Israël en guerre - Jour 192

Rechercher

Coran : Téhéran n’acceptera pas d’ambassadeur suédois sans « mesures concrètes »

L'annonce du ministre iranien des Affaires étrangères a été faite peu après une manifestation organisée devant l'ambassade suédoise à Téhéran qui a évolué en sit-in

Des partisans du religieux chiite irakien Moqtada al-Sadr marchant lors d'un rassemblement après la prière hebdomadaire du vendredi, dénonçant l'incendie du Coran en Suède dans la ville sainte centrale de Koufa, à l'est de la ville voisine de Nadjaf, le 21 juillet 2023. (Crédit : Qassem al-Kaabi/AFP)
Des partisans du religieux chiite irakien Moqtada al-Sadr marchant lors d'un rassemblement après la prière hebdomadaire du vendredi, dénonçant l'incendie du Coran en Suède dans la ville sainte centrale de Koufa, à l'est de la ville voisine de Nadjaf, le 21 juillet 2023. (Crédit : Qassem al-Kaabi/AFP)

Le ministre iranien des Affaires étrangères a déclaré vendredi qu’aucun ambassadeur suédois ne serait accepté en Iran tant que des « mesures concrètes » n’auront pas été prises par la Suède pour éviter toute nouvelle profanation du Coran sur son territoire.

Lors d’une interview à la télévision d’État, Hossein Amir Abdollahian a indiqué que « le mandat de l’ambassadeur suédois à Téhéran a pris fin » et que, « conformément aux directives du président, tant que le gouvernement suédois n’aura pas pris des mesures sérieuses concernant la profanation du Coran, nous n’accepterons pas le nouvel ambassadeur suédois ».

Il a également précisé que l’ambassadeur iranien ne sera pas envoyé en Suède.

Cette annonce intervient peu après une manifestation organisée devant l’ambassade suédoise à Téhéran qui a évolué en sit-in : des protestataires ont clamé leur intention de rester sur place jusqu’à ce que l’ambassadeur suédois soit expulsé d’Iran.

D’autres manifestations ont eu lieu vendredi en Irak et au Liban, sur fond de tensions diplomatiques entre Stockholm et plusieurs pays musulmans, suite à deux évènements organisés à Stockholm pour profaner le Coran. Leur instigateur, Salwan Momika, un réfugié irakien, avait incendié des pages du livre sacré fin juin, avant de le piétiner et de le déchirer jeudi lors d’un rassemblement autorisé dans la capitale suédoise.

Par ailleurs, l’ambassade de Suède à Bagdad a été incendiée par des partisans de l’influent leader religieux irakien Moqtada Sadr. Le gouvernement irakien a dans la foulée ordonné l’expulsion de l’ambassadrice suédoise et rappelé son propre représentant en Suède.

En réponse à l’incendie du Coran en Suède, des Irakiens brandissant des exemplaires du Coran, le livre saint des musulmans, lors d’une manifestation sur la place Tahrir, à Bagdad, en Irak, le 20 juillet 2023 (Crédit : Adil aL-Khazali/AP)

La diplomatie suédoise a annoncé avoir temporairement rapatrié à Stockholm les opérations et le personnel de son ambassade en Irak.

L’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont, eux, convoqué les chargés d’Affaires suédois dans leur pays.

Autre pays du Golfe, le Koweït a annoncé oeuvrer pour la tenue d’une « réunion urgente » de l’Organisation de coopération Islamique (OCI) et l’adoption de « mesures concrètes garantissant que de tels actes ne se reproduisent pas ».

La police suédoise a autorisé les évènements de Momika au nom de la liberté de réunion, tout en assurant que cela ne signifiait pas qu’elle les approuvait.

« Répéter ces actions au prétexte de la liberté d’expression est inacceptable et injustifié », avait fustigé le chef de la diplomatie iranienne lors d’un appel téléphonique avec son homologue suédois.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.