Israël en guerre - Jour 225

Rechercher

Ben Gvir appelle à expulser les Érythréens liés au meurtre de Netanya sans procès

Cet homicide à l'arme blanche a suivi plusieurs incidents violents depuis une rixe massive à Tel Aviv, le mois dernier, entre partisans et opposants au régime érythréen

La police inspecte les lieux des émeutes où une personne a été tuée et plusieurs autres blessées dans le cadre d'une bagarre entre Érythréens à Netanya, le 30 septembre 2023. (Crédit : Flash90)
La police inspecte les lieux des émeutes où une personne a été tuée et plusieurs autres blessées dans le cadre d'une bagarre entre Érythréens à Netanya, le 30 septembre 2023. (Crédit : Flash90)

Le ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben Gvir a déclaré dimanche qu’il incarcérerait sans autre forme de procès les Érythréens impliqués dans le meurtre de l’un de leurs compatriotes à Netanya, samedi, et qu’il réclamerait leur expulsion.

Cet homicide commis à l’arme blanche a eu lieu samedi pendant une bagarre entre migrants érythréens – des affrontements qui ont fait neuf blessés, dont un grave. Ces violences semblent être le prolongement d’une rixe massive qui avait eu lieu le mois dernier à Tel Aviv entre partisans et opposants du régime du président érythréen Isaias Afwerki. Ce meurtre à Netanya s’est aussi produit vingt-quatre heures après des échauffourées similaires qui ont fait dix blessés – un individu se trouve actuellement entre la vie et la mort.

Cette série d’incidents a attiré l’attention sur les 20 000 Érythréens à peu près qui vivent actuellement en Israël après être entrés clandestinement dans le pays avant la fin des travaux de construction d’une barrière le long de la frontière égyptienne, en 2012. Les gouvernements israéliens ont pris une série de mesures – certaines ont été bloquées par les tribunaux – pour encourager les migrants, nombreux à dire qu’ils sont venus se réfugier en Israël pour fuir la guerre et l’oppression, à quitter le pays.

« Les émeutes des immigrants illégaux dans nos villes sont très graves et en conséquence, le chef de la police et moi-même avons convenu de continuer à appliquer la pratique de la détention administrative aux suspects évidemment liés au meurtre », a dit Ben Gvir dans une déclaration.

Le ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben Gvir visitant le sud de Tel Aviv, le 3 septembre 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

« En ce qui me concerne, je pense qu’ils devraient bien sûr être expulsés mais si la Haute Cour bloque une telle possibilité, alors ces émeutiers doivent au moins être mis en prison », a-t-il ajouté.

La détention administrative – une pratique controversée utilisée principalement pour les Palestiniens soupçonnés de terrorisme – permet aux autorités de placer les suspects en détention sans mise en examen préalable. La déclaration de Ben Gvir, leader d’extrême-droite qui réclame l’élargissement de cette pratique, n’a pas précisé si les individus arrêtés dans le sillage de l’homicide de Netanya avaient été emprisonnés sous ce régime particulier.

Le mois dernier, 53 personnes arrêtées en lien avec les émeutes du 2 septembre, à Tel Aviv, avaient été emprisonnées sous le régime de la détention administrative, Ben Gvir jurant d’expulser tous ceux dont il s’avèrerait qu’ils étaient bien liés aux violences. Son bureau n’a pas répondu à une demande de commentaire du Times of Israel sur le sujet.

« Les violences exceptionnelles de la nuit dernière ont franchi toutes les lignes rouges. La majorité des émeutiers est venue d’en dehors de Netanya pour aggraver des émeutes qui avaient commencé à Tel Aviv. Nous mettrons un terme aux violences commises par les immigrants clandestins avec une main de fer », a commenté la maire de la ville, Miriam Fierberg-Ikar (Likud), dans une déclaration faite dimanche.

Miriam Feirberg-Ikar, maire de Netanya, dans une rue de Netanya, le 6 mars 2017. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

« Je recommande vivement au gouvernement de réexaminer son traitement des travailleurs étrangers qui se permettent de lancer des émeutes et d’agir avec violence. »

Un témoin de la rixe de samedi a indiqué au quotidien Israel Hayom que la bagarre avait commencé par l’attaque ciblée de l’homme qui a été tué. Des agresseurs non-identifiés l’ont attaqué au couteau alors qu’il fêtait un événement familial, a dit la femme, qui s’est exprimée auprès du quotidien sous couvert d’anonymat.

La police a procédé à des tirs de semonce après qu’un groupe d’hommes s’est approché des agents en patrouille qui arrivaient sur les lieux, a dit le porte-parole de l’unité de la police. Six personnes ont depuis été placées en détention à Netanya.

Vendredi dernier, la police avait arrêté 15 Érythréens dans le quartier HaTikvah de Tel Aviv, un quartier défavorisé du sud de la ville où vivent de nombreux migrants. Une rixe entre partisans et opposants du gouvernement avait aussi eu lieu là-bas, a indiqué la police.

Des demandeurs d’asile érythréens opposés au régime en Érythrée et des activistes pro-régime se heurtant à des policiers, dans le sud de Tel Aviv, le 2 septembre 2023. (Crédit : Omer Fichman/Flash90)

Un autre migrant, originaire du Soudan, a aussi été abattu dans le sud de Tel Aviv dans la nuit de vendredi. La victime, âgée de 21 ans, aurait été exécutée dans le cadre d’un règlement de compte entre bandes rivales, a confié une source policière à Israel Hayom.

Le 25 septembre, un quinquagénaire avait été tué dans une attaque à l’arme blanche dans ce qui avait semblé être un assassinat politique motivé par l’opposition de la victime au régime d’Afwerki, avait fait savoir la chaîne publique israélienne Kan. Plusieurs hommes avaient tendu une embuscade à l’individu, qui avait deux enfants en Israël et trois autres en Érythrée, dans la rue avant de le poignarder à mort.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.