Cracovie: Un conseiller blâme les figurines porte-bonheur représentant des Juifs
Rechercher

Cracovie: Un conseiller blâme les figurines porte-bonheur représentant des Juifs

Cette déclaration fait suite à une campagne menée par des juifs polonais pour mettre fin à la vente de ces objets qui représentent des juifs orthodoxes comptant de l'argent

Les clients d'un marché de Cracovie achètent des figurines d'hommes orthodoxes hassidiques. (Crédit : Jason Francisco via JTA)
Les clients d'un marché de Cracovie achètent des figurines d'hommes orthodoxes hassidiques. (Crédit : Jason Francisco via JTA)

JTA – Un porte-parole de la ville de Cracovie, en Pologne, a condamné comme antisémites les figurines de juifs orthodoxes qui y sont en vente comme porte-bonheur.

« Cette figurine est antisémite et il est temps pour nous de le réaliser », a déclaré Robert Piaskowski, conseiller municipal chargé des Affaires culturelles, cité lors d’une réunion jeudi par le quotidien Gazeta Wyborcza.

« Dans une ville comme Cracovie, avec un patrimoine aussi difficile et un passé douloureux, il ne devrait pas être vendu, » a-t-il ajouté.

Cette déclaration fait suite à une campagne menée par certains juifs polonais pour faire cesser la vente des figurines, que certains locaux considèrent comme des amulettes pour augmenter leurs revenus.

De nombreuses variantes des figurines et des peintures de Juifs orthodoxes vendues sur les marchés polonais et ailleurs comportent des éléments relatifs à l’argent – généralement, le Juif représenté compte de l’argent.

L’un des militants de Cracovie à l’origine des discussions avec la municipalité sur cette question est Michael Rubinfeld, un acteur né au Canada qui a réalisé plusieurs œuvres d’art et expositions critiquant la coutume, qu’il juge offensante. Rubinfeld, fondateur de l’organisation et du festival artistique FestivALT, a également participé aux discussions avec M. Piaskowski.

Michael Rubenfeld vend des portraits de « Juif chanceux » sur un marché de Cracovie, en avril 2018. (Crédit : Jason Francisco/via JTA)

Les défenseurs de la coutume disent qu’elle reflète la nostalgie envers la présence juive en Pologne, où 3,3 millions de Juifs vivaient avant la Shoah.

La Pologne compte aujourd’hui environ 4 500 personnes qui s’identifient comme juives et environ 7 000 personnes ayant au moins un parent juif, selon une étude démographique de 2020 sur le judaïsme européen.

Selon Salon24, la ville pourrait refuser des concessions de marché aux vendeurs qui vendent les figurines juives.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...