Rechercher

Des élus du Likud furieux après des propos mettant en doute leur intelligence

Mickey Rosenthal, de l'Union sioniste, a été violemment critiqué après avoir tourné en dérision le QI du dernier tiers de la liste du parti au pouvoir

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Oren Hazan, député du Likud, devant la Knesset le 7 décembre 2016. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Oren Hazan, député du Likud, devant la Knesset le 7 décembre 2016. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Montrant ses muscles intellectuels, Oren Hazan (Likud) a défié le législateur Mickey Rosenthal (du parti travailliste ) à disputer avec lui une partie d’échecs après que ce dernier a dénigré l’intelligence des représentants du Likud à la Knesset, dimanche matin.

« Je mets au défi Rosenthal de disputer une partie d’échecs avec moi, un test de QI – tout ce qu’il voudra », a déclaré Hazan à la Dixième chaîne.

Rosenthal avait fait ce commentaire lors d’un événement culturel récurrent le samedi, et qui suscite des propos souvent spectaculaires de la part des parlementaires.

« Les 10 dernières personnes dans [La faction du Likud à la Knesset] partagent un QI. Et si vous les combinez tous… », s’est-il exclamé avant de garder le silence, face à un public hilare qui était réuni à Modiin.

Le parlementaire de l'Union sioniste Mickey Rosenthal, à gauche, donne une interview à Amalya Duek lors d'un événement culturel de Modiin le 6 mai 2017 (Capture d'écran/YouTube)
Le parlementaire de l’Union sioniste Mickey Rosenthal, à gauche, donne une interview à Amalya Duek lors d’un événement culturel de Modiin le 6 mai 2017 (Capture d’écran/YouTube)

« J’ai fini. Tout le monde a compris [ce que j’ai voulu dire] », a ajouté Rosenthal à l’intention d’une foule amusée.

L’intervieweuse a alors poussé le parlementaire de l’Union sioniste à dire s’il laissait entendre que le dernier tiers des 30 législateurs du Likud étaient stupides.

« Non ! Dieu m’en préserve ! Je parlais du QI », a rétorqué Rosenthal, avec un sourire forcé. « Je pense qu’un grand nombre d’entre eux ne méritaient pas d’entrer à la Knesset ».

Tandis que seul Hazan a défié Rosenthal autour d’un jeu d’échecs, ce sont les législateurs issus de tout le spectre politique qui ont dénoncé les commentaires portant sur le QI des parlementaires.

David Bitan (Likud) a expliqué à la Deuxième chaîne que les propos de Rosenthal « sentent le racisme et une attitude anti-mizrahis parce qu’il est bien connu que le bas de la liste du Likud est majoritairement composée de Juifs mizrahis ».

L’ancien ministre de la Protection environnementale Avi Gabbay, qui se présente à la direction du parti travailliste de Rosenthal, a critiqué les propos tenus dans un tweet paru tard dans la même soirée.

Les députés du Likud David Bitan, à droite, et Oren Hazan, à la Knesset, le 9 janvier 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Les députés du Likud David Bitan, à droite, et Oren Hazan, à la Knesset, le 9 janvier 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

« Nous ne battrons pas le Likud en utilisant des insultes ou des propos superficiels. J’espère que Rosenthal va retirer ses mots non-nécessaires », a-t-il écrit.

Miki Zohar, du Likud, a remercié Rosenthal dans un post sarcastique publié sur Facebook pour la teneur de ses propos.

« Merci d’avoir permis ainsi de montrer votre vrai visage. C’est exactement la raison pour laquelle ils (les législateurs de l’Union sioniste) resteront dans l’opposition durant les années à venir ».

En plus de Hazan et Zohar, le derniers tiers de la liste du Likud comprend l’ancien directeur du Shin Bet Avi Dichter, Ayoub Kara, Yehuda Glick, Yaron Mazuz, Avraham Neguise, Nurit Koren, Sharren Haskel, et Amir Ohana.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...