Comment vivre sa foi confiné ? La rabbin Horvilleur et l’imam Bajrafil répondent
Rechercher

Comment vivre sa foi confiné ? La rabbin Horvilleur et l’imam Bajrafil répondent

Delphine Horvilleur a expliqué que des offices en streaming via les réseaux sociaux de l’association Judaïsme en mouvement seraient mis en place, notamment pour Shabbat

Comment vivre sa foi confiné ? Qu’est-ce que le coronavirus change pour les religions ? C’est à ces questions qu’ont tenté de répondre Delphine Horvilleur, rabbin pour le Mouvement juif libéral de France et écrivaine, et Mohammed Bajrafil, imam de la mosquée d’Ivry-sur-Seine.

Dans l’émission « 28 minutes » du 20 mars, diffusée sur Arte, les deux responsables religieux se sont penchés sur ces changements dûs à l’épidémie de coronavirus pour les religions et la pratique religieuse, alors que les édifices religieux ont fermé leurs portes et qu’aucune cérémonie religieuse ne sera organisée jusqu’à nouvel ordre.

Durant son interview, tournée avant le début du shabbat, Delphine Horvilleur a expliqué que des offices en streaming via les réseaux sociaux de l’association Judaïsme en mouvement seraient mis en place.

« Entrer dans Shabbat ce soir est un peu particulier, parce que chaque semaine le sens de Shabbat dans la tradition juive c’est de se déconnecter, de couper ses relations avec le monde profane. On a l’impression depuis quelques jours être rentrés dans une sorte de Shabbat international, qu’il y a quelque chose de cet ordre-là. On se pose la question : qu’est-ce qui se déconnecte aujourd’hui, mais qu’est-ce qui a la possibilité de se connecter autrement dans nos vies ? »

Mohammed Bajrafil explique lui que ses fidèles ont vécu très difficilement les mesures de confinement mises en place. Il ajoute avoir lui aussi démarré ses prêches religieux pour la première fois via les réseaux sociaux.

Dans un tweet, l’homme avait affirmé que la « pratique bigote pourrait empirer la crise sanitaire », appelant à suivre les recommandations des scientifiques.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...