Déjà 6 mois de rassemblements hebdomadaires anti-Netanyahu
Rechercher

Déjà 6 mois de rassemblements hebdomadaires anti-Netanyahu

Des manifestants se sont rassemblés devant la résidence du Premier ministre à Jérusalem et devant l'hôpital à Ramat Gan où le Premier ministre s'est fait vacciner en direct à la TV

Protestations contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu à Jérusalem, le 5 décembre 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)
Protestations contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu à Jérusalem, le 5 décembre 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Des manifestations anti-Netanyahu ont eu lieu samedi soir dans tout Israël, six mois après le début des manifestations de masse hebdomadaires contre le Premier ministre.

Les manifestants, qui se sont rassemblés pour la 26e semaine consécutive, demandent la démission du Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui a été inculpé pour corruption et pour sa gestion de la pandémie de coronavirus.

À Jérusalem, un millier de manifestants ont défilé depuis le Pont des Cordes, situé à l’entrée principale de la ville, jusqu’à la place de Paris, près de la résidence du Premier ministre.

Parallèlement à la principale manifestation devant la résidence du Premier ministre, des protestations ont eu lieu sur la place Rabin à Tel Aviv et devant le centre médical Sheba à Ramat Gan, où Netanyahu s’est fait vacciner contre le virus COVID-19 avec le vaccin de Pfizer en direct à la télévision samedi soir, devenant ainsi le premier Israélien à être vacciné.

Des rassemblements de moindre envergure ont également eu lieu sur les ponts et carrefours autoroutiers du pays, ainsi qu’à l’extérieur de la maison de Rosh Haayin du ministre de la Défense Benny Gantz, partenaire de coalition de Netanyahu.

Alors que Netanyahu était en train d’être vacciné, quelque 300 personnes ont protesté devant l’hôpital.

« Ce type est venu se faire vacciner comme s’il allait être notre salut », a déclaré un manifestant à la Douzième chaîne. « Il est venu ici pour faire son numéro, sa prestation… l’exemple d’un homme soupçonné de corruption, de criminalité et d’abus de confiance est pathétique et inutile. »

Plus tôt, le groupe de protestation des Drapeaux noirs a déclaré dans un communiqué : « Au cours des six derniers mois, nous avons connu deux confinements et nous sommes en passe d’en connaître un troisième uniquement parce que l’accusé est occupé 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 par son procès, par des réductions d’impôts pour lui-même et par de la petite politique. Cela ne changera pas. Gantz doit choisir : Le bien du pays ou ce qui est bon pour lui personnellement ».

Depuis des mois, les manifestants organisent régulièrement des manifestations contre Netanyahu, exigeant sa démission à la suite de son procès pour corruption, fraude et abus de confiance. Ils ont également critiqué la manière dont son gouvernement a géré la pandémie de coronavirus. Netanyahu nie les méfaits et affirme que les accusations font partie de la campagne menée par ses adversaires politiques, les médias, la police et le ministère public pour le démettre de ses fonctions.

A LIRE – Etat d’Israël vs. Netanyahu : détails de l’acte d’accusation du Premier ministre

Ces dernières semaines ont vu les chiffres des rassemblements nationaux diminuer, bien qu’un rassemblement à Jérusalem il y a deux semaines ait été signalé comme étant considérablement plus important que ceux des autres semaines récentes.

A LIRE – Manifs anti-Netanyahu : les Israéliens francophones sont aussi dans la rue

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...