Israël en guerre - Jour 262

Rechercher

Décès du journaliste Jacques Frémontier, Juif et ancien communiste, du COVID-19

Né Friedman, dans une famille juive de commerçants parisiens, l’homme a notamment travaillé pour L’Express et l'ORTF

Le journaliste Jacques Frémontier. (Crédit : Nicolas Guilbert / Musée d’art et d’histoire du judaïsme de Paris)
Le journaliste Jacques Frémontier. (Crédit : Nicolas Guilbert / Musée d’art et d’histoire du judaïsme de Paris)

Jacques Frémontier, historien, écrivain, journaliste et producteur de télévision, est décédé le 7 avril dernier du coronavirus, a rapporté l’un de ses proches sur Twitter. Il était âgé de 89 ans.

Né Friedman, dans une famille juive de commerçants parisiens, l’homme a grandi dans le Marais, avant de s’installer à Villeneuve-sur-Lot (Lot-et-Garonne) avec sa famille afin de fuir les persécutions nazies.

Après des études à Louis-le-Grand, à Paris, à Sciences Po et à l’ENA, il a démarré sa carrière de journaliste au magazine L’Express. Il a ensuite occupé la fonction de rédacteur-en-chef à Paris-Presse et Paris-Jour. Jacques Frémontier a rejoint l’ORTF à la fin des années 1960. Il a notamment produit les émissions « Vivre aujourd’hui » et « Vivre ensemble ». Militant communiste, il a vivement critiqué la télévision de l’époque.

L’an dernier, France Inter l’avait reçu dans l’émission « La marche de l’histoire », dans laquelle il avait évoqué ce passé à l’ORTF.

Pour le Musée d’art et d’histoire du judaïsme de Paris, il est aussi revenu sur l’histoire de sa famille dans l’hôtel de Saint-Aignan – qui abrite le musée – où travaillèrent son père et son grand-père.

« Enfant caché, journaliste, producteur de télévision, sociologue, écrivain et blogueur, cet homme de culture aux multiples vies était très attaché au mahJ », a écrit l’institution dans l’hommage qu’elle lui a rendu. « Avec lui, le musée perd un ami, un donateur, un précieux critique et une figure familière. »

L’homme a notamment publié le livre L’Étoile rouge de David : Les Juifs communistes en France (Fayard, 2002). On lui doit également une enquête sociologique dans l’usine Renault de Boulogne-Billancourt, qui a donné lieu à l’ouvrage La Forteresse ouvrière : Renault (1971).

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.