Confirmation d’un 3e cas israélien touché par le Coronavirus au Japon
Rechercher

Confirmation d’un 3e cas israélien touché par le Coronavirus au Japon

Le ministère de la Santé œuvre à extraire les citoyens israéliens du bateau de croisière ; le grand-rabbin de Jérusalem se met lui-même en quarantaine après une visite à Singapour

Des passagers américains saluent les journalistes en quittant le port de Yokohama,après avoir débarqué du bateau de croisière Diamond Princess placé en quarantaine pour des craintes liées au nouveau coronavirus COVID-19 à Tokyo, le 17 février 2020 (Crédit :  Behrouz MEHRI / AFP)
Des passagers américains saluent les journalistes en quittant le port de Yokohama,après avoir débarqué du bateau de croisière Diamond Princess placé en quarantaine pour des craintes liées au nouveau coronavirus COVID-19 à Tokyo, le 17 février 2020 (Crédit : Behrouz MEHRI / AFP)

Un troisième ressortissant israélien qui se trouvait à bord du bateau de croisière Diamond Princess placé en quarantaine au Japon a été testé positif au coronavirus mortel, a confirmé dimanche soir le ministère des Affaires étrangères.

La femme, qui n’a pas été identifiée, a quitté le Diamond Princess et a été prise en charge dans un hôpital japonais pour y être soignée, a ajouté le ministère.

Dans la matinée de dimanche, deux passagers israéliens du navire avaient eux-mêmes été testés positifs au virus, rejoignant plus de 355 autres voyageurs infectés par la maladie. Le ministère de la Santé avait fait savoir dans un communiqué que les autorités japonaises avaient signalé que les deux Israéliens, qui avaient été débarqués, ne montraient que des symptômes modérés.

Douze ressortissants de l’Etat juif se trouvent encore sur le Diamond Princess. La période de quarantaine devrait s’achever mercredi.

Les passagers américains montent à bord d’un avion à l’aéroport Haneda, à Tokyo, le 17 février, après avoir débarqué du bateau Diamond Princess, placé en quarantaine en raison de craintes liées au coronavirus COVID-19, à Yokohama. (Crédit : Kazuhiro NOGI / AFP)

Suite à l’annonce du diagnostic positif à la maladie des deux Israéliens, ce sont la panique et le ressentiment qui se sont propagés parmi les autres ressortissants se trouvant à bord du bateau. Shalva Dahan, une passagère, a appelé Israël à intervenir pour leur faire quitter le navire et elle a critiqué les autorités qui, selon elle, les laissent dans l’ignorance.

« Sortez-nous de là, mettez-nous dans un hangar en Israël, quel qu’il soit », a-t-elle déclaré au site d’information Walla. « Je me fiche d’y rester un mois mais pourquoi nous laisser ici, pourquoi ne pas nous tenir au courant de ce qu’il se passe ? », s’est-elle exclamé.

Le ministère de la Santé a délégué son directeur-adjoint, Itamar Grotto, qui s’est envolé pour le Japon pour permettre aux Israéliens encore à bord de quitter le bateau et les rapatrier dans le pays.

S’exprimant devant les caméras de la Douzième chaîne, dimanche soir, Grotto a déclaré que les passagers israéliens restants « sont actuellement soumis à des tests. Tous ceux qui auront un résultat négatif pourront quitter le navire et ce sera ma mission de garantir qu’ils reviendront sains et saufs… chez eux ».

Prenant la parole lors de la réunion hebdomadaire du cabinet à Jérusalem, dimanche, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a promis que les Israéliens à bord du bateau de croisière et testés négatifs au coronavirus auraient l’autorisation de revenir bientôt dans le pays.

« Ceux qui ne sont pas infectés retourneront en Israël et seront placés à l’isolement. Ceux qui ont été testés positifs restent là-bas, conformément à une décision prise par le gouvernement japonais. Nous avons envoyé un médecin pour leur venir en aide et, bien sûr, nous prions pour eux », a dit Netanyahu.

Les Etats-Unis ont commencé, dimanche, à évacuer les citoyens américains du bateau via des vols affrétés pour l’occasion. Ils seront ensuite mis en quarantaine sur le territoire américain. Le bateau, à son arrivée, comptait 3 711 passagers et membres d’équipage – dont certains doivent encore être examinés. Les cas de coronavirus sur le bateau représentent la plus importante concentration de malades hors des frontières de la Chine.

Un passager américain lève le pouce devant les journalistes à son arrivée à l’aéroport Haneda, après avoir quitté le bateau de croisière Diamond Princess placé en quarantaine pour des craintes liées au nouveau coronavirus COVID-19 à Tokyo, le 17 février 2020. (Crédit : Kazuhiro NOGI / AFP)

Un responsable de la Santé, aux Etats-Unis, a déclaré dimanche que plus de 40 Américains avaient été infectés et qu’ils ne seraient pas évacués.

« Quarante d’entre eux sont touchés », a commenté Anthony Fauci, haut-responsable à l’Institut national pour la Santé lors de l’émission « Face the Nation », sur CBS. « Ils n’iront nulle part. Ils resteront à l’hôpital au Japon », a-t-il ajouté.

Le grand rabbin de Jérusalem en quarantaine

Au sein de l’Etat juif, le ministère de la Santé a annoncé dimanche que les voyageurs s’étant rendus récemment en Thaïlande, à Hong-Kong, à Singapour et à Macau devraient rester en quarantaine chez eux à leur retour pendant quinze jours.

Le ministère avait seulement exigé cette quarantaine, jusqu’à présent, pour les personnes revenues de Chine.

Cette directive aurait été critiquée par les responsables du ministère des Affaires étrangères qui ont dit, dimanche soir, aux médias qu’aucun autre pays n’avait adopté de mesure aussi drastique, tout en mettant en garde contre d’éventuelles répercussions diplomatiques.

Ces nouvelles instructions concerneront des centaines d’Israéliens et notamment le grand rabbin de Jérusalem, Shlomo Amar, en visite à Singapour pour superviser l’inauguration de son cimetière juif et qui devrait revenir en Israël dans la semaine.

Le grand rabbin de Jérusalem Shlomo Amar pendant les fêtes de la journée de Jérusalem à Jérusalem, le 2 juin 2019. (Crédit : Aharon Krohn/Flash90)

Le transporteur national israélien El Al a annoncé dimanche qu’il allait diminuer de moitié le nombre de ses vols en direction de Bangkok, une destination prisée par les Israéliens. El Al avait fait savoir, au mois de janvier, qu’il cessait ses liaisons vers la Chine en raison de l’apparition du virus et ce pour une période de deux mois.

Fin janvier, l’Etat juif avait interdit aux ressortissants étrangers s’étant récemment rendus en Chine d’entrer sur le territoire par la mer ou par la terre, le bilan mortel du nouveau coronavirus meurtrier grimpant en flèche. Le ministre de la Santé, Yaakov Litzman, avait alors noté que cette interdiction resterait en vigueur jusqu’à une date indéterminée et que les Israéliens étant allés en Chine devraient être placés en quarantaine, chez eux, pendant deux semaines.

1 770 personnes sont mortes du nouveau coronavirus en Chine depuis son apparition dans la ville de Wuhan, dans le centre du pays. Le COVID-19 a par ailleurs fait cinq morts hors des frontières chinoises.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...