Rechercher

Des actes de vandalisme commis par des extrémistes juifs signalés à Al-Bireh

Des slogans haineux barbouillés sur des voitures ; le ministre de la Défense Gantz dit qu'il va discuter de la répression des crimes nationalistes

Une attaque de type "prix à payer" présumée à Yafa an-Naseriyye, dans le nord d'Israël, le 26 octobre 2018 (Crédit : Unité du porte-parole de la police)
Une attaque de type "prix à payer" présumée à Yafa an-Naseriyye, dans le nord d'Israël, le 26 octobre 2018 (Crédit : Unité du porte-parole de la police)

La police a déclaré mardi avoir été alertée qu’un certain nombre de voitures avaient été vandalisées dans la ville palestinienne d’Al-Bireh en Cisjordanie, près de Ramallah, dans ce qui semble être une attaque de résidents d’implantation israéliens extrémistes.

Des véhicules ont été barbouillés de l’expression hébraïque « attaque du Prix à payer » – un slogan utilisé par les résidents d’implantation extrémistes pour décrire les attaques contre les Palestiniens – ainsi que de l’expression « c’est ici que vit l’ennemi » et de l’étoile de David, a déclaré la police dans un communiqué.

Des photos de la scène montrent également des pneus crevés sur des véhicules.

La police et l’armée se préparent à entrer dans la ville pour recueillir des preuves, selon le communiqué.

En réponse au vandalisme, le ministre de la Défense Benny Gantz a déclaré que dans les prochains jours, il tiendra une discussion approfondie sur un certain nombre de mesures visant à renforcer l’application de la loi contre les crimes nationalistes en Cisjordanie.

« Nous nous efforcerons d’accroître la coopération entre les entités pour faire face à ce phénomène, qui en est arrivé au point de blesser des soldats de Tsahal », a-t-il tweeté.

M. Gantz a affirmé qu’au cours de l’année écoulée, les responsables de l’application de la loi ont presque doublé le nombre d’actes d’accusation déposés contre les contrevenants et a promis qu' »il n’y aura aucune patience pour le terrorisme ou les problèmes, d’où qu’ils viennent. »

L’incident s’inscrit dans le contexte d’une récente recrudescence des attaques de résidents d’implantation extrémistes, dont beaucoup visent spécifiquement les oliveraies palestiniennes, dans le cadre de la récolte automnale des olives qui a débuté le mois dernier en Cisjordanie.

En octobre, la police a arrêté deux suspects qui auraient agressé deux soldats et attaqué un Palestinien devant l’avant-poste illégal d’Adei Ad. L’agression a eu lieu après qu’un groupe de résidents d’implantation a détruit une oliveraie appartenant à des Palestiniens près d’un autre village palestinien proche de Ramallah.

Le ministre de la Défense Benny Gantz s’exprime lors de la conférence Haaretz sur la démocratie à Jaffa, le 9 novembre 2021. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Les agressions et les actes de vandalisme perpétrés par les résidents d’implantation contre les Palestiniens et les forces de sécurité israéliennes en Cisjordanie sont communément appelés des attaques du « Prix à payer ». Leurs auteurs prétendent qu’ils sont des représailles à la violence palestinienne ou aux politiques gouvernementales considérées comme hostiles au mouvement des résidents d’implantation.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...