Bennett portant un livre des écrits de Khomeini fait le buzz sur Twitter
Rechercher

Bennett portant un livre des écrits de Khomeini fait le buzz sur Twitter

Avec ce livre sur la charia, le ministre de la Défense indiquait-il aux Iraniens qu'il les étudie ou aux Israéliens qu'il relève de la lignée de politiciens avides de lecture ?

Le ministre de la Défense Naftali Bennett, (au centre), avec le commandant de l'armée de l'Air, le général Amikam Norkin, (à gauche) durant une visite de la base militaire de Hatzor, le 3 décembre 2019. (Capture d'écran Twitter)
Le ministre de la Défense Naftali Bennett, (au centre), avec le commandant de l'armée de l'Air, le général Amikam Norkin, (à gauche) durant une visite de la base militaire de Hatzor, le 3 décembre 2019. (Capture d'écran Twitter)

Mardi, le ministre de la Défense Naftali Bennett a emporté avec lui, lors d’une visite de la base militaire de Hatzor, un livre assez inattendu.

Sur une photo où on le voit marcher aux côtés du général de division Amikam Norkin et d’autres responsables de la base, il tient un livre, qui s’avère être le premier volume de « Islam et Révolution », une compilation des écrits de nul autre que l’Ayatollah Ruhollah Khomeini, chef de file de la Révolution islamique en Iran en 1979.

Cet ouvrage, en deux volumes, a été initialement publié en 1981. Il regroupe 40 ans d’écrits et de discours de Khomeini, dans lequel il avance que la loi religieuse islamique – la charia – constitue une alternative au modèle gouvernemental occidental et aux idées modernes de gouvernement progressiste.

Tweetée par le journaliste de la Treizième chaîne Barak Ravid, la photo a suscité un torrent de moqueries de la part des internautes.

Le Times of Israël a demandé au porte-parole du ministère de la Défense si cette photo était un message à l’Iran. Ce dernier a répondu, dans un SMS : « C’est votre interprétation ». Le porte-parole a ajouté une émoticône souriant.

Mais il se pourrait que le message que Bennett tente d’adresser vise un public moins éloigné. Il pourrait tenter de suivre la tradition de dirigeants israéliens qui ont mis un point d’honneur à lire au sujet des pays ennemis, et à lire, en général.

Les premiers Premiers ministres, comme David Ben-Gurion et Levi Eshkol, s’enorgueillissaient de leur érudition et de leurs bibliothèques. Menachem Begin était le célèbre propriétaire de nombreux ouvrages sur l’histoire des peuples slaves.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui a offert à Bennett son premier poste en politique en le nommant chef de cabinet en 2006, se vante de ses habitudes d’avide lecteur et de sa connaissance de l’histoire et du monde des affaires. Il a souvent été aperçu en train de lire, pendant de longs débats à la Knesset, des ouvrages historiques, notamment par Henry Kissinger.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lit un livre durant un débat à la Knesset, le 13 mai 2015. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Bennett veut-il indiquer aux ayatollahs qu’il les étudie ou veut-il montrer aux électeurs israéliens qu’il a l’étoffe d’un Premier ministre ?

Ou, pour être plus terre-à-terre, l’ancien ministre de l’Éducation a-t-il prouvé, sans le vouloir, que transporter un livre à l’ère des smartphones et des Kindle était suffisant pour se faire remarquer ?

Judah Ari Gross a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...