Coronavirus : le nombre de morts repart à la hausse en Italie
Rechercher

Coronavirus : le nombre de morts repart à la hausse en Italie

Le bilan des morts en Italie est reparti lundi à la hausse, avec 636 décès supplémentaires en 24 heures, après deux journées consécutives de baisse, a annoncé la Protection civile

Sur cette photo prise derrière une vitre, des docteurs soignent des patients atteints du COVID-19 en soins intensifs à l'hôpital San Matteo à Padoue, dans le nord de l'Italie, le jeudi 26 mars 2020.  (Crédit : Claudio Furlan/LaPresse via AP)
Sur cette photo prise derrière une vitre, des docteurs soignent des patients atteints du COVID-19 en soins intensifs à l'hôpital San Matteo à Padoue, dans le nord de l'Italie, le jeudi 26 mars 2020. (Crédit : Claudio Furlan/LaPresse via AP)

L’Italie, pays le plus durement touché par l’épidémie de Covid-19 avec un total de 16 523 morts pour plus de 132 000 cas, avait commencé à espérer une accalmie après avoir enregistré des baisses significatives samedi et dimanche par rapport aux 766 décès de vendredi.

La Lombardie, poumon économique de la péninsule, reste la région la plus touchée avec 9 202 morts pour plus de 51 000 cas, suivie de l’Emilie-Romagne, 2.108 morts pour plus de 17 000 cas.

Le nombre de malades en soins intensifs a en revanche poursuivi sa baisse pour le troisième jour consécutif, avec 79 malades en moins par rapport à dimanche pour un total de 3 898 personnes.

Au cours de sa conférence de presse quotidienne, le chef de la Protection civile Angelo Borrelli a annoncé la création d’un fonds « destiné à aider les familles des professionnels de santé morts dans cette crise ».

Plusieurs dizaines de médecins sont morts du coronavirus en Italie depuis le début la pandémie, selon les chiffres de l’Ordre des Médecins. Au total, 12 252 professionnels de santé ont été contaminés, selon l’Institut supérieur de la Santé.

Interrogé sur le début de la phase 2, celle d’une sortie progressive et partielle des strictes mesures de confinement et de fermeture des activités économiques non-essentielles, M. Borrelli a indiqué que le gouvernement prendrait une décision avant le 13 avril (le Lundi de Pâques), date à laquelle ces mesures arrivent à échéance.

« Le comité technico-scientifique est en train de procéder à des évaluations mais ce sera ensuite aux décideurs politiques, et donc au conseil des ministres et au président du Conseil de décider de la date et des modalités » de cette phase 2, a-t-il dit.

Un nombre croissant de régions italiennes sont en train d’introduire le port obligatoire d’un masque de protection, ou à défaut une écharpe couvrant le nez et la bouche, dès que l’on sort de chez soi.

Après la Lombardie, la Toscane (centre) a annoncé l’introduction de cette mesure d’ici la fin de la semaine, et l’Emilie-Romagne (centre-nord) l’envisage également.

« Nous ne pouvons pas rester enfermés à la maison éternellement, mais nous considérons que ce sacrifice doit être maintenu encore 2-3 semaines pour arrêter la propagation. En ce qui concerne les masques, nous devrons probablement nous habituer à le porter pendant les prochains mois », a déclaré pour sa part le responsable Santé de la région Lombardie, Giulio Gallera.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...