Des ados accusés d’avoir brûlé des fleurs pour des soldats ; Netanyahu réagit
Rechercher

Des ados accusés d’avoir brûlé des fleurs pour des soldats ; Netanyahu réagit

Les auteurs des faits auraient aussi volé puis incendié des drapeaux et guirlandes déposées pour Yom HaZikaron ; la police enquête ; Netanyahu a dénoncé un acte "barbare"

Des couronnes de fleurs et des drapeaux qui se trouvaient sur des tombes des soldats de Tsahal pour Yom HaZikaron, incendiés le 14 avril 2021. (Capture d'écran : Kan News/ Twitter)
Des couronnes de fleurs et des drapeaux qui se trouvaient sur des tombes des soldats de Tsahal pour Yom HaZikaron, incendiés le 14 avril 2021. (Capture d'écran : Kan News/ Twitter)

Des jeunes ultra-orthodoxes sont accusés d’avoir brûlé des drapeaux et des couronnes de fleurs déposés sur des tombes de soldats de Tsahal tombés au combat lors de Yom HaZikaron, suscitant la colère et la condamnation générale jeudi.

La police de Jérusalem a ouvert une enquête sur l’incident pour tenter de retrouver les individus qui ont volé puis brûlé des drapeaux et des fleurs du cimetière de Har Hamenuhot.

Les couronnes et les drapeaux avaient été placés sur les tombes de soldats pour leur rendre hommage à l’occasion de Yom HaZikaron mercredi, avant d’être volés pendant la nuit.

Selon les informations recueillies par la police, de jeunes membres de la communauté ultra-orthodoxe ont volé ces objets des tombes pour les emmener dans le quartier de Mea Shearim, à Jérusalem. Là, ils ont mis le feu aux drapeaux et aux couronnes et les ont filmés en train de brûler, selon les médias israéliens.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a condamné l’acte dans une déclaration : « Un acte horrible a été perpétré pour souiller les soldats tombés au combat, qui sont la raison pour laquelle nous sommes tous ici. »

Le député Yaakov Asher lors de sa prestation de serment au plénum de la Knesset, le 25 mai 2016. (Bureau du porte-parole de la Knesset)

« Je condamne fermement cet acte barbare et j’attends des autorités compétentes qu’elles traduisent les responsables en justice le plus rapidement possible », a ajouté le Premier ministre.

Le député Yaakov Asher, du parti Yahadut Hatorah, a qualifié les auteurs de « provocateurs sans cœur et en quête d’attention ».

« [Ils] font tout ce qu’ils peuvent pour essayer de créer des frictions et des tensions provocantes à l’encontre du grand public dans ce pays. »

« Leurs actions néfastes, dignes de toutes les condamnations, les ont depuis longtemps privés du titre de ‘Haredim’. Ils ne le méritent pas », a déclaré Asher.

Le chef d’état-major de Tsahal, Aviv Kohavi, prend la parole lors d’une cérémonie au quartier général de l’armée à Kirya à Tel Aviv, le 18 juin 2020. (Crédit : Armée de défense d’Israël)

Le chef d’état-major de Tsahal, Aviv Kohavi, a décrié cet « incident grave et honteux, qui est une insulte aux défenseurs de l’État et de ses valeurs ».

« Tsahal soutient les familles endeuillées et condamne ce comportement ignoble et méprisant, et il est certain que la police israélienne traduira en justice les auteurs de cet acte criminel. »

Israël a rendu hommage mercredi à 23 928 morts, soldats tombés au combat ou victimes du terrorisme, dont 43 soldats et civils tués depuis l’année dernière.

Une soldate israélienne place des fleurs sur les tombes de soldats israéliens tombés au combat au cimetière militaire du mont Herzl, quelques heures avant le début du Yom HaZikaron, le 20 avril 2020. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Au cours de l’année écoulée, 112 noms ont été ajoutés à cette liste – 43 d’entre eux étant des militaires actifs et 69 ayant été reconnus comme morts de blessures subies lors de guerres ou d’attentats terroristes. Parmi ces 112 personnes figurent celles qui ont été tuées dans des accidents ou sont décédées de maladie au cours de l’année écoulée, ainsi que des personnes décédées il y a des années mais qui n’ont été reconnues officiellement que maintenant comme étant décédées de blessures liées à leur service militaire ou à un attentat.

Yom HaZikaron est l’une des rares fêtes nationales non religieuses en Israël, au cours de laquelle une grande partie de la population israélienne se rend généralement sur les tombes de proches et de camarades.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...