Bnei Brak : L’application du couvre-feu entraîne des affrontements violents
Rechercher

Bnei Brak : L’application du couvre-feu entraîne des affrontements violents

Des images de la ville ultra-orthodoxe montrent des hommes attaquer des voitures de police, qualifiant les agents de "nazis"

Les habitants de Bnei Brak entourent un véhicule de police qui tente de faire appliquer le couvre-feu, le 13 septembre 2020 (Capture d'écran : Twitter)
Les habitants de Bnei Brak entourent un véhicule de police qui tente de faire appliquer le couvre-feu, le 13 septembre 2020 (Capture d'écran : Twitter)

Des images filmées dans la ville ultra-orthodoxe de Bnei Brak, dans la nuit de dimanche, ont montré des résidents affronter des agents de police tentant de faire respecter un couvre-feu nocturne, jetant des sacs d’ordures dans leur direction et les qualifiant de « nazis » de manière répétée.

Les policiers semblent avoir employé la violence en réponse dans certains cas, l’un d’entre eux rejetant sur les manifestants haredim la poubelle qui lui avait été lancée par les protestataires.

La communauté ultra-orthodoxe est furieuse contre le gouvernement en raison de ce qu’un grand nombre de ses membres ont perçu comme une discrimination à leur encontre dans la lutte contre la propagation du coronavirus dans le pays.

Ce couvre-feu nocturne a été imposé, la semaine dernière, dans quarante secteurs présentant de forts taux d’infection – en majorité ultra-orthodoxes et arabes – mais il a été finalement peu appliqué alors que se profile la perspective d’un confinement national qui commencera vendredi et qui durera trois semaines.

Une vidéo circulant sur les réseaux sociaux montrait des habitants de Bnei Brak attaquer un véhicule de police après avoir dressé un barrage improvisé pour tenter d’empêcher les agents d’entrer dans leur quartier.

Sur la séquence, la police ne réagit pas quand des objets variés sont projetés sur le véhicule – des sacs d’ordures et des œufs, entre autres – et les agents franchissent le barrage routier lorsque les hommes les prennent en chasse.

D’autres images montrent des dizaines d’hommes ultra-orthodoxes réunis autour de plusieurs agents, les qualifiant de nazis et leur disant de « retourner en Allemagne ».

On les voit également protester contre des violences policières qui auraient eu lieu avant les affrontements. Le clip montre des agents en train de bousculer des hommes et, à un moment, jetant un sac d’ordures en leur direction.

Les policiers seraient finalement partis sans faire appliquer le couvre-feu.

La police israélienne a expliqué que l’incident avait commencé lorsque les habitants s’étaient réunis autour d’un agent qui tentait de disperser la foule. Il avait été placé dans l’obligation d’appeler des renforts.

Elle a ajouté que l’incident au cours duquel un policier a lancé un sac d’ordures en direction des protestataires ferait l’objet d’une enquête, a fait savoir le quotidien Haaretz.

Les règles du couvre-feu nocturne stipulent que les résidents ne peuvent pas s’éloigner de plus de 500 mètres de chez eux pendant sa mise en vigueur et que tous les commerces non-essentiels sont fermés, tout comme les écoles – à l’exception des établissements recevant des élèves à besoins particuliers.

La police à l’entrée de la ville ultra-orthodoxe de Bnei Brak alors qu’Israël applique un couvre-feu de nuit à une quarantaine de villes du pays gravement infectées par le coronavirus, le 8 septembre 2020. (Tomer Neuberg/FLASH90)

Le confinement approuvé dimanche soir par le gouvernement – il commencera vendredi et devrait durer trois semaines au moins – survient alors que le pays a connu un taux d’infection au coronavirus qui a grimpé en flèche au cours de ces précédentes semaines, atteignant ces derniers jours le chiffre-record de 4 000 cas quotidiens.

Les nouvelles directives imposent aux Israéliens de rester dans un périmètre de 500 mètres autour de leurs habitations. Elles prévoient la fermeture des écoles, des centres commerciaux et des hôtels, la limitation des rassemblements et l’interdiction des repas pris dans les salles de restaurant.

L’opposition au confinement est forte dans les rangs de la communauté ultra-orthodoxe. Yaakov Litzman, leader de la formation Yahadout HaTorah, a démissionné dimanche de son poste de ministre du Logement suite à la décision de la fermeture du pays.

Selon les chiffres du ministère de la Santé qui ont été publiés lundi matin, il y a actuellement 40 561 cas actifs de coronavirus en Israël. 1 111 personnes personnes ont été prises en charge à l’hôpital. 529 malades se trouvent dans un état grave et 135 ont été placés sous respirateur.

Par ailleurs, 214 personnes présentent des symptômes modérés et les autres ne sont touchés que par une forme légère, voire asymptomatique du COVID-19.

Depuis le début de la pandémie, 156 823 Israéliens ont contracté le coronavirus. 115 128 ont depuis guéri. Le bilan des décès entraînés par la maladie s’élève à 1 126 personnes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...