Rechercher

Comment la presse a relayé l’explosion à Jabaliya qui a tué 4 enfants

Les médias internationaux relaient l'information des autorités israéliennes sur les enfants tués samedi, victimes d’un tir de roquette raté, et non d’une frappe israélienne

Titre du journal allemand Bild, sur son site internet, le 7 août 2022 : 'Une roquette palestinienne tue des civils à Gaza' (Capture d’écran)
Titre du journal allemand Bild, sur son site internet, le 7 août 2022 : 'Une roquette palestinienne tue des civils à Gaza' (Capture d’écran)

Les autorités israéliennes ont redoublé d’efforts, depuis samedi soir, pour faire toute la lumière sur l’explosion, dans la bande de Gaza, qui a tué plusieurs personnes dont des enfants, causée par un tir de roquette palestinien raté et non une frappe israélienne.

S’agissant de la couverture médiatique mondiale de l’incident, ces efforts semblent récompensés.

Les premières informations données par Gaza faisaient état d’une frappe israélienne sur le camp de réfugiés de Jabaliya, au nord de Gaza, qui avait tué sept civils, dont quatre enfants. Des photos circulant sur les réseaux sociaux donnaient à voir sept sacs mortuaires.

Tsahal a assuré dès samedi, puis de nouveau dimanche, n’avoir tiré aucune salve dans le secteur au moment de l’explosion et, de surcroît, détenir les preuves vidéo et radar que l’explosion avait été causée par une roquette défectueuse tirée par des terroristes palestiniens.

CNN a écrit sur son site Web : « Le ministère palestinien de la Santé a déclaré que l’explosion avait été causée par une frappe aérienne israélienne. Israël a contesté cette affirmation, assurant que l’explosion était le résultat d’un tir de roquette raté. Les autorités israéliennes ont publié une vidéo montrant ce qu’elles présentent comme la roquette du Jihad islamique en question, que l’on voit brusquement changer de cap dans les airs avant de s’écraser sur un bâtiment.

Samedi, le New York Times indiquait que « trois enfants avaient également péri samedi, sans que l’on sache s’ils avaient été touchés par une frappe israélienne ou par une roquette palestinienne défectueuse. L’armée israélienne a déclaré qu’ils avaient été tués par un tir de roquette raté du Jihad islamique. »

Un jour plus tard, le même journal citait les chiffres du ministère palestinien de la Santé faisant état de six enfants morts dans les derniers combats, ajoutant: « Israël a déclaré que certains de ces enfants ont été tués samedi soir lorsqu’une roquette du Jihad islamique s’est écrasée dans le nord de la bande de Gaza. L’armée israélienne a déclaré qu’elle n’opérait pas dans cette zone au moment de l’explosion. Le Jihad islamique n’a pas commenté la revendication israélienne. »

Des proches d’un jeune Palestinien tué dans la nuit, dans le camp de réfugiés de Jabaliya, au Nord de la bande de Gaza, lors de ses funérailles dans le même camp, le 7 août 2022. (Crédit : Mahmud HAMS / AFP)

L’agence de presse AFP, basée en France, a cité Israël disant « détenir la preuve ‘irréfutable’ qu’une roquette perdue tirée par le Jihad islamique était responsable de la mort de plusieurs enfants à Jabalia, dans le nord de Gaza, samedi ».

Samedi, l’Associated Press écrivait : « L’armée israélienne a déclaré qu’une roquette perdue tirée par des militants palestiniens avait tué des civils samedi soir, dont des enfants, dans la ville de Jabaliya, au nord de Gaza. L’armée a déclaré avoir enquêté sur l’incident et conclu « sans équivoque » qu’il avait été causé par un problème d’allumage de la part des opérateurs du Jihad islamique. L’incident n’a fait l’objet d’aucun commentaire palestinien officiel. »

Un homme inspecte une maison endommagée dans le camp de Jabaliya, au nord de la bande de Gaza, le 6 août 2022. (Crédit : Mohamed Abed/AFP)

Dimanche, l’AP indiquait que, jusqu’à présent, « six enfants et quatre femmes figuraient au nombre des morts », sans préciser que plusieurs d’entre eux pourraient avoir été tués par des tirs de roquettes palestiniennes.

Le site d’information allemand Bild a publié un titre déclarant : « Un missile palestinien tue des civils à Gaza ».

Al Jazeera, basée au Qatar, a noté que le Hamas avait déclaré que quatre enfants avaient été tués dans l’explosion et « accusé Israël de ces morts, mais que l’armée israélienne avait nié toute responsabilité, affirmant que l’explosion avait été causée par une roquette ratée lancée par le Jihad islamique. Al Jazeera n’a pas, à ce stade, été en mesure de vérifier ces affirmations. »

Tsahal et les autorités gouvernementales ont mené une vigoureuse campagne publique pour faire comprendre qu’Israël n’était pas responsable des morts à Jabaliya. Dimanche matin, Tsahal publiait une vidéo montrant le lancement raté de la roquette.

La vidéo donne à voir des roquettes lancées depuis l’enclave côtière d’Israël, dont une, à une altitude sensiblement différente des autres.

Le chef de la Direction de la diplomatie publique du Bureau du Premier ministre, Elad Tene, a ajouté : « Tous les tirs de l’organisation terroriste du Jihad islamique constituent un double crime de guerre : ils tirent sur des civils et utilisent des civils de Gaza comme boucliers humains. Cet incident illustre le tort fait par le Jihad islamique aux habitants de Gaza. Tous les dommages causés à des civils innocents sont tragiques. »

La porte-parole internationale du Premier ministre Yair Lapid, Keren Hajioff, a publié une déclaration vidéo, déclarant : « Ce soir, les terroristes du Jihad islamique ont tiré une roquette sur Israël, qui s’est écrasée à l’intérieur de Gaza, détruisant une maison palestinienne dans le quartier de Jabaliya et tuant tragiquement au moins quatre enfants. Une vidéo prouve la véracité de tout ceci. Il n’y avait aucune activité israélienne dans la bande de Gaza, dans cette zone ou à ce moment-la. »

S’exprimant sur la Douzième chaîne dimanche après-midi, la colonelle (à la retraite) Miri Eisin, qui a servi dans le renseignement de Tsahal pendant 20 ans et plus tard en tant que conseillère du Premier ministre pour les médias internationaux, a déclaré que les jeunes Israéliens actifs sur les réseaux sociaux aidaient à apporter un message important au monde.

« L’une des meilleures choses qui se soit développée ces dernières années, à la fois à l’intérieur et à l’extérieur du ministère des Affaires étrangères pour les jeunes en Israël, est l’accès aux réseaux sociaux » et la possibilité d’y défendre Israël, a-t-elle déclaré.

« Il y a actuellement des gens, âgés de 18, 20 ou 25 ans qui, par l’intermédiaire du ministère des Affaires étrangères ou de leur propre initiative, …prennent la parole, sans parler uniquement de Jabaliya », a-t-elle dit, et touchent des publics qui, autrement, n’auraient pas l’occasion d’entendre ou lire le point de vue israélien.

Dimanche après-midi, l’armée israélienne déclarait que près de 780 roquettes avaient été tirées depuis Gaza sur Israël. Quelque 270 avaient été interceptées par le système de défense antimissile “Dôme de fer” et 180 s’étaient écrasées dans la bande de Gaza.

Emanuel Fabian a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...