Des dizaines de Juifs français immigrent en Israël après les attaques de Paris
Rechercher

Des dizaines de Juifs français immigrent en Israël après les attaques de Paris

Près de 6 000 individus ont fait leur alyah de la France à l'Etat juif depuis le début de l'année

Une famille française juive arrive à l'aéroport Ben Gurion, le 16 novembre 2015 (Crédit : Daniel Bar-On)
Une famille française juive arrive à l'aéroport Ben Gurion, le 16 novembre 2015 (Crédit : Daniel Bar-On)

Près de 40 Juifs ont atterri à l’aéroport Ben Gurion de Tel Aviv, rejoignant les 6 autres personnes qui ont fait leur alyah dimanche, et sont les premiers immigrants suite aux attentats terroristes de Paris, qui a tué 129 personnes et blessé des centaines d’autres personnes, a annoncé un porte-parole de l’Agence juive.

Selon Avi Mayer, le porte-parole de l’Agence juive auprès des médias internationaux, des dizaines d’autres immigrés devraient arriver en Israël avec l’aide de l’Agence au cours de la semaine.

« Après les attentats, les gens ont essayé de ne pas quitter leurs maisons – c’était effrayant », a déclaré Daniel Ventura, qui est arrivé en Israël avec sa femme et ses deux jeunes filles, selon un communiqué de presse publié par l’International Fellowship of Christians and Jews, qui a également aidé à ramener certains des immigrants juifs. « Depuis deux ans, nous avons vécu dans l’insécurité et nous voulions faire notre alyah. Je ne voudrais pas que mes enfants vivent, soient éduqués et se marient en France ».

Plus de 6 000 Juifs ont fait leur alyah en Israël depuis le début de l’année, a déclaré Mayer.

Dimanche, quelque 200 personnes se sont rassemblées sous bonne garde dans la grande synagogue de Paris pour commémorer les victimes des attaques terroristes revendiquées par le groupe Etat islamique.

La cérémonie dirigée par le grand rabbin de France, Haim Korsia, a rassemblé les dirigeants de la communauté juive française et l’ambassadeur d’Israël en France à la Synagogue de la Victoire, dimanche soir.

« Notre peuple, qui a été testé plus que d’autres, connaît le pouvoir de la guérison, de la solidarité et de l’unité face à la douleur des familles déchirées, des couples brisés et des enfants orphelins », a déclaré Michel Gugenheim, le grand rabbin de Paris.

L’événement comprenait une prière pour les âmes des morts et une prière séparée, dirigée par Rabbi Moché Lewin, le directeur de la Conférence des rabbins européens, pour le prompt rétablissement des blessés.

Korsia a déclaré que les Juifs français « ressentent avec intensité la douleur des familles touchées par la tragédie et la douleur de la nation en général ».

Il a ajouté que « l’acte de se rassembler ici est peut-être plus important que les discours ».

La société française, dit-il, « se lèvera de son chagrin comme la société américaine s’est relevé de la tragédie du 11 septembre et comme la société israélienne, qui ne s’est pas couché par les attaques ».

La cérémonie a eu lieu alors que de nombreuses autres activités des institutions juives de France ont été suspendues pour des raisons de sécurité et par respect pour les victimes des attentats qui ont secoué Paris dans ce que le président français, François Hollande, a dit que c’était un « acte de guerre » de la terreur du groupe Etat islamique.

Le Grand Rabbin de France Haïm Korsia prie en hommage aux victimes d'une série d'attaques meurtrières à la Grande synagogue de la Victoire, le 15 novembre 2015. (Crédit : AFP PHOTO / LOIC VENANCE)
Le Grand Rabbin de France Haïm Korsia prie en hommage aux victimes d’une série d’attaques meurtrières à la Grande synagogue de la Victoire, le 15 novembre 2015. (Crédit : AFP PHOTO / LOIC VENANCE)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...