Clip de rap antisémite : Alain Soral relaxé en appel
Rechercher

Clip de rap antisémite : Alain Soral relaxé en appel

La Cour d'appel n'a pas reconnu le caractère antisémite du clip de rap intitulé "Gilets jaunes" qui avait été diffusé sur le site internet, Egalité et Réconciliation

Alain Soral. (Crédit : Archives INA via YouTube)
Alain Soral. (Crédit : Archives INA via YouTube)

Condamné en première instance à 24 mois de prison dont 18 mois ferme ainsi qu’à 45 000 euros d’amende pour avoir diffusé en ligne un clip de rap antisémite, l’extrémiste de droite Alain Soral a été relaxé jeudi devant la cour d’appel de Paris.

« Le jugement en première instance est infirmé. Alain Bonnet dit Alain Soral est relaxé », a annoncé le président de la cour d’appel aux avocats des parties civiles parmi lesquelles la Licra, le Mrap, SOS Racisme, la Ligue des Droits de l’Homme ou encore l’Union des étudiants juifs de France.

Alain Soral était poursuivi pour « provocation à la haine raciale et injure publique aggravée », et avait été condamné par le tribunal de Bobigny en septembre 2019.

La Cour d’appel n’a pas reconnu le caractère antisémite du clip de rap intitulé « Gilets jaunes » qui avait été diffusé sur son site internet, Egalité et Réconciliation.

Dans cette vidéo étaient jetées au feu une pancarte affichant le nom de Rothschild ainsi que des photos de Jacques Attali, Bernard-Henri Lévy et Patrick Drahi. En outre, le clip appelait à « virer » les trois premiers cités, tout en les qualifiant de « parasites ». Le clip d’une durée de 4:32 minutes montrait également à plusieurs reprises le président Emmanuel Macron lors de son discours au dîner du Crif en 2018.

Absent de l’audience, Alain Soral, 62 ans, a été condamné à une vingtaine de reprises, en grande partie pour des infractions similaires. Sa peine a été plusieurs fois allégée en appel.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...