Israël en guerre - Jour 257

Rechercher

Cheikh Nawaf, six décennies au cœur du pouvoir du Koweït

Sur le plan diplomatique, il a gardé le statu quo, préférant ne pas nouer de relations avec Israël comme l'ont fait ses voisins de Bahreïn et des Emirats arabes unis

Le prince héritier du Koweït, Cheikh Nawaf Al-Ahmad Al-Jaber Al-Sabah, assiste à la séance de clôture du 25e Sommet arabe au Palais Bayan à Koweït, le mercredi 26 mars 2014. L'émir au pouvoir du Koweït, le cheikh de 86 ans Nawaf Al Ahmad Al Sabah est décédé, a rapporté la télévision d'État le samedi 16 décembre 2023. (Crédit : AP Photo/Nasser Waggi, File)
Le prince héritier du Koweït, Cheikh Nawaf Al-Ahmad Al-Jaber Al-Sabah, assiste à la séance de clôture du 25e Sommet arabe au Palais Bayan à Koweït, le mercredi 26 mars 2014. L'émir au pouvoir du Koweït, le cheikh de 86 ans Nawaf Al Ahmad Al Sabah est décédé, a rapporté la télévision d'État le samedi 16 décembre 2023. (Crédit : AP Photo/Nasser Waggi, File)

Cheikh Nawaf al-Ahmad Al-Sabah n’a été émir du Koweït que pendant trois ans, mais il a été impliqué durant six décennies dans la conduite tumultueuse des affaires du petit pays pétrolier.

Décédé samedi à l’âge de 86 ans, cheikh Nawaf a occupé de multiples postes de responsabilité à Koweit, la capitale de ce pays de 4,2 millions d’habitants, dont 1,3 million de Koweitiens.

Il a notamment été ministre de la Défense lorsque l’Irak a envahi le pays en 1990, déclenchant l’intervention d’une alliance militaire menée par les Etats-Unis qui a mis fin à l’occupation.

Il a également été ministre de l’Intérieur lors de la période de troubles qui a vu les forces de sécurité koweïtiennes combattre les islamistes armés en 2005.

Avec son style discret, il a réussi à survivre aux remous de la politique koweïtienne marquée par des disputes à répétition entre le gouvernement et le Parlement.

Né en 1937, cheikh Nawaf était le cinquième fils de l’ancien émir cheikh Ahmad al-Jaber Al-Sabah (1921-1950). Il a commencé sa carrière politique à 25 ans en tant que gouverneur de la province de Hawalli, avant de lancer sa carrière ministérielle.

Nommé prince héritier en 2006, il a succédé à son demi-frère, cheikh Sabah al-Ahmad Al-Sabah, après le décès de ce dernier à 91 ans en septembre 2020.

Au pouvoir, cheikh Nawaf a dû gérer une crise d’ordre économique provoquée par une chute des prix du pétrole, qui a vu la note souveraine du pays abaissée par les agences de notation en 2020.

Sur le plan diplomatique, il a gardé le statu quo, préférant ne pas nouer de relations avec Israël comme l’ont fait ses voisins de Bahreïn et des Emirats arabes unis.

Le président américain Donald Trump, au centre, avec, de gauche à droite, le ministre des Affaires étrangères de Bahreïn Abdullatif al-Zayani, le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre des Affaires étrangères des Émirats arabes unis Abdullah bin Zayed al-Nahyan, lors de la cérémonie de signature des accords d’Abraham sur la pelouse sud de la Maison Blanche, le 15 septembre 2020, à Washington. (Alex Brandon/AP)

Il a également maintenu des relations équilibrées avec l’Arabie saoudite et l’Iran, les deux grands rivaux de la région.

« Cheikh Nawaf est considéré comme une personne calme qui, lorsque la situation l’exige, peut prendre des décisions fermes », a résumé Mohammed al-Faily, un constitutionnaliste de l’université de Koweït.

Son successeur, le prince héritier cheikh Michal al-Ahmad Al-Sabah, un autre demi-frère de l’émir disparu, est âgé de 83 ans.

La disparition de cheikh Nawaf et l’âge avancé de son successeur augmentent les incertitudes dans un pays secoué par les divisions au sein même de la famille des Al-Sabah, dont certains membres accusent d’autres membres de corruption ou de conspiration.

La Constitution du Koweït énonce que le souverain doit être un descendant du fondateur de la nation, Moubarak Al-Sabah. Mais une tradition d’alternance entre les branches familiales des Salem et des Jaber a longtemps été observée.

L’ancien émir, cheikh Sabah, de la branche des Jaber, a mis fin à cette tradition en nommant comme prince héritier cheikh Nawaf, un autre Jaber, mettant ainsi à l’écart la branche des Salem.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.