Israël en guerre - Jour 233

Rechercher

Ben Gvir choisit Avshalom Peled pour le poste de chef de la police israélienne

Les enquêtes internes auraient conseillé de ne pas promouvoir ce candidat suspecté d'abus de confiance en 2015 ; des sources de la coalition affirment que ce choix visait à "faire la Une"

Le commissaire adjoint de la police, Avshalom Peled. (Autorisation)
Le commissaire adjoint de la police, Avshalom Peled. (Autorisation)

Le ministre de la Sécurité intérieure, Itamar Ben Gvir, a choisi lundi le chef adjoint de la police, Avshalom Peled, comme chef de la police israélienne pour succéder à Kobi Shabtaï, dont le mandat s’achèvera le 17 juillet prochain.

Ce choix devrait faire l’objet d’un examen minutieux, en raison des antécédents de Ben Gvir avec Peled et d’une enquête criminelle qui impliquerait l’officier. La nomination doit également recevoir l’approbation du parti de la coalition, HaMahane HaMamlahti, qui est entré au gouvernement au début de la guerre à la condition qu’il mette son veto à toutes les nominations de hauts fonctionnaires liées à la situation de la sécurité.

Peled travaille au sein de la police depuis 40 ans, depuis son premier poste à la police des frontières durant son service militaire, a déclaré Ben Gvir dans un communiqué publié par son bureau. Il est l’adjoint de Shabtaï depuis avril 2023.

« Le chef adjoint Avshalom Peled est l’homme qu’il faut pour diriger la police israélienne », a déclaré Ben Gvir. « Peled est un officier doté d’une grande expérience. Il est professionnel et perspicace. »

Ben Gvir a remercié Shabtaï – avec qui il a eu plusieurs désaccords publics – pour ses années de travail à la tête de la police.

La nomination devra être approuvée par le comité consultatif des nominations aux postes de direction, le groupe qui examine les nominations à certains postes clés de la fonction publique du pays.

Le ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben Gvir, à droite, et le chef de la police israélienne Kobi Shabtaï, lors des funérailles de l’officier de la police des frontières, le sergent Shay Germay, au cimetière militaire de Karmiel, le 7 janvier 2024. (Crédit : David Cohen/Flash90)

Ben Gvir et Peled ont fait connaissance lorsque l’officier était chef de la police du district de Hébron de 2007 à 2009 et que le législateur était un activiste d’extrême-droite actif dans la région.

« Il m’a appris à aimer la police, à l’apprécier », avait expliqué Ben Gvir lors de la cérémonie de nomination de Peled au poste de chef adjoint de la police, l’année dernière. « Pendant la période où il a servi à Hébron, il a fait des miracles. »

Un officier de police supérieur avait déclaré à Haaretz en décembre, sous le couvert de l’anonymat, que Peled servirait probablement de « marionnette de Ben Gvir ». Selon cette source, Peled a rencontré le chef de cabinet du ministre, Chanamel Dorfman, qui lui a présenté une liste de demandes qui n’ont pas été précisées dans l’article.

Peled aurait dit à Dorfman : « Vos souhaits sont mes ordres. »

Des sources de la coalition ont déclaré à Haaretz lundi que l’annonce de Ben Gvir était principalement destinée à « faire les gros titres », au lieu de faire un choix réaliste, en particulier après que le Département des enquêtes internes de la police (DIPI) avait recommandé en 2015 de ne pas promouvoir Peled au rang de surintendant.

Cette recommandation a été émise après que le DIPI a enquêté sur Peled pour abus de confiance et abus de pouvoir officiel, avait rapporté Haaretz en juin, dans le cadre d’une enquête criminelle contre le chef du Conseil régional de Yehuda, Moshe Dadon.

Grâce à une écoute téléphonique, Peled a été enregistré demandant à Dadon de légaliser des constructions illégales sur le territoire du conseil, tandis que Dadon a demandé à Peled de l’aider à placer une connaissance dans les rangs supérieurs de la police.

Peled a été sanctionné par une note disciplinaire en 2016 et a été promu par le chef de la police de l’époque, Roni Alsheich, en 2017, alors que l’affaire criminelle dont il faisait l’objet a été classée, selon l’article.

En outre, des responsables du parti HaMahane HaMamlahti ont déclaré lundi au site d’information Walla qu’ils s’attendaient à ce que le Premier ministre Benjamin Netanyahu respecte les accords qui exigent que HaMahane HaMamlahti approuve les nominations de hauts responsables de la sécurité.

« Ben Gvir vient juste d’annoncer son candidat et il reste encore beaucoup de chemin à parcourir pour finaliser la nomination. Nous allons étudier le candidat. Nous ne donnerons pas d’avis sur lui par le biais d’une émission en direct », ont fait savoir les responsables.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.