Aux Nations unies, la mère d’Ezra Schwartz dénonce les salaires des prisonniers
Rechercher

Aux Nations unies, la mère d’Ezra Schwartz dénonce les salaires des prisonniers

L’envoyé israélien aux Nations unies a expliqué que le Palestinien qui a tué Ezra Schwartz et deux autres terroristes bénéficient actuellement d’une allocation mensuelle de 3 000 $ pour avoir commis un meurtre

Ezra Schwartz a été assassiné par un terroriste palestinien au sud de Jérusalem, le 19 novembre 2015. Schwartz passait une année sabbatique dans une yeshiva à Beit Shemesh (Photo: Facebook)
Ezra Schwartz a été assassiné par un terroriste palestinien au sud de Jérusalem, le 19 novembre 2015. Schwartz passait une année sabbatique dans une yeshiva à Beit Shemesh (Photo: Facebook)

La mère de l’adolescent américain Ezra Schwartz tué par un terroriste palestinien en 2015 a exhorté le conseil de sécurité des Nations unies à faire pression sur l’Autorité palestinienne afin qu’elle cesse d’octroyer des allocations aux terroristes incarcérés et aux familles des terroristes tués lors d’attaques contre des Israéliens.

« La mort d’Ezra a brisé notre famille et notre monde ne sera plus jamais le même », a déclaré Schwartz face à l’organe onusien. « Les salaires que verse l’AP sont un énième moyen de glorifier et d’encourager le terrorisme. C’est insultant et mal. »

« Je viens faire une demande simple. Ne tuez pas. S’il-vous-plait, ne récompensez pas ceux qui tuent, parce que c’est comme si vous vous tuiez vous-même », a-t-elle dit.

L’ambassadeur israélien aux Nations unies Danny Danon a déclaré à l’instance de l’ONU que le Palestinien qui a tué Ezra Schwartz et deux autres terroristes bénéficient actuellement d’une allocation mensuelle de 3 000 dollars pour avoir commis un meurtre.

Danon a ajouté que l’aide internationale allouée à l’AP est « exploitée par les Palestiniens et utilisée pour soutenir le terrorisme ».

Il a appelé les Nations unies à couper les vivres de l’AP jusqu’à l’interruption définitive de cette politique.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...