Israël en guerre - Jour 281

Rechercher

Crimes nazis: une étude pointe la responsabilité massive des médecins

Les programmes eugénistes, d'euthanasie et les "expériences humaines" ont fait "au moins 230 000 morts", et certains criminels ont acquis une renommée durable après-guerre sans jamais révéler le contexte de leurs recherches

Le "Block 10" du camp d'extermination d'Auschwitz, où Josef Mengele menait des expériences médicales sur les détenus du camp. (Crédit : VbCrLf/CC-BY-SA/Wikimedia Commons)
Le "Block 10" du camp d'extermination d'Auschwitz, où Josef Mengele menait des expériences médicales sur les détenus du camp. (Crédit : VbCrLf/CC-BY-SA/Wikimedia Commons)

Le corps médical a joué un « rôle central » dans les crimes des nazis, selon un rapport présenté jeudi qui appelle les médecins d’aujourd’hui à apprendre de ce passé pour s’opposer si nécessaire à des directives.

« Les crimes n’ont pas été commis uniquement par des médecins extrémistes » ou « sous la contrainte », selon les résultats de cette étude publiée dans la revue scientifique britannique The Lancet, qui balaie « les idées fausses circulant depuis longtemps » pour minimiser la responsabilité de la profession.

En 1945, de 50 à 65 % des médecins allemands non juifs avaient ainsi rejoint le parti nazi. Une proportion « bien plus élevée que dans toute autre profession universitaire », selon ce document de quelque 80 pages se basant sur des sources universitaires, décrit comme « le plus complet » réalisé à ce jour « sur les atrocités commises ».

Au total, les programmes eugénistes, d’euthanasie et les « expériences humaines brutales » mis en œuvres dans un cadre médical ont fait « au moins 230 000 morts », parmi les handicapés, les patients juifs et les déportés, dont 7 000 à 10 000 enfants. Environ 300 000 stérilisations forcées ont été pratiquées.

« Contrairement aux idées reçues », « la médecine dans l’Allemagne nazie n’était pas une pseudo-science » et la « recherche nazie » est parfois « devenue partie intégrante du canon de la connaissance médicale », note le rapport.

Par exemple, « la compréhension actuelle des effets du tabac et de l’alcool sur le corps a été alimentée par des recherches menées à l’époque nazie ».

Le célèbre médecin nazi Josef Mengele, encore jeune docteur, et la « rampe » du camp de concentration d’Auschwitz-Birkenau en mai 1944, quand Mengele choisissait parfois des prisonniers pour la vie, la mort ou l’expérimentation. (Crédit : Domaine public)

Certains criminels ont acquis une renommée durable après-guerre sans jamais révéler le contexte de leurs recherches, comme le recteur de l’université de Vienne Eduard Pernkopf.

Son atlas anatomique de référence, paru dans de nombreux pays et utilisé sans controverse jusque dans les années 1990, avait été réalisé à partir des cadavres de personnes assassinées.

Une fondatrice de la pédopsychiatrie, Elisabeth Hecker, a aussi été célébrée durant des décennies, l’Allemagne lui attribuant l’Ordre du Mérite en 1979, alors qu’elle a envoyé de nombreux mineurs, placés sous son autorité, à la mort.

Par ailleurs, « les méthodes développées » entre 1939 et 1941 pour tuer des patients par le gaz ont ensuite été réutilisées à très grande échelle « dans les camps d’extermination en Pologne », rappelle l’étude.

Les auteurs recommandent que ces faits historiques soient intégrés aux cursus de formation des professionnels de santé, car il est « souvent surprenant de constater à quel point leurs connaissances » sont « limitées aujourd’hui, hormis peut-être une vague notion des expériences de Josef Mengele à Auschwitz ».

Mais ils vont aussi plus loin, en affirmant que ce devoir de mémoire doit permettre aux médecins d’apprendre à s’opposer à des directives posant des dilemmes éthiques.

Le rapport cite les soignants encadrant les interrogatoires de terroristes, ceux pratiquant le triage dans les hôpitaux lors d’afflux massifs de patients ou encadrant la fin de vie.

Cette recherche a été menée dans le cadre d’une commission Lancet qui réunissait pour la première fois une vingtaine d’experts internationaux afin d’aborder l’histoire de la médecine.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.