Des échauffourées contre Linda Sarsour, soutien du BDS, lors d’un rassemblement
Rechercher

Des échauffourées contre Linda Sarsour, soutien du BDS, lors d’un rassemblement

Pamela Geller et Milo Yiannopoulos sont parmi ceux qui ont protesté contre l'invitation lancée par l'Université de la ville de New York à “l'antisémite vicieuse pro-terroriste”

Linda Sarsour sur la scène de la Marche des Femmes de Washington, D.C., le 21 janvier 2017. (Crédit : Theo Wargo/Getty Images)
Linda Sarsour sur la scène de la Marche des Femmes de Washington, D.C., le 21 janvier 2017. (Crédit : Theo Wargo/Getty Images)

Une rixe a éclaté entre les partisans et les critiques du l’initiative de l’Université de la ville de New York, qui a décidé de recevoir Linda Sarsour, militante opposée au président Donald Trump et partisane des initiatives de boycott d’Israël.

L’incident est survenu jeudi soir aux abords de l’immeuble de l’Université à Manhattan, où des militants contre l’islam radical, dont Pamela Geller et Milo Yiannopoulos, s’étaient réunis pour protester contre la décision prise par l’Ecole de santé publique de l’institution d’accueillir Sarsour vendredi en tant que conférencière, a annoncé le New York Daily News.

Un étudiant de 19 ans qui soutenait l’invitation lancée à Sarsour – l’une des organisatrices de la Women’s March anti-Trump à Washington le 20 janvier – a été pris à partie par un groupe de manifestants scandant « Rendez sa grandeur à l’Amérique », selon l’article. Aucune arrestation n’a eu lieu.

Geller, présidente de l’Initiative de défense de la liberté américaine, et Yiannopoulos, deux Juifs favorables aux actions israéliennes entreprises contre le terrorisme palestinien, ont été rejoints par le démocrate de Brooklyn Dov Hikind, membre de l’assemblée et juif lui aussi.

Geller, blogueuse conservatrice enflammée, a expliqué que l’invitation lancée à Sarsour était « obscène », la qualifiant de « vicieuse antisémite pro-terroriste » et ponctuant ses phrases en disant : « L’université de New York peut assurément mieux faire ! »

Au début de l’année, Sarsour avait collecté plus de 150 000 dollars pour réparer un cimetière juif vandalisé dans le Missouri.

Mais Sarsour a également été critiquée pour avoir dénoncé le sionisme et tweeté une photo d’un jeune garçon avec une pierre dans chaque main faisant face à la police israélienne, avec comme légende : « La définition du courage ».

Pamela Geller (Crédit : autorisation)
Pamela Geller (Crédit : autorisation)

« Pourquoi l’université de New-York ferait-elle appel à une conférencière qui soutient le terrorisme et croit dans les vertus des jets de pierre ? » a demandé Hikind lors du rassemblement de jeudi.

Sarsour, qui est d’origine palestinienne, a indiqué cette année que les partisans d’Israël ne pouvaient pas être féministes. Elle favorise une solution à un état pour le conflit israélo-palestinien, une formule que de nombreux Juifs considèrent comme la disparition d’Israël. En 2012, elle a tweeté : « Rien n’est plus effrayant que le sionisme ».

Certains groupes juifs avec un agenda libéral ont défendu Sarsour contre les accusations de radicalisme ou d’antisémitisme, dont le mouvement « Jews for Racial and Economic Justice » (les Juifs pour la Justice raciale et économique). « Elle s’est tenue à nos côtés contre l’antisémitisme, que ce soit dans les paroles ou dans les actes », a expliqué le groupe le mois dernier dans un communiqué.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...