Des chercheurs israéliens mettent au point un test d’anticorps efficace
Rechercher

Des chercheurs israéliens mettent au point un test d’anticorps efficace

Une équipe de l'université de Tel Aviv affirme pouvoir identifier les trois principaux anticorps du coronavirus avec une précision allant jusqu'à 99 %

Illustration : Une des membres de l'équipe médicale de l'hôpital Barzilai, dans la ville d'Ashkelon, au sud d'Israël, porte un équipement de protection alors qu'elle manipule un échantillon de coronavirus, le 29 mars 2020. (Flash90)
Illustration : Une des membres de l'équipe médicale de l'hôpital Barzilai, dans la ville d'Ashkelon, au sud d'Israël, porte un équipement de protection alors qu'elle manipule un échantillon de coronavirus, le 29 mars 2020. (Flash90)

Des chercheurs israéliens ont mis au point un test très précis et efficace de détection des anticorps du coronavirus qui pourrait grandement contribuer aux efforts en cours pour évaluer l’étendue de la propagation du virus dans la population, a rapporté la Treizième chaîne mercredi.

Les tests d’anticorps sont considérés comme un élément clé permettant de déterminer qui a déjà été touché par la maladie afin de mieux comprendre sa propagation et d’élaborer une politique en prévision d’une éventuelle seconde vague épidémique.

Les professeurs Ariel Munitz et Mordechay Gerlic de l’université de Tel Aviv affirment que le test sérologique qu’ils ont produit peut, à partir d’un échantillon de sang, identifier les trois principaux anticorps qui combattent le virus.

C’est apparemment la première fois que l’on produit un seul test sérologique capable de détecter les trois anticorps, indique la chaine.

Le test est très sensible et précis à environ 98-99 %, affirment les chercheurs, ce qui est mieux que la méthode actuellement utilisée dans le pays, qui est évaluée entre 95 et 98 %.

Au cours des recherches menées en coopération avec l’hôpital Hasharon de Petah Tikva, l’équipe a également remarqué une tendance montrant que les patients qui tombent gravement malades du virus développent des anticorps plus rapidement à un stade précoce de leur infection que ceux qui présentent des symptômes légers.

Capture d’écran d’une vidéo du professeur Ariel Munitz, de l’université de Tel Aviv. (Crédit : Treizième chaîne)

« Nous comprenons cela comme étant apparemment le résultat, en fait, d’une plus grande activation du système immunitaire », a déclaré M. Munitz.

Les résultats ont montré que, contrairement à l’idée selon laquelle les personnes qui tombent gravement malades sont incapables de développer des anticorps, c’est précisément parce qu’elles les développent rapidement qu’elles souffrent de symptômes graves, a-t-il expliqué.

« Il est important de se rappeler que la suractivation du système immunitaire est responsable dans de nombreux cas des symptômes graves, y compris des décès, et la rapidité de la production d’anticorps chez les patients gravement malades en témoignera probablement », a noté M. Munitz.

Les tests d’anticorps sont différents des tests par écouvillonnage nasal actuellement utilisés pour diagnostiquer les infections actives. Ces tests recherchent plutôt des protéines sanguines appelées anticorps, que l’organisme produit des jours ou des semaines après avoir combattu une infection. La plupart utilisent une piqûre de sang au doigt sur une bandelette réactive. Un test d’anticorps pourrait montrer si le sujet a eu le COVID-19 dans un passé récent, ce qui, selon la plupart des experts, offre une certaine protection. Le test ne montre pas si la personne est toujours porteuse du coronavirus ou si elle en a guéri.

Au début de cette semaine, les autorités sanitaires israéliennes ont lancé un programme visant à réaliser des dizaines de milliers de tests sérologiques afin de déterminer l’ampleur de l’exposition de la population au coronavirus.

Le ministère de la Santé, avec la coopération des organisations de maintien de la santé du pays, espère tester dans un premier temps quelque 70 000 personnes issues de 190 communautés à travers le pays.

Des dizaines de milliers d’autres seront testées ultérieurement dans le cadre de cet effort.

Des tests seront effectués sur des échantillons de sang prélevés au hasard sur les personnes qui se font tester dans les cliniques de santé. Les échantillons seront d’abord prélevés sur des groupes à haut risque tels que les professionnels de la santé, les personnes âgées et les personnes souffrant de problèmes de santé sous-jacents.

Les tests permettent d’identifier les anticorps au coronavirus, qui peuvent être présents dans le sang des personnes ayant contracté le virus mais n’ayant développé aucun symptôme.

Le nombre d’infections quotidiennes ne cesse d’augmenter depuis l’assouplissement des règles de confinement en mai, avec des cas diagnostiqués dans tout le pays.

Mercredi, Israël a connu son plus grand nombre de cas en une journée depuis le début de la pandémie, avec 1 013 cas diagnostiqués en 24 heures. Le nombre de décès est passé à 324 jeudi matin.

Alors que le nombre d’infections continue d’augmenter, les ministres ont approuvé de nouvelles fermetures de quartiers dans certaines villes qui sont devenues ces derniers jours des foyers d’infection à coronavirus.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...