Rechercher

Covid: Redoutant une 5e vague, Salman Zarka est réticent à assouplir les mesures

Selon certaines sources, les ministres approuveraient de toutes façons la suppression de certaines règles

Le responsable de la lutte contre le coronavirus en Israël, Salman Zarka, lors d'une conférence de presse sur le coronavirus à Jérusalem, le 29 août 2021. (Crédit :Olivier Fitoussi/Flash90)
Le responsable de la lutte contre le coronavirus en Israël, Salman Zarka, lors d'une conférence de presse sur le coronavirus à Jérusalem, le 29 août 2021. (Crédit :Olivier Fitoussi/Flash90)

Le responsable en charge de la lutte nationale contre le coronavirus, Salman Zarka, a déclaré dimanche qu’il n’envisageait pas encore de recommander l’assouplissement des restrictions restantes contre la COVID-19, craignant une éventuelle cinquième vague de virus.

« Nous sommes optimistes et nous voyons que la tendance à la baisse [des cas] se poursuit, mais la quatrième vague est toujours là », a déclaré Salman Zarka à la radio publique Kan.

« Nous avons aussi une leçon à tirer, à rappeler à tout le monde : Nous sommes sortis trop vite de la troisième vague. Nous pensions avoir vaincu le coronavirus, puis le variant Delta est arrivé, provoquant une quatrième vague », a-t-il ajouté. « Nous devons procéder lentement, prudemment, en gardant à l’esprit une [éventuelle] cinquième vague, à Dieu ne plaise. »

Selon les médias israéliens, le cabinet Corona devrait toutefois approuver l’assouplissement d’un certain nombre de restrictions restantes dans les prochains jours.

Parmi les recommandations, les responsables envisageraient d’abolir les restrictions sur les grands rassemblements en plein air qui fixent des limites entre 1 000 et 5 000 participants, et les limites imposées aux salles d’événements de 400 personnes dans les espaces fermés et 500 dans les espaces ouverts, une fois que le taux moyen de nouveaux cas quotidiens sera descendu en dessous de 1 000.

Par ailleurs, les mesures envisagées pourraient inclure la suppression du passeport vert dans les salles de sport.

Photo d’illustration : Une femme montre son Passeport vert à son arrivée au théâtre Khan de Jérusalem, le 23 février 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

À partir de dimanche, les lieux et les entreprises qui exigent un passeport vert devront en scanner le QR code avant d’accorder l’accès aux clients potentiels, après des semaines de difficultés techniques pour mettre en place les nouvelles règles.

Le QR code de chaque détenteur de passeport vert doit désormais être scanné à l’aide d’une application du ministère de la Santé et comparé à sa carte d’identité pour vérifier qu’il peut bien entrer. Le code est destiné à rendre les passeports verts plus difficiles à falsifier. Bien que les codes figurent sur le passeport vert depuis la mise en place du système, qui est destine à freiner la propagation du virus, la plupart des entreprises ont renoncé à les scanner et se contentent souvent de laisser passer les gens d’un simple coup d’œil.

L’obligation de scanner les passeports verts devait commencer au début du mois; cependant, une nouvelle politique conditionnant leur renouvellement à l’injection de rappel du vaccin ayant engendré des difficultés techniques, un délai de grâce a été accordé par le ministère de la Santé.

Les personnes qui n’ont pas été vaccinées ou qui ne disposent pas d’un certificat de guérison du COVID-19 peuvent également obtenir un passeport vert temporaire à l’aide d’un test négatif (valable pendant 72 heures) à leurs frais – à moins que la personne en question ne soit pas éligible à la vaccination.

Les enfants peuvent bénéficier d’un laissez-passer vert s’ils ont été testés négatifs au coronavirus au cours des dernières 24 heures. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Les chiffres du ministère de la Santé publiés dimanche matin montrent que 734 nouveaux cas ont été identifiés dans tout le pays au cours de la journée précédente, contre plus de 10 000 par jour au plus fort de la vague en août et septembre. Le taux de tests positifs était de 1,63 % sur près de 50 000 tests.

Le nombre de cas graves était de 388, dont 157 sous ventilateur. Le nombre total de décès s’élevait à 7 983 dimanche matin.

Il n’y avait que deux localités avec plus de 500 cas actifs, toutes deux des grandes villes – Jérusalem avec 2 058, et Tel Aviv avec 643 – alors qu’il y a un mois, 16 villes comptaient plus de 1 000 cas. Le nombre total de cas actifs est tombé à 19 587.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...