Des chercheurs trouvent comment cibler les cellules tumorales envahissant le cerveau
Rechercher

Des chercheurs trouvent comment cibler les cellules tumorales envahissant le cerveau

Une étude de l’université de Tel Aviv révèle des signaux d’alerte précoces pour des micrométastases cérébrales avant qu’elles ne deviennent des tumeurs malignes

Des cellules cancéreuses humaines dont les noyaux (spécifiquement l'ADN) sont colorés en bleu (au DAPI). La cellule centrale et celle de droite sont en interphase, de sorte que les noyaux entiers sont marqués. La cellule sur la gauche passe par mitose et son ADN est condensé. (Crédit : TenOfAllTrades/Wikipedia)
Des cellules cancéreuses humaines dont les noyaux (spécifiquement l'ADN) sont colorés en bleu (au DAPI). La cellule centrale et celle de droite sont en interphase, de sorte que les noyaux entiers sont marqués. La cellule sur la gauche passe par mitose et son ADN est condensé. (Crédit : TenOfAllTrades/Wikipedia)

Le mélanome métastasique est le plus mortel des cancers de la peau. Quand le mélanome malin métastase dans le cerveau, c’est une sentence de mort pour la plupart des patients. Les mécanismes qui régissent la croissance métastasique précoce et les interactions des cellules métastasiques dans le micro-environnement cérébral restent mystérieux.

A présent, une étude de l’université de Tel Aviv a montré un nouveau moyen de détecter les micrométastases cérébrales des mois avant qu’elles ne se transforment en tumeurs malignes et inopérables.

Selon les chercheurs, les cellules tumorales détournent l’astrogliosis, la réponse naturelle du cerveau à ses blessures, pour soutenir la croissance métastasique. Cette information pourrait entraîner la détection de cancer cérébral dans ses premiers stades et permettre une intervention précoce, a déclaré l’université dans un communiqué.

L’étude a été dirigée par le Dr Neta Erez, du département de pathologie de la faculté de médecine Sackler de l’université de Tel Aviv, et publiée dans Cancer Research.

Erez et son équipe ont utilisé des modèles murins pour étudier et suivre les métastases spontanées de mélanome dans le cerveau. Elle et ses collègues ont étudié toutes les étapes de la métastase : la découverte initiale du mélanome dans la peau, le retrait de la tumeur primaire, la dissémination micrométastatique de cellules cancéreuses dans le corps, la découverte d’une tumeur et la mort finale.

Les techniques d’imagerie utilisées aujourd’hui ne permettent pas la détection de micrométastases. Les patients dont le mélanome initial a été enlevé peuvent penser que tout va bien pendant des mois, ou des années, après la procédure initiale.

Et pourtant, après l’ablation de la tumeur primaire, les cellules micrométastasiques voyagent dans le corps vers le cerveau ou d’autres organes, et sont indétectables au niveau microscopique. Ces cellules apprennent à communiquer avec celles de leur nouveau microenvironnement dans le cerveau ; des cellules qui leur sont au départ hostiles. Mais une tumeur apparaît finalement. Et il est ensuite généralement trop tard pour la traiter.

Erez appelle la période de croissance initiale des cellules micrométastasiques disséminées dans des organes distants la « boîte noire » de la métastase. « Nous pensons que nous avons trouvé les outils pour caractériser cette boîte noire, a déclaré Erez. Et ceci est crucial pour développer des approches thérapeutiques qui peuvent empêcher la rechute métastasique cérébrale. »

Chaque organe du corps a un système de défense, des cellules, qui détectent les intrus et sont déclenchés quand il y a une blessure du tissu, provenant d’un accident vasculaire cérébral ou d’une infection virale. Une fois activées, ces cellules induisent une réponse inflammatoire.

« Aux stades précoces de la métastase, nous voyons déjà l’astrogliosis et l’inflammation. Le cerveau perçoit l’invasion micrométastasique comme un dommage du tissu, et active l’inflammation, son mécanisme de défense naturel, a déclaré Erez. Nous avons montré que l’inflammation est malheureusement détournée par les cellules tumorales qui sont capables de croître plus rapidement et de pénétrer plus profondément parce que les vaisseaux sanguins du cerveau sont plus perméables que toute autre partie du corps. Nous avons montré que tout cela se produit très précocement. »

Erez étudie en ce moment les mécanismes moléculaires précis de la réponse biologique du cerveau pour trouver un moyen de bloquer les métastases. « Nous espérons développer pour les humains les outils de détection que nous avons développé chez la souris, a-t-elle déclaré. Nous essayons aussi de trouver des cibles moléculaires qui pourraient nous permettre d’empêcher [le développement] des métastases plutôt que d’essayer de les traiter. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...