé dans la mort de Banat. Certains médias palestiniens ont désigné le chef adjoint de la sécurité préventive d’Hébron, Maher Abu Halawa, comme le responsable ultime de la mort de Banat.

« Les enquêtes ont prouvé que [Abu Halawa] n’avait rien à voir avec cet incident », a soutenu Dweikat.

Originaire de Dura, près d’Hébron, Banat avait développé un public fidèle sur sa page Facebook au fil des années. Il y téléchargeait des vidéos, souvent juste lui-même assis devant un mur blanc, s’insurgeant contre la corruption présumée de l’Autorité palestinienne, ainsi que contre les politiques israéliennes.

Mais ses préoccupations ont trouvé un écho chez les Palestiniens ordinaires, dont beaucoup considèrent que l’Autorité palestinienne est de plus en plus autoritaire, corrompue et inefficace pour réaliser leur rêve d’un État indépendant.

À la fin du mois d’avril, le président de l’AP, Mahmoud Abbas, a annulé les élections un mois seulement avant la date à laquelle elles devaient être tenues en déclarant qu’Israël refusait que le vote ait lieu à Jérusalem-Est. Les critiques, dont Banat, ont accusé Abbas d’utiliser ce prétexte alors qu’il craignait en réalité une défaite face à ses rivaux au sein du Fatah et du groupe terroriste du Hamas.

Après l’annulation du scrutin, Banat a demandé l’arrêt immédiat de l’aide de l’Union européenne à Abbas. Quelques jours plus tard, des inconnus se sont présentés à son domicile de Dura, le poussant à fuir vers une cachette dans une zone d’Hébron sous contrôle israélien.

Mais fin juin, un groupe d’officiers de sécurité de l’AP ont fait irruption dans cette maison et l’ont arrêté. Quelques heures plus tard, la famille de Banat a été informée de sa mort. Deux de ses proches, qui étaient présents lors de son arrestation, ont affirmé que les agents de l’AP l’avaient brutalement battu à mort.

La mort de Banat a suscité une indignation générale. Des milliers de personnes sont descendues dans les rues d’Hébron et de Ramallah lors de rares manifestations appelant à la chute d’Abbas et de l’Autorité palestinienne. À Ramallah, les forces de l’Autorité palestinienne ont sévèrement réprimé les rassemblements, battant et arrêtant certains de ceux qui manifestaient contre le gouvernement.

Les manifestations se sont largement essoufflées au cours des derniers mois, bien qu’il y ait eu une reprise des rassemblements à Ramallah il y a quelques semaines. L’AP a réagi en arrêtant et en inculpant les manifestants, ce qui a suscité une condamnation internationale.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...