Covid : Un ex-procureur de la guerre en Bosnie aide la communauté juive meurtrie
Rechercher

Covid : Un ex-procureur de la guerre en Bosnie aide la communauté juive meurtrie

Selon Phillip Weiner, jusqu'à 5 % des juifs de Bosnie, dont des survivants de la Shoah, sont morts, alors que le gouvernement est critiqué pour sa mauvaise gestion de la pandémie

  • Des personnes attendent de se faire vacciner contre la COVID-19, à l'extérieur d'une salle de sport dans la capitale Sarajevo, en Bosnie, mercredi 21 avril 2021. (AP Photo/Eldar Emric)
    Des personnes attendent de se faire vacciner contre la COVID-19, à l'extérieur d'une salle de sport dans la capitale Sarajevo, en Bosnie, mercredi 21 avril 2021. (AP Photo/Eldar Emric)
  • Phillip Weiner, à propos du bilan du COVID pour la communauté juive de Bosnie : "C'est un spectacle d'horreur". (Autorisation de Weiner/ via JTA)
    Phillip Weiner, à propos du bilan du COVID pour la communauté juive de Bosnie : "C'est un spectacle d'horreur". (Autorisation de Weiner/ via JTA)
  • Des personnes attendent de se faire vacciner contre la COVID-19, dans une salle de sport de la capitale Sarajevo, en Bosnie, mercredi 21 avril 2021. (AP Photo/Eldar Emric)
    Des personnes attendent de se faire vacciner contre la COVID-19, dans une salle de sport de la capitale Sarajevo, en Bosnie, mercredi 21 avril 2021. (AP Photo/Eldar Emric)
  • Des manifestants réclament la démission du gouvernement pour la mauvaise gestion de la pandémie de coronavirus à Sarajevo, en Bosnie, mardi 6 avril 2021. (AP Photo/Kemal Softic)
    Des manifestants réclament la démission du gouvernement pour la mauvaise gestion de la pandémie de coronavirus à Sarajevo, en Bosnie, mardi 6 avril 2021. (AP Photo/Kemal Softic)
  • Des personnes attendent de se faire vacciner contre la COVID-19 dans une salle de sport de la capitale Sarajevo, en Bosnie, mercredi 21 avril 2021. (AP Photo/Eldar Emric)
    Des personnes attendent de se faire vacciner contre la COVID-19 dans une salle de sport de la capitale Sarajevo, en Bosnie, mercredi 21 avril 2021. (AP Photo/Eldar Emric)

Jewish Journal-Massachusetts via JTA – Cela fait près de dix ans que Phillip Weiner a vécu pour la dernière fois à Sarajevo, où il a été juge international pour les crimes de guerre.

Mais M. Weiner est resté en contact avec les Juifs de Bosnie qu’il a rencontrés là-bas, et lorsqu’il a entendu parler de leur situation critique pendant la pandémie de COVID-19, il a su qu’il devait faire quelque chose.

Au service du tribunal de La Haye pour les crimes de guerre en Yougoslavie, M. Weiner a poursuivi les responsables des atrocités commises pendant la guerre de Bosnie, de 1992 à 1995. Il a vécu de façon intermittente à Sarajevo, aujourd’hui capitale de la Bosnie-Herzégovine, pendant plus de quatre ans, de 2006 à 2012, et a assisté aux offices du Shabbat à la synagogue de la communauté juive.

M. Weiner a fait la connaissance de nombreux membres éminents de la communauté juive de la ville, dont certains sont aujourd’hui victimes de la COVID-19 en raison de la recrudescence des cas. Selon ses contacts, la pandémie a coûté la vie à 5 % de la minuscule communauté juive de Bosnie.

« De nombreux Juifs meurent. C’est un spectacle d’horreur », a déclaré Weiner. « David Kamhi, un éminent violoniste de concert et diplomate, est mort. Jakob Finci, le président de la communauté juive de Bosnie-Herzégovine, est dans un état grave. »

Plus de 1 000 Bosniaques ont défilé à Sarajevo au début du mois pour demander la démission du gouvernement, en raison de la mauvaise gestion de la pandémie de coronavirus. La Bosnie a enregistré 7 000 décès dus à cette maladie et affiche l’un des taux de mortalité les plus élevés d’Europe.

De plus, le pays ne s’est pas lancé dans un programme de vaccination significatif. C’est pourquoi, depuis son domicile de la région de Boston, M. Weiner s’efforce d’acheminer des doses de vaccin à la communauté juive de Bosnie.

Il a contacté le ministère israélien des Affaires étrangères, le consul général d’Israël en Nouvelle-Angleterre à Boston et l’American Jewish Committee (AJC) à Los Angeles. Jusqu’à présent, dit-il, il n’y a pas eu de réponse.

Phillip Weiner, à propos du bilan du COVID pour la communauté juive de Bosnie : « C’est un spectacle d’horreur ». (Autorisation de Weiner/ via JTA)

Ceux qui sont en mesure de voyager ont fait le voyage de six heures jusqu’à Belgrade, en Serbie, pour se faire vacciner, selon Igor Kozemjakin, cantor de 41 ans et rabbin par intérim de la synagogue de la communauté juive de Sarajevo.

