Casques blancs syriens: La France critiquée pour avoir omis de citer Israël
Rechercher

Casques blancs syriens: La France critiquée pour avoir omis de citer Israël

Alors qu'Israël a fait transiter 422 Casques blancs syriens sur son territoire vers la Jordanie, le Quai d'Orsay s'est félicité de l'opération sans mentionner le rôle d'Israël

Des membres de la protection civile syrienne, également connus sous le nom de Casques blancs, sortent une victime des décombres de sa maison à la suite d'une attaque aérienne des forces gouvernementales dans une zone tenue par les rebelles dans la ville de Daraa, dans le sud de la Syrie, le 8 avril 2017. (Mohamad ABAZEED/AFP)
Des membres de la protection civile syrienne, également connus sous le nom de Casques blancs, sortent une victime des décombres de sa maison à la suite d'une attaque aérienne des forces gouvernementales dans une zone tenue par les rebelles dans la ville de Daraa, dans le sud de la Syrie, le 8 avril 2017. (Mohamad ABAZEED/AFP)

Quatre-cent-vingt-deux Syriens, membres des Casques blancs, une organisation de secouristes en zone rebelle, et leur famille, ont été évacués par Israël autour du 20 juillet puis transférés en Jordanie, a indiqué le 22 juillet la radio de l’armée israélienne.

La Jordanie a confirmé le même jour les avoir accueillis. Ils seront transférés en Allemagne, au Canada, en Grande-Bretagne et en France.

Dans une déclaration officielle parue également le 22 juillet, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères français, s’est félicité de cette opération : « la France s’est activement associée aux démarches conduites avec plusieurs partenaires pour permettre le succès de cette opération ».

Plusieurs personnalités, dont le député Meyer Habib se sont émues de cette absence de mention d’Israël.

C’est aussi le cas du président du Crif, Francis Kalifat, qui dans un courrier adressé le 26 juillet au ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, a exprimé sa « tristesse, [son] étonnement et [sa] perplexité face à l’absence de mention d’Israël dans les déclarations du Quai d’Orsay suite à l’évacuation de Casques blancs syriens ».

Communiqué du Quai d’Orsay daté du 22 juillet évoquant le rôle de la France dans l’évacuation des Casques blancs syriens menacés par le régime de Bachar Al Assad (Crédit: capture d’écran, ministère des Affaires étrangères français)

« Dans une déclaration de la porte-parole du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères concernant le sauvetage des Casques blancs syriens, explique le Crif, l’ensemble des pays ayant contribué à cette action humanitaire sont cités, à l’exception d’Israël, qui a pourtant joué un rôle majeur. En effet, les 400 Casques blancs en question ont été évacués de Syrie par Israël, vers la Jordanie alors qu’ils étaient pris au piège face à l’offensive du régime dans le sud syrien ».

« Francis Kalifat a précisé au ministre, précise le même communiqué, qu’il était « tout à fait regrettable que le Ministère des Affaires étrangères français n’ait pas jugé utile de mentionner le pays qui a permis cette évacuation courageuse ». Il a également rappelé que la presse française s’était par ailleurs largement faite l’écho de cette information ».

« Il s’agit d’un geste humanitaire exceptionnel. Israël maintient sa politique de non-intervention dans le conflit en Syrie et continue à considérer le régime syrien comme responsable de toutes les activités qui ont lieu sur le territoire syrien », lisait-on dans un communiqué de l’armée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...