Dans ses derniers vœux de Pessah, Obama compare l’Exode à la bataille des droits civiques
Rechercher

Dans ses derniers vœux de Pessah, Obama compare l’Exode à la bataille des droits civiques

Le passage des Hébreux de l’esclavage à la Terre promise est “l’un des plus grands exemples d’émancipation de l’histoire” selon le président ; Cameron dénonce la montée de l’antisémitisme

Le président des Etats-Unis Barack Obama pendant une conférence de presse au Bureau des Affaires étrangères et du Commonwealth, dans le centre de Londres, après une rencontre Downing Street, le 22 avril 2016. (Crédit : AFP PHOTO / Jim Watson)
Le président des Etats-Unis Barack Obama pendant une conférence de presse au Bureau des Affaires étrangères et du Commonwealth, dans le centre de Londres, après une rencontre Downing Street, le 22 avril 2016. (Crédit : AFP PHOTO / Jim Watson)

Barack Obama a délivré vendredi ses derniers vœux de Pessah en tant que président des Etats-Unis, a rappelé qu’il a inauguré la tradition de seder à la Maison Blanche en 2009, et a tracé un parallèle entre l’histoire de la sortie d’Egypte des Hébreux et la bataille pour les droits civiques autour du monde.

« Ma nishtana halaylah hazeh ? », a écrit le président, citant les quatre questions posées pendant le service juif du premier soir de Pessah. La phrase signifie en hébreu « pourquoi cette nuit est-elle différente de toutes les autres nuits ? »

Le président a continué : « Pour Michelle et moi, ce Pessah est différent de tous les autres Pessah parce qu’il marquera notre dernier seder à la Maison Blanche, une tradition que nous avons attendu chaque année depuis que nous avons accueilli le premier seder de l’histoire de la Maison Blanche en 2009. »

Comparant le désir de liberté des Hébreux au combat pour l’égalité dans le monde moderne, Obama a écrit : « L’un des rituels les plus puissants de Pessah est la tradition de raconter l’histoire, des millions de familles juives, d’amis, et même d’étrangers assis ensemble et partageant l’histoire inspirante de l’Exode. Menés par un prophète et chassés par une armée, soutenus par une foi en Dieu et récompensés par la liberté, le voyage des Hébreux de l’esclavage à la Terre promise reste l’un des plus grands exemples d’émancipation de l’Histoire. »

« Cette histoire de rédemption et d’espoir, racontée encore et encore depuis des milliers d’années, a réconforté un nombre innombrable de familles juives pendant les moments d’oppression, faisant écho aux rassemblements pour les droits civiques dans le monde entier. »

Le président des Etats-Unis et la Première dame Barack et Michelle Obama pendant un seder de Pessah à la Maison Blanche, le 3 avril 2015. (Crédit : Pete Souza/The White House)
Le président des Etats-Unis et la Première dame Barack et Michelle Obama pendant un seder de Pessah à la Maison Blanche, le 3 avril 2015. (Crédit : Pete Souza/The White House)

Continuant sur ce thème, le président américain a également mis en lumière ceux qui doivent encore réussir à atteindre leur propre liberté, tirant à nouveau un message de la fête de Pessah.

« Nous rejoindrons des millions de personnes dans le monde pour célébrer la rédemption des mains toutes puissantes de Dieu et prierons pour ceux qui ne sont toujours pas libres. Nous tremperons les herbes amères dans l’eau salée pour rappeler les larmes de ceux qui sont injustement emprisonnés, a-t-il écrit. Alors que nous compterons les dix plaies [d’Egypte], nous verserons du vin dans nos verres pour nous rappeler de ceux qui ont souffert et de ceux qui souffrent toujours. Et quand nous chanterons humblement ‘Dayenou’, nous prendrons conscience que les plus petites bénédictions et les progrès les plus lents méritent notre gratitude. »

Le président a conclu ainsi : « Que cette saison puisse nous inspirer tous à nous reconsacrer à la paix et à la liberté pour tous les enfants de Dieu. De notre famille à la votre, hag sameakh. »

La Maison Blanche a organisé cette année son seder en retard, car Obama est au Royaume-Uni dans le cadre de sa tournée à l’étranger, qui inclut également l’Arabie saoudite et l’Allemagne.

Le Premier ministre britannique David Cameron (g) et le président des Etats-Unis Barack Obama parlent au Sommet du G8 à Lough Erne, Irlande du Nord le 17 juin 2013 (Crédit : domaine public)
Le Premier ministre britannique David Cameron (g) et le président des Etats-Unis Barack Obama parlent au Sommet du G8 à Lough Erne, Irlande du Nord le 17 juin 2013 (Crédit : domaine public)

Le Premier ministre britannique David Cameron a choisi une note différente pour ses propres vœux de Pessah, dénonçant l’antisémitisme au Royaume-Uni et promettant « de faire tout ce qui est en mon pouvoir pour l’éradiquer. »

« Alors que les communautés juives se rassemblent pour célébrer Pessah, nos pensées vont vers le nombre croissant d’atroces attaques antisémites ayant eu lieu l’année dernière. Les communautés juives, où qu’elles soient dans le monde, ne doivent pas être laissées dans la peur », a-t-il déclaré dans un message publié sur le site internet du gouvernement britannique.

« Malheureusement, même ici au Royaume-Uni, nous voyons toujours des cas antisémitisme. Je suis déterminé à faire tout ce qui est en mon pouvoir pour l’éradiquer. Une partie de cela nous rappelle les horreurs de l’Holocauste ; parce qu’ignorer l’Histoire, c’est prendre le risque de la répéter. »

Il a ensuite lui aussi parlé de l’histoire de la fin de l’esclavage des Hébreux, disant que la liberté religieuse qu’ils recherchaient pouvait être reflétée dans la « démocratie multiconfessionnelle et multiraciale réussie » qu’est le Royaume-Uni aujourd’hui.

« Jour après jour, la communauté juive prouve que vous êtes une vraie réussite britannique, excellant dans chaque domaine et travaillant constamment à construire une société plus juste pour chacun, a déclaré Cameron. Alors une fois encore, laissez moi vous souhaiter, à vous et à votre famille, hag casher vésameakh. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...