Des centaines de femmes marchent pour la paix vers Jérusalem
Rechercher

Des centaines de femmes marchent pour la paix vers Jérusalem

Les militantes ont commencé une marche de 2 semaines dans le pays vers la capitale où, accompagnée de la lauréate libérienne du Nobel de la Paix, elles demanderont la fin du conflit

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Partisans et membres de Women Wage Peace devant la résidence du Premier ministre à Jérusalem, le 26 août 2015. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Partisans et membres de Women Wage Peace devant la résidence du Premier ministre à Jérusalem, le 26 août 2015. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

A la lumière des torches, des centaines de femmes ont commencé mardi soir une marche de 200 kilomètres depuis le nord du pays jusqu’à Jérusalem, où elles se rassembleront devant les résidences du Premier ministre et du président pendant la fête de Souccot pour demander une fin négociée au conflit israélo-palestinien.

Leymah Roberta Gbowee, militante libérienne et lauréate du Prix Nobel de la Paix, rejoindra la Marche de l’Espoir quand elle atteindra la capitale, dans deux semaines.

Environ 2 000 personnes se sont rassemblées dans la ville côtière du nord de Rosh Hanikra pour participer à l’inauguration de la marche, qui est organisée par Women Wage Peace (WWP), une association formée après la guerre de 2014 dans la bande de Gaza, composée de femmes juives et arabes réclamant la coexistence.

La foule a accompagné des centaines de marcheuses pendant qu’elles se dirigeaient vers la première étape de leur voyage, au sud de la plage Achziv. De là, elles continueront jusqu’à Jérusalem, où elles seront rejointes le 19 octobre par une autre association pacifiste féminine, venue en vélo depuis Eilat, ville portuaire du sud du pays.

Les cyclistes prévoient de commencer leur trajet le 18 octobre. La fête de Souccot, qui dure une semaine, également connue comme la Fête des Tabernacles, commence le 17 octobre au soir.

Leymah Gbowee, lauréate du Prix Nobel de la Paix, pendant une conférence de presse en Virginie, le 14 octobre 2011. (Crédit : CC BY/Jon Styer/Eastern Mennonite UniversityWikimedia)
Leymah Gbowee, lauréate du Prix Nobel de la Paix, pendant une conférence de presse en Virginie, le 14 octobre 2011. (Crédit : CC BY/Jon Styer/Eastern Mennonite UniversityWikimedia)

Dans un tract pour l’évènement, WWP a déclaré que « en tant que femmes, mères, épouses, sœurs, et en tant que citoyennes, nous demandons à nos dirigeants de travailler avec courage pour une solution au conflit actuel sanglant : un accord qui sera respectueux, non violent, et accepté par les deux parties. »

« C’est arrivé dans de nombreux endroits du monde qui ont connu des conflits. Nous savons que cela peut se produire ici aussi », a écrit le groupe.

Pendant les deux prochaines semaines, WWP rencontrera aussi des femmes de Jordanie à l’île de la Paix à Naharayim, sur le Jourdain. De plus, un groupe de femmes palestiniennes et jordaniennes marchera de Jéricho, en Cisjordanie, et du poste-frontière d’Allenby avec la Jordanie vers Qaser al Yehud, également en Cisjordanie.

Des marches de solidarité sont prévues dans tout le pays, ainsi qu’en Jordanie, en Egypte, en Tunisie, au Maroc, aux Etats-Unis et en France, selon le tract.

Les militantes espèrent être rejointes le long de la route par des partisans, notamment par des personnages publics et des politiciens. Après la fin de la marche, devant la résidence officielle du Premier ministre, les femmes installeront une « tente de la paix ».

Les efforts de négociation entre Israël et les Palestiniens sont au point mort depuis une initiative américaine qui a échoué en avril 2014.

« Nous n’arrêterons pas avant qu’un accord politique, qui nous apportera à nous, nos enfants et nos petits-enfants, un futur sûr, ne soit conclu », affirme WWP sur son site.

Gbowee, militante libérienne, a mené le mouvement des Femmes pour une action de masse pour la paix au Liberia, qui a été crucial pour mettre fin à la seconde guerre civile du pays en 2003. Elle a reçu le Prix Nobel de la Paix en 2011.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...