Clinton à Netanyahu : je m’opposerai à toute solution externe au conflit
Rechercher

Clinton à Netanyahu : je m’opposerai à toute solution externe au conflit

La candidate démocrate promet de combattre les motions de parti-pris de l’ONU et le BDS, et de renforcer encore les relations militaires

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et Hillary Clinton, alors candidate démocrate à l'élection présidentielle américaine à New York, le 25 septembre 2016. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et Hillary Clinton, alors candidate démocrate à l'élection présidentielle américaine à New York, le 25 septembre 2016. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

La candidate démocrate à la présidentielle Hillary Clinton a déclaré dimanche au Premier ministre Benjamin Netanyahu que, si elle était élue, elle s’opposerait à toutes tentatives d’imposer une solution externe au conflit israélo-palestinien, ainsi qu’à toute action unilatérale des Nations unies.

Pendant une rencontre à New York, Clinton a déclaré qu’elle était engagée à contrer les efforts de délégitimation d’Israël et à combattre le mouvement de Boycott, Désinvestissements et Sanctions (BDS) contre Israël, a annoncé CNN.

Tous deux se sont vus pendant environ une heure à l’hôtel W de New York. La campagne Clinton a déclaré dans un communiqué qu’ils avaient eu une « conversation profonde ». Elle a souligné qu’un « Israël fort et sûr était vital pour les Etats-Unis », et « réaffirmé l’engagement sans faille » envers la relation israélo-américaine.

Selon son équipe de campagne, Clinton a souligné son soutien à l’accord d’aide militaire de 38 milliards de dollars sur dix ans signé entre les deux pays ce mois-ci, et son opposition aux tentatives de boycott d’Israël.

Ils ont également discuté de l’Iran, du conflit syrien et d’autres défis régionaux, dont son soutien à une solution à deux états au conflit israélo-palestinien négociée par les deux parties, et pas par une organisation extérieure comme le Conseil de sécurité des Nations unies.

La signature de l'accord d'aide militaire israélo-américain au département d'Etat, le 14 septembre 2016. (Crédit : ambassade israélienne à Washington)
La signature de l’accord d’aide militaire israélo-américain au département d’Etat, le 14 septembre 2016. (Crédit : ambassade israélienne à Washington)

Un important conseiller de la campagne a déclaré à Bloomberg News que Clinton comptait renforcer encore la coopération de défense et de renseignements entre les deux pays. Elle a également déclaré qu’elle travaillerait étroitement avec Israël pour assurer que l’Iran respecte ses obligations de l’accord nucléaire signé en 2015, et pour combattre le soutien de Téhéran au terrorisme contre l’Etat juif.

Les deux politiques se connaissent bien, ayant eu nombre de discussions diplomatiques quand Clinton était secrétaire d’Etat entre 2009 et 2013.

Selon un communiqué du bureau du Premier ministre, Netanyahu a exposé les positions d’Israël sur les sujets régionaux à l’ancienne secrétaire d’Etat, et a détaillé « ses efforts pour parvenir à la paix et à la stabilité. »

Il l’a également remerciée « pour son amitié et son soutien envers Israël. »

L’ambassadeur israélien aux Etats-Unis Ron Dermer était présent, ainsi que Jake Sullivan, conseiller de Clinton.

Précédemment, Trump avait rencontré le Premier ministre et lui avait dit que s’il était élu président, il reconnaîtrait Jérusalem comme la « capitale indivisible » d’Israël.

Donald Trump et Benjamin Netanyahu, le 25 septembre 2016 à New York (Crédit : Kobi Gideon/GPO)
Donald Trump et Benjamin Netanyahu, le 25 septembre 2016 à New York (Crédit : Kobi Gideon/GPO)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...