Des Juifs canadiens demandent l’extradition d’un nazi ukrainien de 92 ans
Rechercher

Des Juifs canadiens demandent l’extradition d’un nazi ukrainien de 92 ans

Helmit Oberlander, qui était "membre de l’une des unités nazies d’exécution les plus sauvages", devrait perdre sa citoyenneté, demandent des groupes juifs au ministre

Efraim Zuroff en 2009 (Crédit : Yossi Zamir/Flash 90)
Efraim Zuroff en 2009 (Crédit : Yossi Zamir/Flash 90)

Des groupes juifs demandent au Canada de retirer la citoyenneté canadienne à un homme de 92 ans qui était un des membres d’une unité de la mort nazie.

Dans une lettre au ministre de la Citoyenneté John McCallum, les groupes déclarent qu’il est temps de conclure ce qui a été une bataille de 20 ans pour expulser Helmut Oberlander.

« Comme cela a été clairement établi, M. Oberlander était un membre de l’une des unités nazies d’exécution les plus sauvages, responsable de la mort de plus de 90 000 hommes, femmes et enfants juifs lors de l’Holocauste, écrivait-on dans la lettre du 9 mars. Il est ici illégalement et a participé à une entreprise horrible et meurtrière pour laquelle il n’a ni démontré ni exprimé le moindre remords, il devrait perdre sa citoyenneté canadienne immédiatement », a-t-il ajouté.

Né en Ukraine, Oberlander a immigré au Canada en 1954 et est devenu citoyen en 1960. Ottawa a essayé de lui enlever sa nationalité en 1995, lançant une bataille juridique.

En 2000, un juge a statué qu’Oberlander avait menti au sujet de son service pendant la guerre afin d’obtenir la citoyenneté. Le Cabinet canadien lui a retiré sa citoyenneté trois fois. Elle lui a été rendue deux fois par décision de justice.

Oberlander a remporté un autre sursis le mois dernier lorsque la Cour Fédérale d’Appel a renvoyé la question au Cabinet, lui demandant de revoir sa troisième révocation.

Oberlander, de Waterloo dans l’Ontario, était le membre d’un escadron mobile de la mort dans l’Union Soviétique lors de la Seconde Guerre mondiale.

Il affirme avoir été un rouage du bas de l’échelle qui a été incorporé de force. Il a également affirmé qu’il n’avait jamais pris part aux massacres, et qu’il aurait été tué s’il avait tenté de s’échapper.

Les groupes juifs, y compris les Descendants et Survivants Juifs Canadiens de l’Holocauste, le Centre pour les Affaires Juives et Israéliennes et le B’nai Brith du Canada, veulent qu’il perde sa nationalité canadienne et son expulsion du pays.

« Il est particulièrement stressant pour des membres de notre communauté de survivants, qui respectent la loi et sont des citoyens responsables, de savoir qu’un membre d’une unité meurtrière vicieuse d’Einsatzkommando demeure au Canada illégalement, ont-ils écrit. Il est grand temps pour lui de partir ».

Dans un entretien avec la presse canadienne, l’avocat d’Oberlander, Ronald Poulton, a déclaré que la lettre était « irresponsable » parce qu’elle suggère que n’importe qui, luttant contre l’injustice, abuse du système parce qu’il ne laisse jamais tomber ».

Une pétition en ligne sur cija.ca appelant Ottawa à enlever la citoyenneté d’Oberlander a, jusqu’à présent, rassemblé plus de 1 000 signatures.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...