COVID-19 : L’Egypte interdit les rassemblements pour le Nouvel an
Rechercher

COVID-19 : L’Egypte interdit les rassemblements pour le Nouvel an

Pays arabe le plus peuplé avec 100 millions d'habitants, l'Egypte compte à ce jour 127 061 cas de contamination à la COVID-19 dont 7 167 décès

Un volontaire portant un masque désinfecte un homme afin de lutter contre l'épidémie de COVID-19 dans le village de Shamma dans la province nord du delta du Nile de Menoufia en Egypte, le 1er avril 2020. (Photo par Mohamed el-Shahed / AFP)
Un volontaire portant un masque désinfecte un homme afin de lutter contre l'épidémie de COVID-19 dans le village de Shamma dans la province nord du delta du Nile de Menoufia en Egypte, le 1er avril 2020. (Photo par Mohamed el-Shahed / AFP)

Le Premier ministre égyptien, Mostafa Madbouli, a annoncé mercredi l’interdiction des rassemblements pour le Nouvel An afin d’empêcher la propagation du nouveau coronavirus, en pleine deuxième vague de la pandémie.

« Il n’y aura ni célébrations ni rassemblements pour le Nouvel An, dans le cadre des mesures préventives visant à lutter contre le coronavirus », a déclaré le chef du gouvernement dans un communiqué, sans plus de précisions.

Pays arabe le plus peuplé avec 100 millions d’habitants, l’Egypte compte à ce jour 127 061 cas de contamination à la COVID-19 dont 7 167 décès.

Après une brève accalmie, le nombre de contaminations a drastiquement augmenté ces dernières semaines, passant d’une centaine de nouveaux cas enregistrés par jour en octobre à plus de 700 nouveaux cas quotidiens aujourd’hui.

Si le taux de guérison demeure élevé, la faible capacité de dépistage du Caire fait dire aux experts qu’un grand nombre d’infections continuent de passer inaperçues.

Lors d’une intervention télévisée lundi, Mohamed al-Nadi, membre du comité national chargé de gérer la crise du coronavirus, a estimé que le nombre « d’infections réelles (était) au moins dix fois plus élevé » que le chiffre officiel.

Par ailleurs, la ministre de la Santé et de la Population, Hala Zayed, a déclaré pour sa part mercredi que 364 hôpitaux dotés de 5 000 lits en soins intensifs et 2 400 respirateurs artificiels étaient prêts à accueillir des patients dans un état critique.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...