Rechercher

Des langues en or trouvées dans la bouche d’un couple égyptien antique

Les tombes, datant de 2 500 ans, ont été découvertes à Oxyrhynchus ; le sarcophage de la momie masculine est encore scellé et contient des centaines d'objets funéraires

Une langue en or trouvée dans le crâne d'une antique momie en Egypte, décembre 2021. (Crédit : Ministère égyptien du tourisme et des antiquités)
Une langue en or trouvée dans le crâne d'une antique momie en Egypte, décembre 2021. (Crédit : Ministère égyptien du tourisme et des antiquités)

Deux langues d’or ont été trouvées encore à l’intérieur de la bouche d’un homme et d’une femme de l’Égypte antique, morts il y a plus de 2 500 ans, a annoncé dimanche le ministère du Tourisme et des Antiquités du pays.

L’identité des personnes inhumées est inconnue, mais les sarcophages en pierre ont été placés les uns à côté des autres.

Une mission archéologique de l’université de Barcelone a découvert les deux tombes contenant les prothèses en or à Oxyrhynchus, l’actuelle El Bahnasa, située à quelque 220 kilomètres au sud du Caire.

Les tombes appartiendraient à la dynastie saïte, une période tardive de l’Égypte antique qui s’est achevée en 525 avant l’ère commune.

Selon le ministère, des langues d’or étaient placées dans la bouche des morts pour leur permettre de parler avec Osiris, l’ancien dieu égyptien des enfers, qui jugeait ceux qui se rendaient dans l’au-delà.

La tombe de l’homme était encore scellée, une découverte inhabituelle, gardant la momie à l’intérieur dans un bon état de conservation, selon Esther Pons Melado, co-directrice de la mission archéologique d’Oxyrhynchus.

« C’est très important car il est rare de trouver une tombe totalement scellée », a-t-elle déclaré au National News dans un article publié lundi sur la découverte.

Avec la momie, il y avait quatre jarres canoniales qui étaient utilisées pour conserver les organes internes du défunt. En outre, les archéologues ont trouvé un scarabée, d’autres amulettes et environ 400 figurines funéraires en faïence, une terre glacée à l’étain.

La tombe de la femme semblait avoir été ouverte dans le passé et son contenu n’était pas en bon état, a précisé Mme Melardo.

Trois autres langues d’or ont également été découvertes à l’extérieur des tombes, selon le ministère du Tourisme et des Antiquités. Elles ont été datées de la période romaine en Égypte, qui a commencé en 30 avant l’ère commune.

L’équipe de fouilles, composée de 14 personnes, comprenait des membres de l’Espagne, de l’Italie, de la France, des États-Unis et de l’Égypte.

En février, les archéologues du site égyptien antique de Taposiris Magna ont découvert plus d’une douzaine de tombes, dont l’une contenait une momie avec une langue dorée similaire dans le crâne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...