Israël en guerre - Jour 196

Rechercher

Des députés français au camp de Theresienstadt à l’invitation de l’EJA

Plus de 100 parlementaires, responsables gouvernementaux, ambassadeurs et dirigeants juifs européens étaient réunis à Prague et dans le camp de Theresienstadt

Plus de 100 parlementaires, responsables gouvernementaux, ambassadeurs et dirigeants juifs européens étaient réunis à Prague et dans le camp de Theresienstadt à l’initiative de l’European Jewish Association en janvier 2023. (Crédit : François Cormier-Bouligeon / Twitter)
Plus de 100 parlementaires, responsables gouvernementaux, ambassadeurs et dirigeants juifs européens étaient réunis à Prague et dans le camp de Theresienstadt à l’initiative de l’European Jewish Association en janvier 2023. (Crédit : François Cormier-Bouligeon / Twitter)

Le mois dernier, plus de 100 parlementaires, responsables gouvernementaux, ambassadeurs et dirigeants juifs européens étaient réunis à Prague et dans le camp de Theresienstadt à l’initiative de l’European Jewish Association.

La rencontre a eu lieu à la veille de la Journée internationale de commémoration de l’Holocauste afin de discuter des moyens de faire face aux fake news et aux théories du complot visant les Juifs dans les médias et sur les réseaux sociaux, et face à la montée de l’antisémitisme dans les universités à travers le continent.

« Encore aujourd’hui, les fake news représentent un danger tangible pour le bien-être des Juifs dans toute l’Europe, un outil de haine qui est malheureusement renforcé par les réseaux sociaux et rassemble les théories du complot contre les Juifs. Les dizaines de dirigeants européens qui ont répondu à notre appel à venir à Terezin se sont engagés à lutter contre les fake news qui encouragent l’antisémitisme et à mettre en œuvre des programmes éducatifs pour les éradiquer », a déclaré le rabbin Menachem Margolin, président de l’EJA.

Lors de la conférence et de la visite, les élus européens ont assisté au témoignage personnel de Gideon Lev, rescapé de la Shoah du camp de Theresienstadt, devenu ces dernières années une « star de TikTok » qui lutte contre l’antisémitisme.

« Quand les nazis ont pris le pouvoir en République tchèque, c’était la fin de la communauté dans le pays. Les Juifs ne pouvaient pas sortir la nuit, ne pouvaient pas posséder de radios, et assez rapidement nous avons tous été transférés au camp de Terezin, nommé ‘camp de réinstallation’. Mais c’était loin d’être le cas. Ils nous ont mis dans des casernes très encombrées, il n’y avait pas de place, les femmes et les enfants ne pouvaient pas voir les hommes, à part par les fenêtres quand ils marchaient en silence. ‘Arbeit Macht Frei’ est l’une des atrocités nazies les plus cyniques : vous êtes libre quand vous êtes mort. La lutte contre l’antisémitisme et la haine contre les Juifs et toute autre minorité est une chose pour laquelle nous pouvons et devons tous lutter. »

Présenté comme un camp de concentration modèle par les nazis, Theresienstadt a compté environ 144 000 détenus. 33 000 d’entre eux sont morts à Theresienstadt, et 88 000 autres ont été déportés vers les centres d’extermination nazis.

Plus tard lors de la conférence, une série de parlementaires et de dirigeants juifs de tout le continent ont discuté de l’influence des réseaux sociaux dans les théories antisémites, qui constituent une menace directe pour la sécurité personnelle des Juifs européens.

Députée française et porte-parole du parti Renaissance (ex-LREM), Prisca Thevenot a déclaré : « Le vrai ne se base plus sur des faits scientifiques, mais sur les réseaux sociaux. Tout va plus vite. Il faut lutter contre les fake news qui apparaissent rapidement sur notre téléphone. Macron a lui-même été présenté comme une marionnette du peuple juif parce qu’il est un ancien banquier et qu’il a de l’argent. Les fake news reprennent toujours les mêmes tropes contre les Juifs. Nous devons lutter contre toutes les fake news. Si nous ne les combattons pas, elles se propagent très rapidement. »

Plusieurs autres députés français étaient également présents.

