Israël en guerre - Jour 226

Rechercher

Contre la désertification, l’Irak veut planter 5 millions d’arbres

Le Premier ministre irakien a annoncé "le lancement d'une importante initiative de reboisement" pour contrer une désertification galopante et les tempêtes de sable

Un policier irakien régulant la circulation pendant une tempête de sable, dans une rue de la capitale Bagdad,  le 1er Septembre 2015. (Crédit : AFP Photo/Haidar Mohammed Ali)
Un policier irakien régulant la circulation pendant une tempête de sable, dans une rue de la capitale Bagdad, le 1er Septembre 2015. (Crédit : AFP Photo/Haidar Mohammed Ali)

Le Premier ministre irakien a dévoilé dimanche à Bassora une campagne visant à planter cinq millions d’arbres pour contrer une désertification galopante et les tempêtes de sable dans un Irak frappé par le dérèglement climatique.

« Illustré par une hausse des températures, des précipitations en recul, une augmentation des tempêtes de poussière, le changement climatique (…) menace la sécurité alimentaire, sanitaire, et environnementale », a résumé le Premier ministre irakien Mohamed Chia al-Soudani.

Il a annoncé « le lancement d’une importante initiative de reboisement, pour planter cinq millions d’arbres et de palmiers dans tous les gouvernorats ».

« Plus de sept millions de citoyens ont été affectés, leurs régions ont souffert de la sécheresse, ils ont été déplacés par centaines de milliers après avoir perdu leur gagne-pain dépendant de l’agriculture et de la pêche », a déploré le chef du gouvernement dans une allocution rapportée par ses services.

Soudani s’exprimait à l’ouverture d’une conférence consacrée au climat, organisée dimanche et lundi en présence d’ambassadeurs et de responsables onusiens à Bassora, grande ville portuaire du sud.

Au printemps 2022, l’Irak a été balayé par une dizaine de tempêtes de sable ou de poussière, provoquant des difficultés respiratoires chez des milliers de personnes et obligeant les autorités à fermer temporairement écoles et administrations et à suspendre le trafic aérien.

Parmi les mesures préconisées pour lutter contre ce phénomène, les autorités citent la création de ceintures vertes autour des villes pour faire office de brise-vent, dans un pays où 39 % du territoire est touché par la désertification.

L’Irak était autrefois surnommé « le pays au 30 millions de palmiers », mais des dizaines d’années de conflits et de politiques publiques défaillantes ont ravagé ce symbole national. Palmeraies luxuriantes et ceintures vertes qui protégeaient de grandes villes comme Bagdad ou Kerbala (centre) ont été délaissées ou remplacées par des quartiers bétonnés.

Un berger promenant son troupeau depuis la ville nouvellement construite de Hasankeyf, qui fait partie du projet de barrage d’Ilısu situé le long du Tigre dans la province de Batman, dans le sud-est de la Turquie, le 3 août 2020. (Crédit : BULENT KILIC / AFP)

L’Irak souffre aussi d’une baisse alarmante du niveau de ses deux fleuves mythiques, le Tigre et l’Euphrate. Outre le dérèglement climatique, cette baisse de débit est surtout due à la construction en amont de barrages, en Turquie et en Iran voisins, déplorent les autorités.

Dimanche, Soudani s’est engagé à organiser « prochainement » à Bagdad une conférence régionale pour « renforcer la coopération et l’échange d’expertise » face au changement climatique.

En 2021 l’Arabie saoudite, grand voisin de l’Irak, avait dévoilé une initiative verte visant à planter dix milliards d’arbres sur son territoire en dix ans et 40 milliards d’arbres supplémentaires en collaborant avec d’autres pays arabes.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.