Bahreïn va autoriser les vols Israël/Emirats au dessus de son territoire
Rechercher

Bahreïn va autoriser les vols Israël/Emirats au dessus de son territoire

Bahreïn a été le premier pays du Golfe à saluer l'accord entre les Emirats et Israël, et les contacts de ce petit pays du Golfe et Israël remontent aux années 1990

Une vue du quartier d'affaires de Manama, la capitale du Bahreïn. (Crédit : CC-BY Jayson De Leon/Wikimedia Commons)
Une vue du quartier d'affaires de Manama, la capitale du Bahreïn. (Crédit : CC-BY Jayson De Leon/Wikimedia Commons)

Le Bahreïn a annoncé jeudi soir qu’il allait autoriser les Emirats arabes unis à survoler son territoire en provenance et à destination d’Israël, trois jours après le premier vol direct entre ces deux pays et au lendemain d’une décision similaire de l’Arabie saoudite.

« Le Bahreïn va autoriser tous les vols au départ ou à destination des Emirats arabes unis au-dessus de son territoire », a rapporté l’agence officielle Bahrain News Agency, citant un responsable au ministère des Transports.

Cette annonce intervient après l’accord de normalisation des relations entre les Emirats et Israël annoncé le mois dernier par le président américain Donald Trump avec à la clé la promesse d’échanges commerciaux. 

Cette semaine un « premier vol commercial direct » entre les deux pays et au départ de Tel Aviv s’est posé à Abou Dhabi, aux Emirats arabes unis, après avoir survolé de surcroît l’espace aérien de l’Arabie saoudite, pays du Golfe qui n’entretient pas de relations officielles avec Israël.

Le transporteur israélien El Al a annoncé jeudi un vol cargo dès septembre pour les Emirats. Un Boeing 747 doit décoller le 16 septembre de l’aéroport Ben Gourion de Tel Aviv pour faire un crochet par Liège, en Belgique, avant de se rendre à Dubaï, aux Emirats arabes unis, a indiqué El Al.

Bahreïn et l’Arabie Saoudite n’ont pas de relations diplomatiques avec Israël. Ryad conditionne l’établissement des relations avec Israël à un accord de paix israélo-palestinien.

Bahreïn a été le premier pays du Golfe à saluer l’accord entre les Emirats et Israël annoncé le 13 août. Les contacts de ce petit pays du Golfe et Israël remontent aux années 1990.

Bahreïn et Israël partagent la même hostilité à l’égard de l’Iran. Manama accuse la République islamique d’instrumentaliser la communauté chiite de Bahreïn contre la dynastie sunnite au pouvoir.

« Je crois que Bahreïn sera le prochain (pays) à normaliser ses relations avec Israël », avait estimé plus tôt cette semaine Cinzia Bianco chercheuse à l’European Council on Foreign Relations. « C’est avant tout une question de calendrier et de mesures d’incitation », juge-t-elle.

Dans le cadre d’une tournée la semaine dernière au Moyen-Orient, le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo s’était rendu au Soudan, à Bahreïn et à Oman, pour tenter de convaincre d’autres Etats de la région de suivre l’exemple émirati.

Jared Kushner, conseiller à la Maison Blanche et gendre du président américain Donald Trump, s’est pour sa part rendu au Bahreïn mardi, où il a rencontré le roi Hamad bin Isa Al-Khalifa.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...