Rechercher

COVID long: 1 personne sur 3 n’a pas retrouvé sa santé pré-COVID – étude israélienne

Soulignant l'impact "immense et évolutif" du COVID, une étude de la Maccabi met en évidence la prévalence de symptômes tels que des troubles de la mémoire et des douleurs musculaires

Illustration : Le patient Gary Miller dans une clinique spécialisée dans la COVID longue durée, à Londres. (Crédit : AP Photo/Kirsty Wigglesworth)
Illustration : Le patient Gary Miller dans une clinique spécialisée dans la COVID longue durée, à Londres. (Crédit : AP Photo/Kirsty Wigglesworth)

Selon une nouvelle étude israélienne, un adulte sur trois ayant contracté le virus COVID-19 ne retrouve pas son état de santé antérieur à l’infection, et ce même plusieurs mois plus tard.

Après la guérison, « environ 34,6 % des participants ont déclaré ne pas avoir retrouvé leur état de santé initial », indique une étude évaluée par des pairs et réalisée par des chercheurs de la caisse de santé Maccabi, l’un des quatre du pays, sur la base d’enquêtes menées auprès de 699 patients entre un et six mois après la guérison. En moyenne, les répondants avaient guéri cinq mois auparavant.

L’étude, dirigée par la Dr Tal Palaton, responsable de la recherche et de l’innovation à Maccabi, a mis en évidence la prévalence de symptômes tels que des troubles de la mémoire et des douleurs musculaires, et a mis en garde contre les conséquences pour la santé publique d’un COVID long. Les décideurs politiques « doivent s’attendre à un impact significatif de ce syndrome sur la santé publique », lit-on dans l’étude.

La recherche a montré que les symptômes étaient beaucoup plus fréquents chez les personnes qui avaient ressenti la présence du coronavirus, par rapport à celles qui avaient été asymptomatiques. Ils étaient également plus fréquents chez les femmes qui avaient attrapé le COVID que chez les hommes, et chez les personnes en surpoids ou les fumeurs.

La Maccabi a mené son enquête en septembre 2021, deux mois avant l’arrivée de la souche Omicron en Israël. Cela signifie que les résultats ne reflètent pas les différences possibles dans les profils de COVID longs après la guérison d’Omicron par rapport aux souches précédentes.

Et si la taille de l’échantillon est importante, elle ne représente que 7,5 % des personnes invitées à participer à l’enquête. Les auteurs reconnaissent donc la possibilité d’un « biais de sélection », ce qui signifie que, l’enquête étant volontaire, les personnes ayant présenté des symptômes peuvent avoir été plus motivées à répondre que les autres.

Néanmoins, l’étude contribue à un corpus croissant de littérature soulignant le phénomène du COVID long, son incidence, et – grâce à une autre étude israélienne publiée le mois dernier – son impact sur le bien-être.

Une femme se fait dépister au coronavirus à l’aide d’un test antigénique rapide dans une station de dépistage du Magen David Adom à Jérusalem, le 20 juin 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

L’épidémiologiste Ronit Calderon-Margalit de l’Université hébraïque, qui n’a pas participé à l’étude, a déclaré que malgré les limites de cette étude, elle constitue une contribution précieuse sur un sujet important.

« Je pense que les cliniciens et le personnel de santé rencontrent très fréquemment le COVID long. Cependant, le syndrome n’est pas encore bien caractérisé, en termes d’incidence, de prévalence, de symptômes et de pronostic « , a-t-elle déclaré au Times of Israel.

« Ce syndrome représente probablement une charge supplémentaire pour les soins de santé communautaires, et nous manquons d’informations sur la manière de le traiter ou sur le suivi à effectuer, ou encore sur les conséquences possibles à long terme de ce syndrome. Nous avons besoin d’études de haute qualité pour faire la lumière sur ce sujet. »

Comme la nouvelle étude portait sur un groupe témoin de quelque 1 398 personnes, elle montre à quel point certains problèmes de santé sont plus fréquents chez les personnes qui ont guéri du COVID que chez les autres.

Quelque 37 % des répondants qui se sont rétablis ont signalé des troubles de la mémoire, contre 14 % de ceux qui n’ont pas été infectés. Pour les douleurs thoraciques, les chiffres comparatifs étaient de 20 % et 12 %, et pour la faiblesse, ils étaient de 53 % contre 33 %.

Les myalgies, ou douleurs musculaires, ont été ressenties par 24,7 % du groupe non-COVID et par 40 % du groupe COVID.

Concernant l’importance des résultats, les auteurs ont écrit : « L’impact du COVID-19 sur la santé humaine est immense et est en évolution. Il s’agit d’un domaine de recherche et de soins de santé dynamique et en constante évolution, avec des conséquences imprévisibles. L’un des sujets de préoccupation est l’impact à long terme sur la santé de l’infection par le SRAS-CoV-2. Le COVID long pourrait avoir un impact significatif sur la santé humaine dans les années à venir. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...