Covid: De nouvelles protéines trouvées par des Israéliens ; vers un médicament ?
Rechercher

Covid: De nouvelles protéines trouvées par des Israéliens ; vers un médicament ?

"Nous connaissons maintenant mieux l'ennemi", dit Noam Stern-Ginossar, après avoir découvert 4 protéines inconnues dans l'organisme des patients atteints de COVID-19

Image illustrative : Rendu 3D du coronavirus attaquant un poumon atteint de pneumonie sévère. (iStock)
Image illustrative : Rendu 3D du coronavirus attaquant un poumon atteint de pneumonie sévère. (iStock)

Des chercheurs israéliens affirment avoir fait un pas en avant dans leurs efforts pour « comprendre l’ennemi » dans l’espoir de le maîtriser, après avoir identifié quatre protéines jusqu’alors inconnues que les gens produisent suite à une infection par coronavirus.

Ils ont également identifié 19 peptides, des chaînes courtes d’acides aminés, qui n’avaient pas été identifiés auparavant dans le corps des personnes infectées.

« Nous connaissons maintenant mieux l’ennemi », a déclaré Noam Stern-Ginossar, une scientifique à l’origine de l’étude évaluée par des pairs qui vient d’être publiée dans Nature, au Times of Israël.

« Dans la lutte contre le virus, nous cherchons à identifier chaque changement qui est causé par le virus, chaque aspect de la réponse immunitaire, parce que le cibler avec des médicaments pourrait aider à arrêter son impact », a-t-elle déclaré.

Illustration : Des employés de l’unité coronavirus du centre médical Sheba à Ramat Gan, le 27 juillet 2020. (Yossi Zeliger/Flash90)

« Nous ne savons pas encore ce que font les protéines et peptides nouvellement identifiés, mais si nous commençons à comprendre, ils pourraient potentiellement être de nouvelles sources de médicaments », a déclaré Mme Stern-Ginossar.

« Mieux nous comprenons les processus qui se déroulent dans les cellules lorsqu’elles sont infectées, meilleures sont nos chances d’éliminer le virus. »

Stern-Ginossar, du département de génétique moléculaire de l’Institut Weizmann, ainsi qu’un groupe de recherche dirigé par Nir Paran et Tomer Israely à l’Institut israélien de recherche biologique, ont infecté des cellules humaines avec le coronavirus dans un laboratoire, afin d’analyser exactement quelles protéines le virus les incite à produire.

Rivka Abulafia-Lapid, une virologiste du centre médical Hadassah qui n’est pas liée à l’étude, a déclaré au Times of Israël qu’elle considère que c’est « un très bon papier, excellent en termes scientifiques ».

Noam Stern-Ginossar de l’Institut Weizmann des sciences (Autorisation de l’Institut Weizmann des sciences)

Stern-Ginossar, ainsi que ses doctorants Yaara Finkel et Orel Mizrahi, espéraient trouver une ou deux nouvelles protéines, mais ont été stupéfaits par leur découverte.

« Nous avons trouvé quatre protéines complètement nouvelles, ainsi que 19 peptides, qui sont essentiellement de petites protéines, qui sont des versions différentes de protéines déjà identifiées », a-t-elle déclaré.

Il est bien connu que lorsque le SRAS-CoV-2 pénètre dans l’organisme d’un patient, il incite ce dernier à produire des protéines qui aident le virus à se répliquer, à se développer et à se propager dans l’organisme.

Jusqu’à présent, on pensait qu’il y avait 26 protéines de ce type ; les nouvelles recherches situent le nombre à 30, plus les 19 peptides, et Stern-Ginossar a déclaré qu’elle pensait que c’était un tableau complet.

Certaines de ces protéines ravagent le système immunitaire, ce qui caractérise le COVID-19, c’est pourquoi de nombreux scientifiques pensent que les comprendre et les désarmer pourrait s’avérer central pour le développement de médicaments.

« Le virus est comme une recette qui dit au corps ce qu’il doit faire, l’amenant à fabriquer des protéines virales, et ces protéines répliquent le virus afin d’infecter de nouvelles cellules », a expliqué Mme Stern-Ginossar.

« Depuis janvier, nous connaissons la séquence génétique du coronavirus. Maintenant, nous avons une image beaucoup plus claire des protéines que le virus fabrique une fois qu’il infecte les cellules des patients », a-t-elle déclaré.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...