Calais songe à porter plainte après la diffusion d’une fausse vidéo
Rechercher

Calais songe à porter plainte après la diffusion d’une fausse vidéo

Un militant d’extrême droite avait publié une vidéo censée montrer une émeute à Calais, alors qu’elle avait en fait été tournée en Israël après la mort de Solomon Tekah

Capture d’écran de la vidéo censée montrer une émeute à Calais, alors qu’elle a en fait été tournée en Israël suite à la mort de Solomon Tekah. (Twitter)
Capture d’écran de la vidéo censée montrer une émeute à Calais, alors qu’elle a en fait été tournée en Israël suite à la mort de Solomon Tekah. (Twitter)

Diffusée le 13 juillet dernier sur Twitter par Maurizio Baldini, militant se présentant comme « responsable départemental de Génération Nation », le mouvement jeune du Rassemblement national de Marine Le Pen, une vidéo, vue près de deux millions de fois en quelques jours, a causé la polémique sur les réseaux sociaux.

En cause : le commentaire du jeune homme accompagnant les images, qui montraient durant une vingtaine de secondes des individus jetant des pierres sur une autoroute. L’activiste avait affirmé qu’il s’agissait de migrants à Calais, or la vidéo a été tournée en Israël, lors d’une manifestation début juillet provoquée par le décès de Solomon Tekah, Israélo-Ethiopien tué par un policier hors-service.

« Une nouvelle intifada du Hamas contre Israël ? Non, une scène quotidienne à Calais en France. Pour ceux qui pensent encore qu’il n’y aura jamais de guerre civile chez nous : vous êtes mignons… quelques années de paix sociale avant le grand boom », affirmait Maurizio Baldini.

Capture d’écran du tweet d’un responsable des jeunes du RN. (Twitter)

Le compte Facebook du Rassemblement national de Menton avait repris la vidéo, ainsi que de nombreux sites et pages d’extrême droite – francophones comme étrangers –, la présentant eux aussi comme une émeute à Calais.

Le service fact-checking de l’AFP a rapidement retrouvé l’origine de la vidéo, découvrant qu’elle avait été postée le 2 juillet par la chaine Hadashot 13 sur sa page Twitter – et qu’elle n’avait donc strictement rien à voir avec Calais.

Si Maurizio Baldini a depuis supprimé son Tweet – et bloqué l’accès à sa page –, la municipalité de Calais a envisagé de porter plainte suite à ce buzz alimenté par l’extrême droite.

L’homme a par la suite publié un reportage de BFM TV datant de 2016, dans lequel on pouvait voir des migrants tentant de monter dans des camions roulant vers le tunnel sous la Manche.

« Si [la situation] est mieux désormais, j’en suis le premier satisfait », ajoutait-il.

« Le Rassemblement national essaie de faire le buzz sur le dos de Calais. On envisage de porter plainte. On y travaille avec nos avocats », a expliqué le 16 juillet dernier au journal La Voix du Nord Philippe Mignonet, adjoint à la sécurité de la ville. « Je suis persuadé qu’il s’agit d’une manœuvre politique volontaire. C’est de la manipulation. Les Calaisiens connaissent la situation, ils ne sont pas dupes mais faire ça quand on connaît la situation aujourd’hui, c’est exaspérant », ajoutait l’élu, qui expliquait aussi que la municipalité avait contacté Facebook et Twitter afin de demander la suppression de la vidéo.

Selon la préfecture du Pas-de-Calais, environ 300 migrants se trouvent actuellement dans la région de Calais, contre plusieurs milliers en 2016.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...