Israël en guerre - Jour 290

Rechercher

Comment aborder le conflit Israël/Hamas dans une Allemagne hantée par la culpabilité de la Shoah

A Berlin, où vit la plus grande diaspora palestinienne d'Europe, la municipalité a expliqué que trois messages doivent passer : Israël a le droit de se défendre, la lutte contre le terrorisme doit respecter le droit international, et les Juifs en Allemagne ne sont pas responsables de la politique israélienne

Des centaines de personnes se sont rassemblées devant la synagogue du Fraenkelufer pour prendre part à une veillée à Berlin, en Allemagne, le 13 octobre 2023. (Crédit : Markus Schreiber/AP)
Des centaines de personnes se sont rassemblées devant la synagogue du Fraenkelufer pour prendre part à une veillée à Berlin, en Allemagne, le 13 octobre 2023. (Crédit : Markus Schreiber/AP)

Comment aborder à l’école le conflit au Proche-Orient dans une Allemagne hantée par la culpabilité de la Shoah ? A Berlin, où vit la plus grande diaspora palestinienne d’Europe, la question se pose plus que jamais aux enseignants.

« Le week-end de l’offensive du Hamas contre Israël, nous avons aussitôt échangé entre collègues pour savoir comment en parler en cours », raconte à l’AFP Clara Debour, enseignante au collège Rütli du quartier populaire de Neukölln.

Tout près de l’établissement, dans la Sonnenallee, le réseau pro-palestinien Samidoun a distribué des pâtisseries pour célébrer « la victoire de la résistance », après l’attaque sanglante du groupe terroriste palestinien du Hamas du 7 octobre qui a fait 1 200 morts côté israélien, en majorité des civils. L’organisation a depuis été interdite.

« Une grande partie de nos élèves sont musulmans, beaucoup d’origine arabe et certains d’origine palestinienne », explique la professeur.

Le lundi suivant le 7 octobre, « les élèves passaient par toutes sortes d’émotions: la peur, l’indignation, la colère, la tristesse et pour certains, une sorte de satisfaction », se souvient-elle.

Dans un lycée voisin, « beaucoup partaient du principe que l’attaque était une vengeance méritée », raconte une enseignante qui préfère taire son nom.

Des soldats israéliens enlevant les corps de civils israéliens dans le kibboutz Kfar Azza, près de la frontière entre Israël et Gaza, dans le sud d’Israël, le 10 octobre 2023. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)

Au cours de la discussion dans cet établissement, la professeur « a réussi à leur faire comprendre que les répercussions iraient à l’encontre du bien-être de tous et que la distribution de pâtisseries de Samidoun profiterait à l’extrême droite » allemande.

« Dépassés par les images »

Mais avec l’offensive militaire israélienne sur les infrastructures du Hamas dans la bande de Gaza, la tension s’est accrue.

Jeudi, lors de commémorations du 85e anniversaire du pogrom nazi de la Nuit de Cristal, le chancelier Olaf Scholz a appelé à transmettre « dans les écoles » la « responsabilité historique » de l’Allemagne vis-à-vis des Juifs.

« C’est une nécessité absolue (…) pour tout ceux qui viennent de pays où l’on ne parle pas de la Shoah ou d’une façon totalement différente », a-t-il ajouté.

Récemment, la municipalité de Berlin a distribué des conseils aux établissements scolaires. A la fin d’un cours sur le conflit, trois messages doivent passer : Israël a le droit de se défendre, la lutte contre le terrorisme doit intervenir en respectant le droit international, et les Juifs en Allemagne ne sont pas responsables de la politique israélienne.

Photo d’illustration : la police anti-émeute monte la garde lors d’une manifestation propalestinienne « en solidarité avec Gaza » à Duisburg, dans l’Ouest de l’Allemagne, le 9 octobre 2023. (Crédit : Ina FASSBENDER / AFP)

Le Sénat propose également aux enseignants des formations sur le conflit et sur la façon des jeunes de s’informer sur les réseaux sociaux.

« Les adolescents sont dépassés par les images qu’ils voient. Beaucoup de leurs parents regardent Al Jazeera qui montre davantage les morts que la télévision allemande », explique Mme Debour. Elle déplore aussi les fake news notamment propagées sur TikTok et s’efforce de les démonter en cours.

Selon elle, de nombreux élèves comprennent la responsabilité historique de l’Allemagne vis-à-vis des Juifs mais s’indignent de la position du gouvernement allemand, trop proche d’Israël selon eux.

Un homme se couvre du drapeau israélien pour assister à un rassemblement en soutien à Israël. Berlin, en Allemagne, le 22 octobre 2023. (Photo de John MACDOUGALL / AFP)

« Prendre au sérieux »

« De nombreux élèves se sont sentis traités injustement après l’interdiction de nombreuses manifestations propalestiniennes », raconte Mme Debour.

Au lycée Ernst Abbe, voisin de son école, une bagarre a éclaté entre un professeur et un élève qui avait emporté un drapeau palestinien. A la suite de cette affaire, les écoles berlinoises ont été autorisées à interdire les symboles palestiniens s’ils sont utilisés pour glorifier les actes du Hamas, organisation considérée comme terroriste par Israël, l’UE et les Etats-Unis.

Des manifestants brandissant des drapeaux palestiniens en traversant un pont sur la rivière Spree tandis qu’un bateau de croisière passe en dessous, lors d’une manifestation de soutien aux Palestiniens et contre Israël, sous le slogan « Libérez la Palestine » à Berlin, en Allemagne, le 4 novembre 2023. (Crédit : Odd Andersen/AFP)

Réfugiée palestinienne arrivée à Berlin à 6 ans, Jouanna Hassoun, intervenante régulière dans les écoles avec Shai Hoffmann, Israélo-Allemand, prône le dialogue avant tout.

« Il est important de prendre au sérieux les histoires et la souffrance des familles palestiniennes pour que les jeunes s’ouvrent. A l’école, ils peuvent réfléchir et peut-être changer de position », dit-elle.

Depuis des années, les établissements à forte proportion d’élèves musulmans s’efforcent d’apaiser les tensions, en invitant par exemple ensemble un rabbin et un imam ou un rescapé de la Shoah.

Au collège Rütli, où beaucoup de jeunes filles portent le voile, autorisé dans les écoles allemandes, Mme Debour propose un cours intitulé « Israël-Palestine », avec à la clé un voyage en Israël, pour l’instant reporté.

« Le pire qui pourrait arriver c’est que chacun reste dans sa bulle médiatique », avertit-elle.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.