Des émotions positives peuvent réduire les tumeurs cancéreuses – Étude en Israël
Rechercher

Des émotions positives peuvent réduire les tumeurs cancéreuses – Étude en Israël

Des chercheurs du Technion ont stimulé la production de dopamine dans des cerveaux de souris atteintes de tumeurs cancéreuses

Photo d'illustration : Une souris de laboratoire (Crédit : Flash 90)
Photo d'illustration : Une souris de laboratoire (Crédit : Flash 90)

Une nouvelle étude menée par des chercheurs israéliens a montré que des émotions positives peuvent aider à limiter le développement du cancer.

L’étude, publiée vendredi dans le journal scientifique Nature Communications, a été conduite sur des souris par une équipe de recherche au Technion d’Haïfa – l’Institut Israël de Technologie, et s’est focalisée sur le rôle du système de récompense du cerveau dans la lutte contre les tumeurs.

Les chercheurs ont expliqué qu’alors que des précédentes études ont trouvé un lien entre l’état émotionnel d’une personne et la capacité de son corps à combattre le cancer, elles s’étaient principalement focalisées sur les émotions négatives et pas sur « l’impact d’une pensée positive sur la biologie du cancer ».

Le mécanisme par lequel les émotions affectent le système immunitaire et sa réponse aux tumeurs était jusqu’à présent mal compris, ont-ils déclaré.

Des cellules dérivées du Myeloid (MDSCs) régulent l’activité du système immunitaire dans le corps. Ces cellules suppriment la réponse immunitaire à certaines menaces, une fonction critique pour empêcher le corps de surréagir.

Mais on pense également que l’activité des MDSC supprime la capacité du corps à combattre les tumeurs.

Dans leur nouvelle étude, les chercheurs ont stimulé artificiellement le système de récompense dans les cerveaux des souris atteintes de tumeurs, élevant leurs niveaux de dopamine – un neurotransmetteur qui aide à réguler les sensations de plaisir.

Ils ont ensuite identifié une réponse du système immunitaire des souris, avec une réduction de l’activité des MDSC.

Après 14 jours de traitement en continu, les chercheurs ont mis en évidence une réduction de 50 % dans la taille de tumeurs.

« Etant donné le rôle central du système de récompense dans des émotions positives, ces conclusions mettent en évidence un mécanisme physiologique dans lequel l’état psychologique du patient peut avoir un impact d’immunité anti-tumeur, en limitant ainsi la progression du cancer », déclarait-on dans l’étude.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...