Rechercher

Ce Noël, rendez-vous à Gaza pour la PlayStation 5

La dernière console de jeu de Sony est (très) populaire mais de plus en plus difficile à obtenir. Or, dans l'enclave palestinienne, elle reste souvent sur l'étagère

Des personnes se tiennent en ligne à côté du stand PlayStation lors de la 24e Electronic Entertainment Expo E3 au Los Angeles Convention Center, le 14 juin 2018. Sony a déclaré le 16 septembre 2020 que sa prochaine console de jeux vidéo PlayStation 5 coûterait environ 1550 shekels et serait lancée le 12 novembre. (Crédit : AP Photo/Damian Dovarganes, Dossier)
Des personnes se tiennent en ligne à côté du stand PlayStation lors de la 24e Electronic Entertainment Expo E3 au Los Angeles Convention Center, le 14 juin 2018. Sony a déclaré le 16 septembre 2020 que sa prochaine console de jeux vidéo PlayStation 5 coûterait environ 1550 shekels et serait lancée le 12 novembre. (Crédit : AP Photo/Damian Dovarganes, Dossier)

La PlayStation 5, la console de jeux vidéo tant convoitée, s’est révélée insaisissable pour de nombreux acheteurs américains, en raison de la forte demande et des problèmes de chaîne d’approvisionnement. Mais si vous voulez absolument en mettre une sous le sapin ce Noël, il y a un endroit où vous pouvez vous la procurer : Gaza.

Selon le journal britannique The Guardian, la console de Sony a été difficile à vendre dans l’enclave frappée par la pauvreté, laissant certains magasins avec des stocks excédentaires.

Le salaire mensuel moyen à Gaza étant d’environ 207 dollars, selon l’organisation israélienne de défense des droits de l’homme Gisha, une nouvelle PlayStation 5 (qui se vend près de 500 dollars aux États-Unis soit environ 1 550 shekels) est souvent bien au-delà des moyens de la plupart des Gazaouis.

Plus de la moitié de la population de Gaza vit sous le seuil de pauvreté, selon les statistiques de la Banque mondiale, et le Bureau central palestinien des statistiques a estimé le taux de chômage à 43,1 %.

En outre, les prix de la PS5 à Gaza sont souvent gonflés, en raison de la difficulté d’importer des produits électroniques sur le territoire. Les consoles se vendent souvent plus de 1 000 dollars aujourd’hui, alors qu’elles coûtaient plus de 1 500 dollars lors de leur sortie.

Pour contourner le blocus qu’Israël maintient sur Gaza, le premier lot de PS5 à arriver a été introduit en contrebande, à partir de Dubaï, puis démonté en pièces détachées, acheminé en Égypte, avant d’être réassemblé. Aujourd’hui, les habitants de Gaza peuvent obtenir des PS5 auprès de sources israéliennes, bien qu’il y ait généralement un prix à payer.

Mais malgré tous les efforts déployés pour acheminer les PS5 vers la bande de Gaza, lorsqu’ils y parviennent, ils ne s’arrachent pas tout de suite. « Il n’y a pas une grande demande pour ces appareils à Gaza parce que leurs prix sont encore élevés », a déclaré au Guardian Hassan al-Baik, qui dirige un magasin d’électronique à Gaza.

Al-Baik a dit qu’il avait cinq consoles, mais qu’il avait du mal à les décharger. Un autre détaillant a déclaré au Guardian que son magasin ne vendait que trois à cinq PS5 par mois.

La difficulté et la complexité de trouver un marché pour la console sembleraient étranges dans de nombreux pays occidentaux, où la demande est souvent très élevée et l’offre très faible.

Une pénurie mondiale de semi-conducteurs a rendu plus difficile la production d’un nombre suffisant de PlayStations pour répondre à la demande.

En outre, l’offre de la console de jeu a été rendue quelque peu artificielle par Sony, qui alimente les consoles au compte-gouttes au fil du temps, plutôt que d’augmenter la production pour tenter de répondre à l’explosion de la demande. Cette méthode permet de maintenir une forte demande pendant des mois, voire des années, et de maintenir plus longtemps la pertinence du produit.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...