Rechercher

David Bitan : les partis seront moins exigeants après l’échec de Gantz

L'allié de Netanyahu prédit qu'il n'y aura pas de 3e scrutin et que les blocs s'effondreront après les 28 jours accordés à Kakhol lavan pour former un gouvernement

Jacob Magid est le correspondant du Times of Israël aux États-Unis, basé à New York.

Le député Likud David Bitan assiste à une réunion de la commission centrale électorale à la Knesset, le 5 mars 2019. (Noam Revkin Fenton/Flash90)
Le député Likud David Bitan assiste à une réunion de la commission centrale électorale à la Knesset, le 5 mars 2019. (Noam Revkin Fenton/Flash90)

Le député du Likud David Bitan, un proche du Premier ministre Benjamin Netanyahu, a prédit mardi que Benny Gantz échouerait à rassembler une coalition, mais que les partis seraient moins intransigeants lors qu’un autre député aura 21 jours pour prendre la relève.

« Je pense qu’un gouvernement sera formé dans les 21 derniers jours », a ainsi déclaré David Bitan, faisant référence aux trois semaines lors desquelles un député peut tenter d’obtenir le soutien de 61 députés afin d’être chargé de former une coalition. Si personne n’y parvient, des élections seront automatiquement déclenchées — un troisième scrutin en un an après les élections non décisives d’avril et septembre.

David Bitan estime qu’aucune coalition ne sera formée pendant les 28 jours accordés à Benny Gantz, qui sera officiellement chargé de cette responsabilité mercredi soir après que Benjamin Netanyahu a informé lundi le président Reuven Rivlin qu’il avait échoué. Le député Likud estime que ce n’est qu’après le tour de Gantz passé et que les partis seront obligés de constater qu’il ne reste que trois semaines pour empêcher un troisième scrutin que ces derniers seront « sous pression » et devront faire des compromis.

« Tous les blocs — à gauche et à droite — s’effondreront », a prédit le proche du chef du Likud. Après les élections de septembre, Netanyahu a constitué un bloc religieux, de droite composé de 55 députés avec Yamina, Shas et Yahadout HaTorah. Ils ont tous promis de rester unis tout au long des pourparlers de coalition et de ne siéger que dans un gouvernement dirigé par Benjamin Netanyahu.

Les leaders de Kakhol lavan Benny Gantz, à droite, et Yair Lapid lors d’une réunion de faction à l’ouverture de la 22è Knesset de Jérusalem, le 3 octobre 2019 (Crédit :Hadas Parush/Flash90)

Aucun accord similaire n’a été conclu entre les partis de gauche, mais David Bitan assure qu’il en existe bien un dont « personne ne parle », clamant que le président d’Yisrael Beytenu, Avidgor Liberman, avait coopéré avec Kakhol lavan pour empêcher leur rival Netanyahu de former un gouvernement.

Le député Likud assure que toutes les factions « seront prêtes à faire quelque chose afin qu’il n’y ait pas de nouvelles élections » dans les 21 derniers jours, tout en refusant d’élaborer sur les compromis que pourraient consentir son parti.

Lundi, Kakhol lavan a publié un communiqué indiquant que « le temps des manipulations est fini », « Kakhol lavan est déterminé à former le gouvernement d’unité libéral, dirigé par Gantz, que la nation a choisi il y a un mois. »

C’est la seconde fois consécutive que Netanyahu se trouve dans l’incapacité de mettre en place une majorité. Suite au scrutin du mois d’avril, il avait manqué un siège au Premier ministre en exercice pour obtenir une majorité. Il avait alors poussé à un vote de dissolution de la Knesset et à l’organisation d’élections anticipées pour éviter qu’un autre législateur se voit chargé de former un gouvernement.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...