David Schenker : Israël réfléchira aux liens avec Abou Dahbi avant l’annexion
Rechercher

David Schenker : Israël réfléchira aux liens avec Abou Dahbi avant l’annexion

Le chef du Bureau des affaires proche-orientales au département d'Etat américain semble demander à Jérusalem de ne pas saper le plan de paix de Trump

Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo (à droite) rencontre le prince héritier d'Abou Dhabi, Mohamed bin Zayed al-Nahyan, à Abou Dhabi, aux Émirats arabes unis, le jeudi 19 septembre 2019. (Mandel Ngan/Pool via AP)
Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo (à droite) rencontre le prince héritier d'Abou Dhabi, Mohamed bin Zayed al-Nahyan, à Abou Dhabi, aux Émirats arabes unis, le jeudi 19 septembre 2019. (Mandel Ngan/Pool via AP)

Un haut-responsable du secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a déclaré au micro d’une station de radio israélienne, lundi, qu’il était « confiant » dans le fait qu’Israël réfléchirait aux réactions des États du Golfe arabe et aux répercussions qu’aurait sur les liens bilatéraux la mise en oeuvre d’une initiative telle que le plan israélien d’annexion de la Cisjordanie.

La mise en garde à peine voilée émanant de David Schenker, à la tête du Bureau des affaires proche-orientales au département d’Etat américain, est survenue alors que l’enthousiasme américain pour l’initiative semble se rafraîchir dans un contexte d’opposition farouche de la part des alliés des Etats-Unis au Moyen-Orient, en particulier de la part des Emirats arabes unis (EAU).

« Ce n’est pas un secret que les Emirats et d’autres Etats de la région sont inquiets de l’annexion et Israël doit donc prendre un certain nombre de décisions avant de la mener à bien », a déclaré Schenker à la chaîne publique Kan. « Je suis confiant dans le fait qu’Israël prendra tous ces facteurs en considération ».

Les responsables de l’administration Trump se prépareraient à une réunion « décisive », cette semaine, sur l’approbation à donner ou non au plan du Premier ministre Benjamin Netanyahu visant à annexer les 132 implantations de Cisjordanie et la Vallée du Jourdain – les 30 % de territoires de la Cisjordanie qui ont été alloués à l’Etat juif par le plan de paix israélo-palestinien mis au point par l’administration américaine.

Netanyahu s’est engagé à lancer ce processus en date du 1er juillet.

Schenker a noté que les relations d’Israël avec les pays du Golfe étaient très importantes pour les Etats-Unis et qu’il était sûr que « quoi que fasse Israël, le pays le fera en prenant des initiatives qui sauront préserver la vision pour la paix de l’administration. Israël, dans le passé, a fait preuve de bon sens dans la manière dont le pays gère ses relations avec ses partenaires arabes et je suis sûr que les responsables prendront tous ces facteurs en considération ».

David Schenker, secrétaire d’Etat adjoint américain au bureau des Affaires proche-orientales à Dubaï, aux Emirats arabes unis, le 10 janvier 2020 (Crédit : Kamran Jebreili/AP)

Schenker a souligné que le schéma des Etats-Unis était un plan de paix et que Washington avait la certitude qu’Israël voulait qu’il devienne un outil pour réaliser la paix dans la région.

Il a également promis que les Etats-Unis continueraient leur campagne de « pressions maximales » contre l’Iran dans l’avancement de son programme nucléaire.

Au début du mois, l’influent ambassadeur des Emirats arabes unis aux Etats-Unis, Yousef al-Otaiba, avait mis en garde, dans une Opinion publiée en hébreu dans un journal israélien, qu’Abou Dhabi gèlerait la normalisation si l’annexion devait avoir lieu.

Lundi, les anciens diplomates israéliens Alon Liel, Eli Barnavi et Ilan Baruch ont publié une tribune dans le journal des EAU The National soutenant le positionnement d’al-Otaiba.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...