Des groupes américains mettent en garde contre l’annulation de l’aide à l’UNRWA
Rechercher

Des groupes américains mettent en garde contre l’annulation de l’aide à l’UNRWA

La Coalition juive républicaine a salué la décision de l'administration Trump, et l'AIPAC appelle à redistribuer les aides de façon "à servir la paix"

Eric Cortellessa couvre la politique américaine pour le Times of Israël

Le président Donald Trump annonçant sa décision de quitter l'accord nucléaire iranien dans la salle d'accueil diplomatique de la Maison Blanche, le 8 mai 2018 (Chip Somodevilla / Getty Images)
Le président Donald Trump annonçant sa décision de quitter l'accord nucléaire iranien dans la salle d'accueil diplomatique de la Maison Blanche, le 8 mai 2018 (Chip Somodevilla / Getty Images)

WASHINGTON — Les Juifs américains sont profondément divisés quant à la décision de administration Trump de couper les vivres à l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA). Les groupes de gauche ont qualifié l’UNRWA d’agence de « profondément biaisée » mais affirment que la fin des aides mettrait Israël en danger et déstabiliserait la région.

Les groupes juifs de droite, pour leur part, ont salué cette démarche, réitérant des critiques émises par le gouvernement israélien, qui prétend que l’UNRWA prolonge le conflit en reconnaissant chaque année davantage de réfugiés palestiniens.

Après une semaine de spéculation, la porte-parole du département d’Etat Heather Nauert a indiqué dans un communiqué qu’après avoir « attentivement examiné la question », l’administration de Donald Trump « a décidé que les Etats-Unis ne feraient pas de contribution supplémentaire à l’UNRWA », une « opération irrémédiablement biaisée ».

Le groupe libéral J Street a fustigé la décision de mettre fin au financement, affirmant que l’Autorité palestinienne présidée par Mahmoud Abbas, s’en retrouverait affaiblie, et que cela compliquerait le retour à la table des négociations.

« La décision fait suite au comportement troublant de l’administration, qui ignore les recommandations des services de renseignements américain et israélien et des responsables militaires, et qui semble destiné à exacerber la souffrance du peuple palestinien et à marginaliser l’Autorité palestinienne », a déclaré Jeremy Ben-Ami, président de l’organisation, dans un communiqué, ajoutant que les coupes budgétaires « mettaient en danger la sécurité d’Israël et des pays de la région ».

La sénatrice Dianne Feinstein a également suggéré que le retrait de ces aides portait atteinte à Israël en dégradant matériellement le niveau de vie des Palestiniens.

Par ailleurs, la Coalition juive républicaine a salué cette décision.

« L’administration Trump a pris la bonne décision sur un sujet particulièrement difficile », a déclaré le groupe. « En fin de compte, l’UNRWA n’est pas viable parce qu’elle continue à augmenter le nombre de bénéficiaires à un rythme intenable. »

L’AIPAC a réagi de façon plus modérée, indiquant que l’agence onusienne était problématique et estime que le gouvernement américain devrait trouver un autre moyen de contribuer à l’aide humanitaire en Cisjordanie et à Gaza.

« L’AIPAC est depuis longtemps préoccupée par le fait que l’UNRWA a prolongé le problème des réfugiés palestinien plus qu’elle ne l’a résolu », a déclaré Marshall Wittman au Times of Israel.

« Nous sommes d’accord avec le Congrès et l’administration [sur le fait que] l’aide humanitaire et économique doit être allouée de manière à servir la paix et pas à prolonger le conflit. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...