Rechercher

Décès d’Aharon Yadlin, ex-ministre de l’Éducation et pilier des travaillistes

On doit à Yadlin, qui a participé à la guerre d’Indépendance, d'avoir développé le système éducatif. « Il est mort dans son sommeil », a confié son fils, l’ex-général Amos Yadlin

Archive : L’ex-ministre de l’Éducation Aharon Yadlin assiste à une conférence à Beit Shemesh, le 13 mars 2013 (Flash 90)
Archive : L’ex-ministre de l’Éducation Aharon Yadlin assiste à une conférence à Beit Shemesh, le 13 mars 2013 (Flash 90)

Aharon Yadlin, ex-ministre de l’Éducation, lauréat du prix Israël et père de l’ex-général Amos Yadlin, est décédé vendredi à l’âge de 96 ans.

Yadlin est né à Tel Aviv en 1923. Il a aidé à fonder 11 communautés dans le Neguev en 1946 et a été membre de la brigade militaire Palmach, précurseur de Tsahal, pendant la guerre d’indépendance.

Yadlin a occupé divers postes au cours de sa longue carrière : il a siégé à la Knesset pendant 14 ans, entre 1960 et 1979, et a été ministre de l’Éducation dans le gouvernement du défunt Yitzhak Rabin, de 1974 à 1977. Il a également été secrétaire général du parti travailliste de 1972 à 1974.

En sa qualité de ministre de l’Éducation, Yadlin a développé les écoles dans les zones rurales. En 1949, il a également contribué à fonder le Beit Berl Academic College, près de Kfar Saba, dans le centre d’Israël, où il enseignera par la suite.

Dans les années 1980, il a été secrétaire général du Mouvement des kibboutz unis.

Yadlin a reçu le prix Israël en 2010 pour son action au service des systèmes éducatifs – formels comme informels – en Israël.

« L’État d’Israël salue aujourd’hui le départ d’Aaron Yadlin, un homme de terre et d’esprit… Yadlin, qui s’est battu pour que l’éducation soit la priorité absolue de l’État d’Israël, s’est soucié de l’avenir des enfants et a consacré ses meilleures années à l’éducation », a écrit le Premier ministre Yair Lapid sur Twitter.

Le président Isaac Herzog a également exprimé ses condoléances.

« Il m’est douloureux de dire au revoir au regretté Aharon Yadlin », a-t-il publié sur Twitter. « Plus que toute autre chose, Aharon Yadlin était un homme d’éducation. En plus d’être l’un des leaders du mouvement travailliste et de construction communautaire en Israël, un homme de vision et d’action, Aharon était un éducateur et un enseignant, de tout son être. Ses nombreuses années de travail à la Knesset et au gouvernement en faveur de l’éducation et de l’avenir des enfants d’Israël sont un monument à sa gloire, qui nous sera utile dans les années à venir. »

Aharon Yadlin laisse dans la peine trois enfants, 10 petits-enfants et 11 arrière-petits-enfants. L’un de ses fils, Amos Yadlin, a été chef du renseignement de Tsahal et directeur exécutif de l’Institut d’études de sécurité nationale à Tel Aviv.

« Notre père bien-aimé, Aharon Yadlin, est décédé », a écrit Amos Yadlin sur Twitter à propos de son père. Leader naturel de par sa personnalité et ses valeurs, pionnier de l’établissement de communautés dans le Neguev, dirigeant du mouvement ouvrier, il œuvrait pour l’égalité, le sionisme et la reconnaissance de la valeur des individus.

« [C’était] un homme sage et humble qui parlait toujours honnêtement. À 96 ans, toujours aussi lucide et vif, il nous a quittés dans son sommeil. »

L’ex-Premier ministre Benjamin Netanyahu a publié vendredi après-midi une déclaration dans laquelle il a exprimé sa « profonde tristesse » suite au décès de Yadlin.

« L’un des fondateurs de l’État d’Israël… Aharon s’est consacré à la construction du pays avant même la création de l’État, contribuant à l’établissement de communautés dans le Néguev afin de les inclure dans le territoire du futur État juif. Il fut un ministre de l’Education particulièrement énergique, lauréat du prix Israël, un véritable homme du peuple dont la vision sioniste était forte. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...