Coronavirus : L’Israélien Teva va offrir 10 M de doses d’anti-paludique aux USA
Rechercher

Coronavirus : L’Israélien Teva va offrir 10 M de doses d’anti-paludique aux USA

Le président américain Donald Trump a vanté le recours à la chloroquine après des résultats encourageants en Chine et en France même si de nombreux experts appellent à la prudence

Les bureaux de la société pharmaceutique israélienne Teva Pharmaceuticals, à Jérusalem, en octobre 2013. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Les bureaux de la société pharmaceutique israélienne Teva Pharmaceuticals, à Jérusalem, en octobre 2013. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le géant israélien des médicaments génériques Teva a annoncé vendredi qu’il allait fournir gratuitement aux hôpitaux américains dix millions de doses de sa molécule anti-paludique hydroxychloroquine, qui pourrait s’avérer efficace pour combattre la pandémie de coronavirus.

La société précise que six millions de doses seront fournies aux hôpitaux américains d’ici le 31 mars, et plus de dix millions d’ici un mois.

« Nous nous sommes engagés à participer à la livraison sans contrepartie d’autant de doses que possible puisque la demande pour ce traitement s’accélère », indique le vice-président exécutif de Teva Brendan O’Grady, dans un communiqué.

Le président américain Donald Trump a vanté jeudi le recours à la chloroquine après des résultats encourageants en Chine et en France même si de nombreux experts appellent à la prudence.

Le kit de test pour les travailleurs de Magen David Adom pour un patient présentant des symptômes de COVID-19 (coronavirus), à Jérusalem le 17 mars 2020. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

En France, le laboratoire Sanofi s’est dit prêt mardi à offrir des millions de doses de Plaquenil pour traiter potentiellement 300 000 malades.

Cette molécule d’hydroxychloroquine, également utilisée depuis des décennies dans les maladies auto-immunes de type lupus ou polyarthrite rhumatoïde, pourrait en effet avoir un effet sur l’élimination du virus, a indiqué lundi le professeur Didier Raoult, directeur de l’Institut hospitalo-universitaire de Marseille.

Des travaux similaires ont été conduits en Chine au plus fort de l’épidémie de Covid-19 à Wuhan.

Selon l’étude menée par le professeur Raoult sur 24 patients atteints du coronavirus, six jours après le début de la prise de Plaquenil, le virus avait disparu chez trois quarts des personnes traitées.

La Food and Drug Administration (FDA), l’organisme fédéral qui supervise la commercialisation des médicaments aux Etats-Unis, a un peu tempéré l’enthousiasme du président Trump en soulignant que le traitement, autorisé pour certaines maladies, n’avait pas été approuvé pour le coronavirus.

Mais elle va mettre en place « un essai clinique étendu », a expliqué Stephen Hahn, son dirigeant.

Fort de ces avancées médicales, Teva indique également qu’il va tout mettre en oeuvre pour accélérer sa production d’hydroxychloroquine et également mener des recherches pour voir si dans son large catalogue de 3.500 médicaments, d’autres peuvent être utilisés pour combattre le Covid-19.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...