Des mairies n’imposeront pas de bouclage tant que les écoles ne sont pas fermées
Rechercher

Des mairies n’imposeront pas de bouclage tant que les écoles ne sont pas fermées

Une vidéo montre des écoles orthodoxes ouvertes en zones rouges malgré les restrictions. 5 personnes arrêtées dans des heurts à Beitar Illit quand la police a fermé l'école

Capture d'écran d'une vidéo montrant apparemment des étudiants entrant dans une yeshiva à Beitar Illit malgré le confinement imposé par le gouvernement. (Douzièm chaîne)
Capture d'écran d'une vidéo montrant apparemment des étudiants entrant dans une yeshiva à Beitar Illit malgré le confinement imposé par le gouvernement. (Douzièm chaîne)

Un représentant des autorités municipales a déclaré dimanche qu’elles refuseraient d’appliquer les nouvelles restrictions lors du troisième bouclage du pays, tant que les écoles ne seraient pas fermées dans toutes les régions et que l’application des règles ne serait pas identique dans toutes les communautés.

Israël est entré vendredi dans une période de strict confinement, fermant les écoles et les entreprises non essentielles et enjoignant la population à ne pas s’aventurer à l’extérieur, sauf pour les besoins dits essentiels. Les deux semaines précédentes avaient été marquées par un bouclage peu contraignant, les écoles fonctionnant en grande partie.

Dimanche a été le premier véritable test des nouvelles restrictions. Des images vidéo circulant sur les médias sociaux ont montré des établissements d’enseignement ultra-orthodoxes ouvrant leurs portes dans des zones très infectées de Jérusalem, à Bnei Brak et dans l’implantation de Beitar Illit, ainsi que des offices de prières en intérieur.

« Ce sera le dernier bouclage seulement s’il y a une application égale entre tous les secteurs et les villes israéliennes », a déclaré Haim Bibas, le chef de l’union nationale des maires. « Si nous voulons être le premier pays au monde à sortir de la crise du coronavirus, nous devons veiller à ce que toutes les communautés fassent leur part et nous devons prendre les mesures qui permettront d’y parvenir ».

Bibas est le maire de la ville centrale de Modiin et un observateur au sein du cabinet du coronavirus en tant que représentant des autorités municipales. Des milliers d’inspecteurs municipaux dans tout le pays travaillent aux côtés de la police pour s’assurer que les restrictions sont respectées.

La police a déclaré que cinq personnes ont été arrêtées à Beitar Illit lorsque des officiers sont arrivés pour fermer une école qui fonctionnait illégalement.

Une foule s’est rassemblée et a attaqué une équipe de médias, endommageant également les véhicules de police et les bus qui passaient, a déclaré la police.

Pendant ce temps, des embouteillages ont été signalés sur les routes dans certaines régions du pays, en partie à cause des barrages routiers mis en place pour faire respecter le confinement, mais aussi, semble-t-il, parce que des personnes quittent leur domicile pour des raisons non essentielles, au mépris de la réglementation.

Le chef de la police, Asi Aharoni, a déclaré au site d’information Ynet que des milliers d’amendes avaient été infligées à des personnes qui se trouvaient sur les routes sans raison valable.

« Tous ceux qui ont été arrêtés aux postes de contrôle allaient aider leur grand-mère. Mais quand nous avons vérifié sur l’ordinateur, nous avons découvert que grand-mère était morte depuis plusieurs années », a déclaré Aharoni.

La police à un barrage routier temporaire à l’extérieur de Jérusalem le 10 janvier 2021, lors d’un troisième bouclage complet à l’échelle nationale, afin de prévenir la propagation du coronavirus. (Yonatan Sindel/Flash90)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...