Mais se rendre dans un pays voisin n’est pas possible pour de nombreuses personnes âgées, notamment les 90 survivants de la Shoah en Bosnie, a déclaré Kozemjakin, dont la propre mère est décédée de la COVID-19 fin mars. Son père, Boris, âgé de 73 ans, a eu un cas bénin et n’est pas encore vacciné.

Le Congrès juif européen estime à environ 500 le nombre de Juifs vivant dans le pays. Kozemjakin dit avoir appris d’Elma Softic-Kaunitz, secrétaire générale de la communauté juive de Bosnie-Herzégovine, que 5 % des membres de la communauté sont morts de la COVID.

Des personnes en deuil lors des funérailles de David Kamhi, éminent violoniste de concert, diplomate et ancien dirigeant de la communauté juive. (Phillip Weiner/ via JTA)

Kamhi, un leader communautaire, a été parmi les survivants de la Shoah à succomber. Il avait 5 ans lorsqu’une famille musulmane a aidé sa famille à fuir Sarajevo en 1941.

« David Kamhi était un membre très important de notre communauté et de la société en général », a déclaré M. Kozemjakin. « Je lui ai succédé en tant que cantor. La communauté juive est à 85 % sépharade et Kamhi a conservé les traditions. Il était le dernier locuteur vivant du judéo-espagnol – ladino – la langue des juifs séfarades. C’était sa langue maternelle ».

Kamhi était actif pendant et après la guerre de 1992-95, il était président de la Commission pour la culture de la communauté juive de Sarajevo et faisait des recherches sur la culture et les traditions des Juifs de Bosnie. Son beau-frère est également mort du virus, et la veuve de Kamhi, Blanka, s’est rétablie après être tombée gravement malade, selon Kozemjakin.

Un autre survivant gravement malade est Finci, qui est né en 1943 dans un camp de concentration italien sur l’île de Rab (aujourd’hui en Croatie) et qui défend depuis longtemps la cause des Juifs de Bosnie.

Ancien ambassadeur, M. Finci a été président de la communauté juive de Bosnie-Herzégovine. En 2009, il s’est opposé, avec Dervo Sejdic, à une loi qui excluait les Juifs et d’autres minorités de l’accès aux fonctions électives. Ils ont obtenu gain de cause auprès de la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) à Strasbourg – mais la Bosnie n’a toujours pas appliqué l’arrêt.

Des personnes attendent de se faire vacciner contre la COVID-19, dans une salle de sport de la capitale Sarajevo, en Bosnie, mercredi 21 avril 2021. (AP Photo/Eldar Emric)

Finci a été traité pour la COVID-19 à l’hôpital militaire de Sarajevo. Dans un entretien téléphonique avec le Jewish Journal, le directeur de l’hôpital, le Dr Ismet Gavrankapetanovic, a déploré le manque de vaccins dans le pays pour vacciner la population. A la question de savoir s’il pourrait bientôt recevoir le vaccin, Gavrankapetanovic a répondu avec exaspération.

« Nous attendons, nous attendons, mais jusqu’à présent nous n’avons rien », a-t-il déclaré. « Comme tout est injuste aujourd’hui. Quatre ans de guerre. Quatre ans sans électricité. Quatre ans sans fournitures médicales. Maintenant, pas de vaccin. »

Selon une récente analyse de Politico Europe, le gouvernement bosniaque est particulièrement mal préparé à gérer une crise nécessitant une prise de décision immédiate. Une administration à plusieurs niveaux, créée à la fin de la guerre en 1995, garantit la représentation des groupes ethniques bosniaque, croate et serbe, dont les dirigeants politiques sont engagés dans une lutte perpétuelle, mais alimente également l’impasse en temps de crise, lorsque des décisions rapides sont vitales. La COVID-19 tue actuellement plus de civils chaque jour à Sarajevo que ceux qui sont morts pendant la guerre de Bosnie dans les années 1990, a conclu Politico.

Weiner a raconté sa conversation avec Blanka Kamhi.

Des manifestants réclament la démission du gouvernement pour la mauvaise gestion de la pandémie de coronavirus à Sarajevo, en Bosnie, mardi 6 avril 2021. (AP Photo/Kemal Softic)

« On a l’impression d’être de retour pendant la guerre de Bosnie », lui a-t-elle dit, selon Weiner. « La seule différence est que les bombes ne tombent pas du ciel. Au lieu de cela, les gens sont malades et meurent. »

Cela laisse Weiner et d’autres personnes qui se soucient profondément du pays et de sa fragile communauté juive se demander qui va aider la Bosnie. Il a déclaré qu’il continuerait à chercher des vaccins pour la communauté.

« Le Premier ministre israélien a indiqué qu’il veillerait à ce que tous les survivants de la Shoah dans le monde soient vaccinés, et j’espère qu’Israël va maintenant agir en Bosnie », a déclaré M. Weiner. « L’Allemagne a annoncé un don de 13,5 millions de dollars pour vacciner les survivants de la Shoah dans le monde entier. J’espère qu’ils pourront mettre en œuvre ce programme très rapidement. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...