Le député autrichien David Stogmuller a ajouté au sujet des réseaux sociaux : « Nous devons comprendre qu’ils fonctionnent extrêmement rapidement. Il ne suffit pas de faire passer des lois pour faire face aux défis technologiques, nous devons être rapides pour interdire les discours de haine sur les réseaux sociaux. »

Le député portugais Alexandre Poço a lui souligné l’importance de l’éducation : « Bien que nos problèmes ne soient pas aussi importants que ceux d’autres pays, nous devons quand même investir dans l’éducation. Une attitude proactive reste nécessaire. Nous avons des liens étroits avec les communautés juives. Nous continuons à promouvoir la vie juive, bien que nous soyons un pays catholique. Notre pays en est conscient et ne cessera pas d’œuvrer à cet effort. »

Joël Mergui, président du Consistoire de Paris, a expliqué face aux élus et décideurs présents : « J’ai été responsable pendant vingt ans de la plus grande communauté juive d’Europe. Le nouvel antisémitisme a éclaté au grand jour au début des années 2000 et s’est traduit par des meurtres antisémites qui ont entaché l’histoire récente de la France et de l’Europe. Malgré ce drame, j’ai décidé de continuer et j’ai encouragé les membres de ma communauté à continuer à vivre en Europe tant que nous aurons à nos côtés des personnes et des décideurs qui luttent contre l’antisémitisme et l’islamisme radical. C’est de vos paroles, de vos actes que nous aurons la certitude d’avoir un avenir en Europe. »

Joel Mergui s’exprime lors d’une conférence de l’Association juive européenne à Bruxelles, en Belgique, le 12 octobre 2021. (Crédit : Cnaan Liphshiz/JTA)

Sigmount Königsberg, commissaire à l’antisémitisme au sein de la communauté juive de Berlin, a averti : « Si nous laissons les ennemis de la démocratie vitupérer, nous risquons la fin de la démocratie. Il faut faire sentir aux antisémites qu’ils n’ont aucune chance et qu’ils devront en payer les conséquences. »

Alex Hearn, directeur de l’organisation britannique « Labour Against Antisemitism », a expliqué à la convention que les fake news sur les Juifs étaient un modèle aussi ancien que l’antisémitisme lui-même. Hearn a souligné que l’antisémitisme allait au-delà des allégeances politiques et était utilisé par certains individus pour gagner du pouvoir ou se sentir plus puissants. Il a également parlé des théories du complot antisémites, contemporaines et globales, et du rôle des réseaux sociaux.

Les participants à la conférence ont aussi assisté à des témoignages d’étudiants juifs de République tchèque, d’Allemagne, d’Italie et d’Espagne qui ont fait état d’une grande ignorance parmi leurs camarades étudiants concernant les questions juives (beaucoup d’entre eux n’ont jamais rencontré de juif). Certains étudiants juifs ont même déclaré qu’ils devaient faire face à des discours de haine antisémites et anti-Israël dans des universités à travers le continent et au manque de volonté de responsables universitaires pour dénoncer ce phénomène.

Le rabbin Margolin a décerné le prestigieux « King David Award » à Amanda Rajkumar, membre du conseil d’administration des ressources humaines et culturelles d’Adidas pour la décision de l’entreprise de rompre tous les liens commerciaux avec le chanteur Kanye West suite à ses déclarations antisémites.

Après avoir reçu le prix, Rajkumar a déclaré : « Nous avons la responsabilité d’influencer et d’agir. Les discours de haine de notre ancien partenaire (Kanye West) étaient inacceptables, et même si nous n’avons pas toujours raison, cette fois nous avons pris la bonne décision. Nous continuerons à soutenir les communautés juives et à défendre l’amour, et à lutter contre toutes les formes de haine, de racisme et de discrimination. »

Anna Azari, ambassadrice d’Israël en République tchèque, s’est adressée aux participants de la conférence et a déclaré : « La République tchèque est l’État le plus ami des Juifs et de l’État d’Israël en Europe. C’était le premier à avoir aidé Israël dans sa guerre d’indépendance en fournissant des armes, et aujourd’hui c’est un chef de file dans l’aide aux Ukrainiens et pour l’absorption d’un demi-million de réfugiés. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.