Belgique : Des enfants de collaborateurs touchent des pensions reversées par l’Allemagne
Rechercher

Belgique : Des enfants de collaborateurs touchent des pensions reversées par l’Allemagne

"Depuis 71 ans, on paie à ceux qui se sont battus contre nous," souligne un rescapé de la guerre

Adolf Hitler lors d'un rassemblement nazi à Weimar, en Allemagne, octobre 1930.(Domaine public)
Adolf Hitler lors d'un rassemblement nazi à Weimar, en Allemagne, octobre 1930.(Domaine public)

En Belgique des enfants de collaborateurs de la Seconde Guerre mondiale toucheraient encore des pensions reversées par l’état allemand, rapporte le site RTL info.

Ces pensions, non déclarées au fisc belge, s’élèveraient entre 600 et 1 500 euros par mois. Les autorités belges ne savent pas combien de personnes sont concernées par le versement de cette pension.

Ce sujet a été soulevé le 6 juillet dernier devant la Chambre des Représentants en Belgique.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, près de 40 000 Belges ont collaboré avec le régime nazi. Pour avoir servi l’Allemagne pendant cette période, les anciens collaborateurs ou leurs ayants droits touchent une somme d’argent.

« Combien sont-ils à recevoir une pension, finalement décidée par le régime nazi ? Quand est-ce qu’on va y mettre un terme ? Bref, autant de questions qui pour le moment sont sans réponses, » souligne Ahmed Laaouej, député fédéral belge.

Malgré l’ancienneté du dossier, le ministre des Finances Johan Van Overtveldt a indiqué que le gouvernement belge n’avait pas actuellement « les données exactes » concernant les pensions des collaborateurs. Il a d’autre part déclaré que des recherches étaient actuellement initiées pour répondre aux diverses interrogations soulevées.

Le sujet des pensions des collaborateurs belges est un dossier qui remonte à plusieurs décennies, rapporte RTL info.

En 1997, un député socialiste, Fred Erdman, avait déjà tenté d’aborder le sujet publiquement, mais ses demandes avaient échoués.

D’autre part, des groupes de rescapés de la Shoah sont indignés par l’existence d’une telle pension qu’ils tentent de faire supprimer.

Pieter-Paul Baeten, président du groupe Mémoire, souligne l’injustice de ce versement. « Depuis 71 ans, on paie à ceux qui se sont battus contre nous en somme, qui sont allés se battre avec les Allemands et qui ont été condamnés, » souligne ce dernier.

D’après les recherches d’un ancien résistant datant de 2012, près de 2 500 ancien collaborateurs toucheraient cette pension.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...